Guerre en Ukraine : l'objectif de la France est « qu'il n'y ait pas de victoire russe », selon le ministre Clément Beaune | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le ministre français délégué aux Affaires européennes Clément Beaune s'est confié sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne et sur l'offensive militaire russe.
Le ministre français délégué aux Affaires européennes Clément Beaune s'est confié sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne et sur l'offensive militaire russe.
©Ludovic MARIN / AFP

Diplomatie

Guerre en Ukraine : l'objectif de la France est « qu'il n'y ait pas de victoire russe », selon le ministre Clément Beaune

« Le chercheur de guerre, le fauteur de guerre, c'est M. Poutine », selon le ministre français délégué aux Affaires européennes, Clément Beaune.

Alors que l'aide internationale envers l'Ukraine se poursuit, via notamment une enveloppe record de la part des Etats-Unis, la France continue d'afficher son soutien envers l'Ukraine tout en poursuivant la voie diplomatique avec le Kremlin. L'objectif de la France est « qu'il n'y ait pas de victoire russe », il est de « libérer l'Ukraine », a indiqué ce dimanche 22 mai le ministre français délégué aux Affaires européennes Clément Beaune. Il s’est exprimé dans le cadre d’un entretien sur Europe 1 et CNews :

« On apporte les moyens à l'Ukraine, sans être nous-mêmes en guerre, de résister, de se libérer d'une agression. Eux n'ont pas provoqué la guerre en Russie. Ils cherchent à se libérer d'un pays qui les occupe en tant qu'Etat souverain. C'est légitime, on les soutient ».

Clément Beaune a notamment dénoncé la position du dirigeant russe :

« Le chercheur de guerre, le fauteur de guerre, c'est Monsieur Poutine. (...) Les Ukrainiens n'ont pas provoqué la guerre en Russie. Ils cherchent à se libérer d'un pays qui les occupe en tant qu'Etat souverain ».

Le soutien de l'Union européenne à l'Ukraine « est légitime », selon Clément Beaune :

« Si elle ne le faisait pas, l'Europe dirait : « Allez-y, la Russie de Monsieur Poutine peut faire ce qu'elle veut ». Ce serait dangereux pour notre sécurité ».

Le ministre délégué français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a aussi accordé un entretien à Radio J ce dimanche. Il y a assuré que le processus d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne serait long :

« Il faut être honnête. (...) Si on dit que l'Ukraine va rentrer dans l'UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n'est pas vrai. C'est sans doute 15 ou 20 ans, c'est très long ».

En Ukraine, la loi martiale et la mobilisation générale ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu'au 23 août. Lors de deux votes, le Parlement ukrainien, la Rada, a approuvé les décrets présidentiels sur la prolongation de ces deux mesures, en mesure depuis le 24 février.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !