Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky affirme être toujours prêt à des pourparlers avec la Russie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse avec des responsables autrichiens à Kiev, le 9 avril 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse avec des responsables autrichiens à Kiev, le 9 avril 2022.
©RONALDO SCHEMIDT / AFP

Négociations

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky affirme être toujours prêt à des pourparlers avec la Russie

L’Ukraine est toujours « prête » pour négocier avec Moscou, malgré les exactions de Boutcha et le bombardement sur le site de la gare de Kramatorsk.

L’Ukraine est « toujours prête » à mener des pourparlers avec la Russie, en dépit des craintes d’une offensive imminente dans l’Est, a déclaré ce samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« L’Ukraine a toujours dit qu’elle était prête à des négociations et chercherait toute possibilité pour arrêter la guerre. Parallèlement nous voyons malheureusement des préparatifs pour des combats importants, certains disent décisifs, dans l’Est. (…) Nous sommes prêts à nous battre et à chercher parallèlement des voies diplomatiques pour arrêter cette guerre. Nous envisageons toujours parallèlement un dialogue », a affirmé le dirigeant ukrainien au cours d’une conférence de presse avec le chancelier autrichien. Karl Nehammer était en visite à Kiev et à Boutcha, près de la capitale ukrainienne, devenue un symbole des atrocités de l’invasion russe.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a entamé ce samedi 9 avril une visite surprise à Kiev par un entretien en tête-à-tête avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a annoncé Andriï Sybyga, chef adjoint de la présidence ukrainienne.

Boris Johnson est le premier leader du G7 à visiter l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

La frappe sur la gare de Kramatorsk qui, vendredi, a tué 50 civils confirme la réorientation des forces russes vers l’Est de l’Ukraine et le Donbass.

La dernière session de pourparlers directs russo-ukrainiens s’est déroulée le 29 mars à Istanbul, au cours desquels l’Ukraine a détaillé ses principales propositions en vue d’un accord avec Moscou dont sa « neutralité » en échange d’un accord international pour garantir sa sécurité.

Le président ukrainien a également demandé « une réponse mondiale ferme » après le bombardement meurtrier d’une gare dans l’Est de l’Ukraine, à Kramatorsk

« Dans l’Est et dans le Sud, nous observons une concentration d’armes, d’équipements et de troupes qui s’apprêtent à occuper une autre partie de notre territoire », a indiqué Volodymyr Zelensky.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !