Les hommes pourraient s'éteindre dans 5 millions d'années | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les femmes pourraient bien gagner la "guerre des sexes"
Les femmes pourraient bien gagner la "guerre des sexes"
©Flickr/Victor1558

Guerre des sexes

Les hommes pourraient s'éteindre dans 5 millions d'années

Selon une chercheuse australienne, "l'érosion" du chromosome Y pourrait entraîner la disparition des mâles.

La fin des hommes est proche, ce n'est qu'une question de temps. Et par "hommes", il faut comprendre les mâles. Et selon la chercheuse australienne Jenny  Graves, le pire est que le processus aurait déjà commencé. Selon cette professeure – un des scientifiques les plus importants d'Australie – les femmes vont gagner la bataille des sexes. Pourquoi ? A cause de la fragilité du Chromosome Y – le chromosome sexuel qui différencie les femmes (XX) des hommes (XY).

Pour bien comprendre, il faut remonter dans le temps. De quelques centaines de millions d'années au bas mot. Le chromosome X contient environ un millier de gènes. Tout comme son camarade le chromosome Y. Sauf que de nos jours, tandis que le chromosome X possède toujours ses milles gènes originaux, lui n'en posséderait plus qu'une centaine. Dont le fameux SRY qui permet de faire passer un embryon du stade de femelle à mâle… Et d'après les calculs de la chercheuse, il ne resterait plu que 5 millions d'années avant l'extinction totale des mâles.

Pas de panique ! D'autres chercheurs mettent en avant des résultats différents. Tandis que certains déclarent que le chromosome Y n'a pas perdu de gènes depuis 25 millions d'années, d'autres disent plus prosaïquement que la médecine aura largement le temps de trouver une solution avant que nous, les hommes, soyons rayer de la carte…

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !