Femme brûlée vive à Mérignac : une suite de défaillances selon le rapport d'étape du ministère de la Justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Police Judiciaire
Police Judiciaire
©PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Féminicide

Femme brûlée vive à Mérignac : une suite de défaillances selon le rapport d'étape du ministère de la Justice

La mission d'inspection doit se poursuivre pour caractériser ces dysfonctionnements

Le 4 mai dernier, Chahinez, mère de trois enfants âgée de 31 ans, a été immolée par le feu en pleine rue après avoir été belssée aux jambes à coups de fusil par son mari à Mérignac (Gironde).

Une mission d’inspection de fonctionnement "sur les faits criminels survenus mardi dernier à Mérignac" a été mise en place. 

"Le rapport d’étape de la mission d’inspection de fonctionnement de l’inspection générale de l’administration et de l’inspection générale de la justice a été remis ce jour à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la justice et Marlène Schiappa, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur sur les faits criminels survenus mardi dernier à Mérignac. Il révèle une suite de défaillances qui peut être reprochées à différents acteurs dans la communication et la coordination entre les services." indique un communiqué du ministère de la Justice.

"La mission doit se poursuivre pour caractériser ces dysfonctionnements et proposer les initiatives propres à y remédier. Le rapport définitif devrait être remis le 10 juin. Ses conclusions seront rendues publiques" ajoute le communiqué.

Mounir B., qui a la double nationalité franco-algérienne, avait été condamné en 2020 à un an et demi de prison pour "violences volontaires " en récidive, sur son épouse.

Libéré en décembre il n'avait pas respecté l'interdiction de la contacter. Elle avait porté plainte en mars pour une nouvelle agression, mais l'homme n'avait pas été retrouvé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !