Des vidéos obtenues par le New York Times montrent comment des parachutistes russes ont tué 8 Ukrainiens à Boutcha le 4 mars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Video ukrainienne via le New York Times
Video ukrainienne via le New York Times
©Video ukrainienne via le New York Times

Guerre

Des vidéos obtenues par le New York Times montrent comment des parachutistes russes ont tué 8 Ukrainiens à Boutcha le 4 mars

L'enquête du quotidien américain raconte en détail la mort de ces Ukrainiens

C'est la dernière fois que les hommes seraient vus vivants : dans deux vidéos, des parachutistes russes les font défiler sous la menace d'une arme dans une rue de Bucha, une banlieue de Kiev. Certains des captifs ukrainiens sont courbés, tenant les ceintures de ceux qui les précèdent. D'autres ont les mains sur la tête. "Marche vers la droite, salope", leur ordonne l'un des soldats.

Les vidéos, filmées le 4 mars par une caméra de sécurité et un témoin dans une maison voisine et obtenues par le New York Times, sont la preuve la plus claire à ce jour que les hommes étaient sous la garde des troupes russes quelques minutes avant d'être exécutés.

Huit témoins ont raconté au New York Times ce qui s'est passé ensuite. Les soldats ont emmené les hommes derrière un immeuble de bureaux voisin que les Russes avaient repris et transformé en base de fortune. Il y a eu des coups de feu. Les captifs ne sont pas revenus.

Une vidéo de drone filmée un jour plus tard le 5 mars, également obtenue par le New York Times, est la première preuve visuelle qui confirme les témoignages oculaires. Elle montre les cadavres gisant sur le sol à côté de l'immeuble de bureaux au 144, rue Yablunska, tandis que deux soldats russes montaient la garde à côté d'eux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !