Des journalistes visés à Kaboul lors d'une double attaque suicide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des journalistes visés à Kaboul lors d'une double attaque suicide
©SHAH MARAI / AFP

Etat Islamique

Des journalistes visés à Kaboul lors d'une double attaque suicide

Deux attentats ont visé le cœur de Kaboul dans la matinée du lundi 30 avril. Plusieurs journalistes font malheureusement partie des victimes.

Plus de 25 personnes ont été tuées ce lundi 30 avril 2018 à Kaboul dans deux attaques revendiquées par l'Etat Islamique. Selon les premiers éléments, une première attaque suicide est survenue dans la matinée de lundi au cœur de la capitale afghane. Le second attentat a visé la presse, arrivée sur le site de la première attaque.

Les autorités ont précisé qu'un photographe de l'AFP et cinq journalistes ont perdu la vie dans cette double attaque perpétrée à Kaboul. D'après un premier bilan encore provisoire, communiqué en fin de matinée par le ministère de la Santé afghan, le double attentat a fait au moins 25 morts et 49 blessés. Une journaliste de l'AFP a été en mesure de décompter 14 corps à la morgue de l'hôpital Wazir Akbar Khan. D'autres victimes ont été acheminées vers l'hôpital de l'ONG italienne Emergency. 
Shah Marai, chef photographe du bureau de l'AFP à Kaboul s'était rendu sur les lieux de la première explosion. Il a été tué par la deuxième déflagration survenue une trentaine de minutes plus tard. Il travaillait pour l'AFP depuis 1996. Il a notamment contribué à la couverture de l'invasion américaine de 2001.
Cinq autres journalistes présents ont été tués par cette explosion. Tous travaillaient pour des télévisions afghanes. Un d'entre eux était membre de la chaîne Tolo News, déjà endeuillée suite à un attentat revendiqué par les talibans en 2016 qui avait fait sept morts.
Selon une source sécuritaire, le kamikaze qui a visé la presse en ce lundi 30 avril, s'est préalablement glissé parmi les reporters, "muni d'une caméra". Les journalistes et les photgraphes étaient allés couvrir le premier attentat, perpétré peu avant 08h, à proximité du siège des services de renseignements afghans.
Le groupe Etat Islamique a revendiqué lundi le double attentat qui a ensanglanté la capitale afghane.
"Les apostats des forces de sécurité, des médias, et d'autres (personnes) ont accouru sur le [premier] site de [l'attaque], où un frère kamikaze les a pris par surprise avec sa veste explosive".
Une troisième attaque meurtrière est également survenue aujourd'hui dans une autre région du pays. Onze enfants, massés près d'un convoi de l'Otan, sont morts ce lundi 30 avril 2018 près de l'aéroport de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan. Ils ont été tués lors d'un attentat suicide qui visait le convoi de l'Otan selon des sources officielles auprès de l'AFP. 
Dans le cadre de cette attaque, seize autres personnes ont été blessées. Cinq soldats roumains de l'Otan et deux policiers afghans ont notamment été impactés selon le porte-parole du gouverneur provincial, Said Aziz Ahmad Azizi.
Le précédent attentat dans la capitale afghane est survenu le dimanche 22 avril. Cette attaque a provoqué près de 60 morts et 20 blessés dans un quartier à majorité chiite. Un kamikaze de l'EI avait visé un centre de délivrance de cartes d'identités en vue des élections législatives du 20 octobre. L'une des attaques les plus meurtrières, le 27 janvier dernier, avait fait 103 morts et plus de 150 blessés.
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !