Eric Zemmour veut mettre l'immigration à zéro, en réduisant l'immigration légale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Zemmour
Eric Zemmour
©Capture d'écran RTL

Programme

Eric Zemmour veut mettre l'immigration à zéro, en réduisant l'immigration légale

Le candidat à l'élection présidentielle veut organiser un référendum pour faire valider son plan sur l'immigration

"Je veux arrêter les flux et mettre l'immigration à zéro, c'est-à-dire réduire l'immigration légale". Invité du Petit-déjeuner de campagne de RTL ce mercredi 15 décembre, Éric Zemmour dit vouloir "s'en prendre à l'immigration légale", et expliqué que c'est notamment cette proposition qui le différencie de ses concurrents, et "en particulier de Valérie Pécresse" souligne RTL.

Zemmour souhaite "arrêter le droit au regroupement familial, réduire à quelques dizaines voire centaines de personnes le droit d'asile, réduire drastiquement le nombre d'étudiants étrangers".

Selon le candidat à l'élection présidentielle, il y a "55% d'étrangers non-européens qui sont chômeurs ou inactifs, qui sont donc aux frais du peuple français (...) Il faut que cela cesse et donc que ces gens rentrent chez eux", Il souhaite donc "que les étrangers chômeurs soient renvoyés chez eux au bout de 6 mois, comme ça se passe aux États-Unis ou en Suisse".

Toujours sur l’immigration, Zemmour explique que s'il est élu, "mon plan sera présenté par référendum aux Français avant l’été. La préférence nationale y figurera."

Le candidat à la présidentielle a aussi expliqué :  "J’ai sillonné la France pendant trois mois et j’ai vu beaucoup de Français : ils sont hantés par le grand remplacement avec l'islamisation du pays et par le grand déclassement avec leur appauvrissement et l’effondrement de l’école."

Par ailleurs Eric Zemmour veut la suppression de la redevance télévision, et il veut aussi privatiser France Télévisions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !