Eric Zemmour envisage des meetings en commun et des ralliements avec Marine Le Pen s'il est au second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Zemmour et Marine Le Pen se serrent la main en se croisant lors de la présentation de leurs programmes de campagne au Medef, le 21 février 2022.
Eric Zemmour et Marine Le Pen se serrent la main en se croisant lors de la présentation de leurs programmes de campagne au Medef, le 21 février 2022.
©ÉRIC PIERMONT / AFP

Réconciliation ?

Eric Zemmour envisage des meetings en commun et des ralliements avec Marine Le Pen s'il est au second tour

Le candidat Reconquête a ouvert la voie à une réconciliation avec Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle lors de son interview sur BFMTV et RMC ce mercredi 30 mars.

Interrogé sur sa rivalité avec Marine Le Pen dans le contexte de la campagne électorale, Eric Zemmour a tenu à préciser son point de vue vis-à-vis de la candidate du Rassemblement National : 

"On n'est pas fâchés, on est concurrents, on est rivaux", a-t-il indiqué ce mercredi 30 mars sur l'antenne de BFMTV et RMC. 

Eric Zemmour a révélé qu'il était "bien sûr" pour une réconciliation avec Marine Le Pen et qu'il était favorable à l'organisation de meetings communs autour de sa candidature, lors de son accession au second tour de l'élection présidentielle.

Eric Zemmour est persuadé d'arriver au second tour grâce à son projet politique, l'union des droites : 

"Je vous assure que je serai au second tour. J'ai un électorat composé de classes populaires et de fillonistes. Les deux se réunissent, c'est pour ça que je fais l'union des droites. Le Pen ne peut pas, car elle a un électorat d'ouvriers, de petits employés".

Eric Zemmour anticipe également qu'au soir du premier tour, de nombreux ténors des Républicains vont appeler à le soutenir face à Emmanuel Macron.

"Quand je serai au second tour, Bellamy, Ciotti, Morano... appelleront à voter pour moi contre Macron", selon le candidat de Reconquête.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !