Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Emmanuel Macron plan cancer tabac alcool dépistage traitements
©Ludovic MARIN / AFP

Lutte contre le cancer 

Emmanuel Macron a dévoilé les contours du plan cancer et vise une "génération sans tabac" en 2030

Le président de la République a dévoilé, ce jeudi, une stratégie décennale contre le cancer qui reste la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième chez les femmes. L'objectif est de faire baisser le nombre de morts de 150.000 à 100.000 par an.

Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi, dans le cadre de sa présentation de stratégie décennale contre le cancer, vouloir renforcer la prévention contre le tabac et l'excès d'alcool. Le chef de l'Etat vise même l'objectif d'une future "génération sans tabac", afin de ramener le nombre de morts de 150.000 à 100.000 par an, selon des informations du Point. 
 
Le président de la République a annoncé une hausse de 20 % des moyens déployés contre cette maladie qui reste la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième chez les femmes.
 
Le budget des cinq premières années du plan décennal sera ainsi porté à 1,7 milliard d'euros pour 2021-2025. 
 
Emmanuel Macron s'est également rendu à l'Institut Gustave-Roussy pour rencontrer les soignants et les malades.
 
A l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le chef de l'Etat a aussi promis davantage de dépistages et une lutte accrue contre les séquelles après la guérison. 
 
Le tabac et l'alcool sont donc au coeur de la stratégie d'Emmanuel Macron dans le cadre du plan cancer.
 
"Je souhaite que la génération qui aura 20 ans en 2030 soit la première génération sans tabac de l'histoire récente".
 
Pour l'alcool, "il ne s'agit pas d'aller vers le zéro alcool mais bien de prévenir les excès et de mieux aider ceux qui sont dans une forme de dépendance à en sortir".
 
Le chef de l'Etat a également confirmé l'objectif de sept nouvelles "zones à faibles émissions" dans des grandes villes et certaines vallées pour améliorer la qualité de l'air.
 
En matière de prévention, le gouvernement et l'INCa ambitionnent de réduire de 60 000 par an d'ici à 2040 le nombre des "cancers évitables", sur un total de 153 000 – on estime que 40 % des cas de cancers pourraient être évités, car attribuables à des facteurs de risque modifiables comme le tabac, l'alimentation, l'exposition aux UV ou encore la sédentarité. 
 
Le plan souhaite également limiter à un tiers la proportion de patients souffrant de séquelles cinq ans après leur diagnostic (chirurgies mutilantes, effets secondaires des médicaments, retards de développement chez les enfants…), contre deux tiers à l'heure actuelle.
 
Le dernier objectif du plan consiste à "améliorer significativement" le taux de survie des cancers à mauvais pronostic, c'est-à-dire ceux dont le taux de survie à cinq ans est inférieur à 33 %, tels que les cancers du pancréas ou du poumon.
Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !