Covid-19 : "Nous serons contraints de faire un tri des patients", alertent des médecins de l’AP-HP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des soignants d'un service de pneumologie de l'AP-HP.
Des soignants d'un service de pneumologie de l'AP-HP.
©Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Médecine de guerre

Covid-19 : "Nous serons contraints de faire un tri des patients", alertent des médecins de l’AP-HP

41 directeurs médicaux de crise de l’AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) expliquent, dans une tribune publiée dans le JDD, qu'ils n'ont "jamais connu une telle situation, même pendant les pires attentats subis ces dernières années".

Une quarantaine de directeurs médicaux de crise de l’AP-HP tirent la sonnette d'alarme, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche.

Notant que l'épidémie de Covid-19 "est de nouveau en progression constante dans toutes les Régions", ils expliquent que "dans les quinze prochains jours, les contaminations ayant déjà eu lieu, nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires et nous savons d'ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période."

"Tous les indicateurs concordent pour affirmer que les mesures actuelles sont et seront insuffisantes pour inverser rapidement la courbe alarmante des contaminations", écrivent-ils, après avoir rappelé que la vaccination est une arme "à moyen terme" qui ne pourra évidemment pas inverser la tendance de l'épidémie dans les prochaines semaines.

En conséquence, "das cette situation de médecine de catastrophe où il y aura une discordance flagrante entre les besoins et les ressources disponibles, nous serons contraints de faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possible, écrivent les 41 signataires. "Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l'accès des patients adultes aux soins critiques", alertent-ils.

"Le tri des patients a déjà commencé puisque des déprogrammations médicales et chirurgicales importantes nous ont déjà été imposées et que nous savons pertinemment que celles-ci sont associées à des pertes de chances et des non-accès aux soins pour certains patients", notent-ils. Mais "ces déprogrammations vont devoir s’intensifier dans les jours qui viennent, n’épargnant bientôt plus que les urgences vitales".

À Lire Aussi

Etats-Unis : et pour quelques 3.000 milliards de dollars de plus
Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !