Les écrans diminuent le sommeil des enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les écrans sont de plus en plus nombreux dans la chambre à coucher des enfants.
Les écrans sont de plus en plus nombreux dans la chambre à coucher des enfants.
©Reuters

Accros

Les écrans diminuent le sommeil des enfants

Selon une étude publiée par la revue américaine Pediatrics, les smartphones, tablettes et télévisions seraient responsables de la diminution du temps de sommeil des enfants.

Finies les histoires racontées par les parents ou dévorées par les bambins avant d'aller au lit. Les enfants sont de plus en plus nombreux à regarder la télévision, jouer à des jeux vidéo ou pianoter sur leurs smartphones avant de s'endormir. Quel est l'impact des écrans sur le sommeil des enfants ?

Pour répondre à cette question, 2048 enfants de 9 à 12 ans ont fait l'objet d'une étude, publiée par la revue "Pediatrics" de l'Amercican Academy of Pediatrics, rapporte le site ID Boox. Résultat : les enfants qui utilisent une tablette ou un smartphone avant de s'endormir "accusent un déficit de sommeil de 20,6 minutes", rapporte le site spécialisé sur l'actualité des tablettes. Même constat pour la télévision, reponsable de 18 minutes de sommeil en moins. Pour les scientifiques, il est clair que l'utilisation des écrans avant d'aller se coucher altère le sommeil, essentiel pour le développement des enfants. C'est en effet pendant le sommeil que l'enfant secrète l'hormone de croissance, et qu'il mémorise ce qu'il a appris pendant la journée.

La revue américaine "Proceedings of the national Academy of Sciences" avait déjà établi que lire sur des écrans était néfaste pour la qualité du sommeil. En cause : la lumière émise par les écrans, qui serait responsable d'un sommeil moins profond. Des arguments qui plaident pour le retour du bon vieux livre en papier avant d'aller se coucher.

 

Lu sur ID Boox

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !