Emmanuel Macron : "Nous aimions Belmondo, parce qu'il nous ressemblait" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Emmanuel Macron se tient lors de l'hommage national à Jean-Paul Belmondo dans la cour des Invalide à Paris, le 9 septembre 2021
Emmanuel Macron se tient lors de l'hommage national à Jean-Paul Belmondo dans la cour des Invalide à Paris, le 9 septembre 2021
©CRÉDITLUDOVIC MARIN / AFP

Hommage aux Invalides

Emmanuel Macron : "Nous aimions Belmondo, parce qu'il nous ressemblait"

L'hommage national présidé par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, en mémoire de Jean-Paul Belmondo a eu lieu dans la cour d'honneur des Invalides.

Un hommage national à Jean-Paul Belmondo était organisé ce jeudi 9 septembre à la cour des Invalides. Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a fait un éloge funèbre à Jean-Paul Belmondo : 
 
"Belmondo fut le visage de tous les bouleversements de nos Trente Glorieuses. (...) Nous aimions Jean-Paul Belmondo, parce qu'il nous ressemblait (...) Jean-Paul Belmondo était de la famille". 
 
Le président de la République a retracé sa carrière, de la Nouvelle-Vague chez Godard, aux cascades spectaculaires des films d'Henri Verneuil.
 
Le président de la République a salué "un héros aux mille visages dont la carrière charrie mille vies" : 
 
"Jean-Belmondo a vécu à nos côtés cette vie française (..) Il épousa la France".
 
Victor Belmondo, l'un des petits-enfants de Jean-Paul Belmondo a pris la parole lors de cette cérémonie aux Invalides :
 
"Merci Papy de nous avoir donné tant de joie. Merci d'avoir tant partagé ta positivité. Tu nous laisse remplis de ce bonheur immense. On pense à toi, on t'aime, et amuse-toi bien avec tes copains qui t'ont tant manqué".

Lors de la cérémonie, le Choeur de l'armée a interprété la Marseillaise, pour saluer la mémoire de Jean-Paul Belmondo.
 
La musique du film de Georges Lautner, "Le Professionnel", signée Ennio Morricone, a aussi résonné dans la cour des Invalides.
 
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !