Une coalition anti-Hollande en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Une coalition anti-Hollande en Europe
©

Complot au sommet

Une coalition anti-Hollande en Europe

Les conservateurs du vieux continent se seraient entendus pour ne pas recevoir le candidat socialiste. Berlin dément.

[Mis à jour le 04/03/2012 à 13h]

Berlin a démenti aujourd'hui à l'Agence France-Presse que des dirigeants européens conservateurs se soient mis d'accord pour ne pas recevoir le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, comme l'affirme l'hebdomadaire Der Spiegel.

"Chaque chef de gouvernement européen choisit indépendamment si et comment il souhaite recevoir M. Hollande. En Allemagne, il n'y a pour le moment aucun rendez-vous de prévu" avec la chancelière Angela Merkel, a indiqué une porte-parole du gouvernement allemand.

[Article initial]

Une coalition anti-Hollande en Europe... La chancelière allemande Angela Merkel aurait rallié ses homologues conservateurs italien, espagnol et britannique pour refuser de recevoir le candidat socialiste à l'élection présidentielle en France, selon le magazine allemand Der Spiegel à paraître lundi.

Mme Merkel, le président du Conseil italien, Mario Monti, et le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, se seraient "engagés verbalement" à ne pas le recevoir, rejoints par Premier ministre britannique David Cameron.

D'après l'hebdomadaire, les dirigeants conservateurs seraient "scandalisés" par la déclaration du candidat socialiste sur une renégociation du pacte fiscal, une pièce centrale du sauvetage de la zone euro.

Le PS a vivement réagi. "Angela Merkel en fait trop !", a déclaré l'un des secrétaires nationaux du PS, Jean-Christophe Cambadélis. "Ce boycott est à la fois peu amical, peu acceptable et peu rentable sur le plan électoral. Car l'hostilité de la chancellerie a peu de chance de trouver un écho positif chez nos compatriotes. Elle prend d'ailleurs un risque inconsidéré".

Lu sur le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !