Femme de ménage sans papier ? : la rédaction du Point retire son article et présente ses excuses à Raquel Garrido et Alexis Corbière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
La rédaction du Point a retiré un article et présenté ses excuses à Raquel Garrido et Alexis Corbière.
La rédaction du Point a retiré un article et présenté ses excuses à Raquel Garrido et Alexis Corbière.
©JOEL SAGET / AFP

Fausses accusations

Femme de ménage sans papier ? : la rédaction du Point retire son article et présente ses excuses à Raquel Garrido et Alexis Corbière

Le couple de députés insoumis était accusé, dans un article de l’hebdomadaire conservateur, d’avoir fait travailler une employée de maison sans titre de séjour, ce qu’ils ont démenti. Le Point a depuis retiré son article et a présenté ses excuses après ces fausses accusations.

Ce jeudi 23 juin, le directeur de l’hebdomadaire Le Point a tenu à apporter une clarification après la publication d’un article concernant les députés Raquel Garrido et Alexis Corbière qui auraient employé, selon Le Point, une femme de ménage sans papier. Cet article a été très critiqué depuis 24 heures et ces informations ont été démenties.

La rédaction du Point a donc présenté ses excuses au couple de députés de La France insoumise suite à ces fausses accusations. Etienne Gernelle a publié le message suivant sur Twitter ce jeudi :

« L’article que nous avons publié hier sur Raquel Garrido et Alexis Corbière a fait l’objet d’un démenti très ferme des intéressés. Les vérifications complémentaires que nous avons menées nous ont révélé que des erreurs et manquements à la prudence avaient été commis. Nous retirons donc l’article, et poursuivons l’enquête pour comprendre ce qui s’est passé. Nous présentons nos excuses plates et sincères à Raquel Garrido et Alexis Corbière, ainsi qu’à nos lecteurs ».

Mercredi, l’article accusait les deux députés insoumis d’employer une femme de ménage sans titre de séjour. Présentée comme une « bonne à tout faire », elle aurait été contrôlée par la police il y a quelques semaines, alors qu’elle se promenait dans les rues de Paris avec la plus jeune enfant du couple. Cette femme, décrite comme une Algérienne de 36 ans aurait été contrainte de présenter son passeport algérien, faute de titre de séjour français.

Depuis la publication de l’article, les deux députés ont fermement démenti les accusations du Point, sur Twitter et sur Libération.

Twitter - Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !