L'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France et la Lituanie ont convoqué les ambassadeurs de Chine dans leurs pays respectifs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Chine
Chine
©DR

Diplomatie

L'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France et la Lituanie ont convoqué les ambassadeurs de Chine dans leurs pays respectifs

Les sanctions de l'UE contre quatre dirigeants chinois à cause du traitement subi par la minorité ouïghoure ont amené Pékin à sanctionner dix personnalités européennes

La crise entre la Chine et l'Union européenne est bien réelle.  Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ainsi que l'Union Européenne ont imposé des sanctions à la Chine pour la persécution des Ouïghours dans la région du Xinjiang rapelle Le Figaro.

Face à la pression internationale, Pékin a réagi et sanctionné une dizaine de personnalités européennes, dont plusieurs élus du Parlement européen. Ils sont accusés par la Chine « de porter gravement atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine et de propager des mensonges et de la désinformation ».

En outre quatre fondations européennes sont également concernées par ces sanctions, dont l’Alliance des démocraties, une institution danoise dirigée par l’ancien secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen.

« Ces sanctions sont inacceptables », a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. 

 L’ambassadeur de la Chine après de l’UE, Zhang Ming  avait prévenu la semaine dernière « Les sanctions sont une confrontation. Des sanctions fondées sur des mensonges pourraient être interprétées comme une atteinte délibérée à la sécurité et au développement de la Chine » tout en déclarant « Nous voulons le dialogue et non la confrontation ».

L'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France et la Lituanie ont convoqué les ambassadeurs de Chine dans leurs pays respectifs. Mais à Paris, l'ambassadeur chinois ne s'est pas présenté au ministère des Affaires étrangères, car officiellement, son emploi du temps l'en empêchait.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !