La justice et la police peinent face aux escroqueries et aux fraudes complexes faute d'effectifs et de moyens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Police Judiciaire
Police Judiciaire
©PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Impuissance

La justice et la police peinent face aux escroqueries et aux fraudes complexes faute d'effectifs et de moyens

La délinquance économique et financière, tout le monde s’en fiche selon une juge spécialisée

"Dans ce bureau du tribunal judiciaire de Lille, une juge d’instruction, une vice-procureure, un commandant de la police judiciaire (PJ) et un policier major, enquêteur, tiennent mot à mot le même discours." raconte Le Monde qui donne l'exemple de la lenteur de la justice face à une fraude aux prestations sociales dont le montant dépasse 1,6 million d’euros, et à des abus de biens sociaux et de la corruption.

"L’enquête préliminaire a été ouverte en mars 2014 à la suite d’une plainte de Pôle emploi. Mais le procès aura probablement lieu au second semestre 2022, soit quinze ans après les premières infractions révélées par l’enquête, qui est remontée jusqu’à 2007."...

« La délinquance économique et financière, il n’y a pas mort d’homme, alors tout le monde s’en fiche », affirme tout de go Marion Cackel, juge d’instruction spécialisée dans le domaine de la criminalité organisée financière, au sein de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS).Et il y a de moins en moins de policiers pour enqêter sur ces affaires complaxes : " Le groupe de lutte contre la criminalité organisée financière à la division économique et financière de la PJ de Lille ne comptera plus en septembre que quatre enquêteurs. Ils étaient encore cinq en début d’année, neuf il y a deux ans. La question des moyens, et donc de la volonté politique, est omniprésente." ajoute Le Monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !