La gendarmerie a été déployée après une "possible intrusion" au collège Aturri à Saint-Pierre d'Irube | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Des gendarmes déployés lors d'une intervention.
Des gendarmes déployés lors d'une intervention.
©MYCHELE DANIAU / AFP

Levée de doute

La gendarmerie a été déployée après une "possible intrusion" au collège Aturri à Saint-Pierre d'Irube

Des dizaines de gendarmes ont été déployés jeudi matin autour du collège Aturri à Saint-Pierre d'Irube, près de Bayonne, après une "possible intrusion", selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Le Plan particulier de mise en sécurité (PPMS) a été déclenché et les "enfants sont confinés dans l'établissement et en sécurité", selon un communiqué.

Une "intervention des services de sécurité" s'est déroulée ce jeudi dans un établissement scolaire près de Bayonne. Des dizaines de gendarmes ont été déployés jeudi matin autour du collège Aturri à Saint-Pierre d'Irube après une "possible intrusion" dans l'établissement. 
Les gendarmes étaient en milieu de journée à l'intérieur de l'établissement pour procéder à des fouilles.
Selon une correspondante de l'AFP sur place, les gendarmes aidés de policiers ont barré les voies d'accès au collège, dont les abords sont calmes. Des parents d'élèves, affolés, qui viennent aux nouvelles, ont été renvoyés au numéro de téléphone mis en place par la préfecture qui a par ailleurs demandé aux familles "de ne pas se rendre sur place afin d'éviter toute obstruction pour les services de sécurité".
C’est la préfecture des Pyrénées-Atlantiques qui a informé de la situation, via ses comptes sur les réseaux sociaux. 
Une intrusion dans l’établissement de deux individus était redoutée. 
"Une détonation a été entendue à proximité du collège Aturri,suite à une opération de déminage menée par prévention pour lever un doute sur un véhicule", selon les précisions de la préfecture sur les réseaux sociaux.
Le sous-préfet souligne également que des élèves étaient à la piscine, ce jeudi matin. Ils n’ont pas été ramenés au collège, mais mis à l’abri en attendant de pouvoir retrouver leurs familles. 
Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !