Kazakhstan : des dizaines de manifestants tués, des troupes russes attendues en renfort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des policiers anti-émeute patrouillent lors des manifestations contre la hausse des prix de l'énergie à Almaty, le 5 janvier 2022.
Des policiers anti-émeute patrouillent lors des manifestations contre la hausse des prix de l'énergie à Almaty, le 5 janvier 2022.
©ALMATY, KAZAKHSTAN

Colère suite au prix du carburant

Kazakhstan : des dizaines de manifestants tués, des troupes russes attendues en renfort

Des émeutes ont éclaté face à la flambée des prix du carburant au Kazakhstan. Cette crise a déjà fait des dizaines de morts chez les manifestants et au moins un millier de blessés. Des troupes russes et de pays alliés de Moscou se déploient pour aider le régime à rétablir l’ordre.

Le Kazakhstan est traversé par un vaste mouvement de contestation. Les incidents et les débordements lors des manifestations ont fait des dizaines de morts chez les manifestants et au moins un millier de blessés, faisant basculer le pays dans la violence, selon des informations du Figaro. Le régime du président Kassim-Jomart Tokaïev a choisi l’épreuve de force en lançant ses forces armées à la reconquête des villes et des quartiers en proie aux manifestations et aux émeutes. Kassim-Jomart Tokaïev a demandé l’assistance de la Russie voisine et de ses alliés de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC).

Cette crise a été provoquée par la hausse des prix du carburant samedi dernier. Le vaste mouvement de contestation à travers le pays a basculé dans la violence. Dix-huit membres des forces de l’ordre ont été tués et 700 blessés.

Une force collective de maintien de la paix de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) a été envoyée au Kazakhstan pour une période limitée afin de stabiliser et de normaliser la situation.

Comprenant des troupes russes, et probablement des contingents bélarusses, arméniens, tadjikes et kirghizes, leur mission sera de protéger les installations étatiques et militaires ​et d’aider les forces de l’ordre kazakhes à stabiliser la situation et rétablir l’état de droit​.

Le suivi du trafic aérien montre des vols d’Antonov et d’Iliouchine russes en direction du Kazakhstan. Ces appareils appartiennent bien à l’armée de l’air russe. Ils auraient transporté des parachutistes qui ont été déployés à Almaty.

La France a incité, ce jeudi 6 janvier, toutes les parties impliquées dans la crise au Kazakhstan, y compris la Russie et ses alliés de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), à faire preuve de « modération » après la mort de dizaines de manifestants, tués par la police.

La police a annoncé avoir arrêté environ 2 000 personnes dans les rues d'Almaty (1,8 million d'habitants), la principale ville du Kazakhstan, théâtre depuis deux jours par des émeutes qui ont fait des dizaines de morts et un millier de blessés.

Le gouvernement du Kazakhstan a également annoncé le plafonnement pour six mois du prix de vente des carburants, sur fond d'émeutes chaotiques dans le pays, nourries par la colère en raison de la hausse des prix du gaz.

Le Figaro - France 24 - Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !