L’Irak, la Syrie et la France sont les pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L’Irak, la Syrie et la France sont les pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2015
©Reuters

Bilan annuel

L’Irak, la Syrie et la France sont les pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2015

Reporters sans Frontières a recensé 110 "journalistes tués en raison de leur métier ou décédés de morts suspectes", en 2015.

Cette année, les trois pays les plus meurtriers pour les journalistes ont été l'Irak, la Syrie... Et la France, selon le rapport annuel de Reporters sans Frontières (RSF) qui "a recensé 110 journalistes tués en raison de leur métier ou décédés de morts suspectes", en 2015. La troisième position de ce classement morbide revient à la France en raison des attentats de Charlie Hebdo. Pas moins de 12 personnes, journalistes et dessinateurs, avaient été assassinés de sang froid dans la rédaction du journal satirique le 7 janvier dernier par les frères Kouachi. Selon Reporters sans Frontières, sur 110 journalistes tués cette année, seuls 67 d'entre eux "ont été tués en raison de leur profession ou dans l’exercice de leur mission, soit un total de 787 depuis 2005. Les autres cas font l’objet de suspicions", affirme l'organisation. "A ces chiffres s’ajoutent 27 journalistes citoyens et 7 collaborateurs de médias tués. Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection", dénonce-t-elle encore.

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, affirme qu'il "est impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l’application du droit international sur la protection des journalistes". "Aujourd’hui", poursuit-il, "des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre les journalistes, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations. Les 110 reporters tués cette année doivent générer des réactions à hauteur de l’urgence : un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies doit être nommé sans tarder". "Pour répondre à la persistance et la diversité des risques encourus par les journalistes", explique RSF sur son site, "une édition revue et corrigée du Guide pratique de sécurité pour les journalistes" a été "publiée le 15 décembre 2015, en partenariat avec l’Unesco". 
Lu sur Reporters sans Frontières

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !