Certains responsables russes craignent qu'une invasion à grande échelle de l'Ukraine ne soit plus coûteuse que ne le pense le Kremlin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Kremlin
Le Kremlin
©Mladen ANTONOV / AFP

Suspense

Certains responsables russes craignent qu'une invasion à grande échelle de l'Ukraine ne soit plus coûteuse que ne le pense le Kremlin

La douceur de l'hiver, le terrain boueux pourraient gêner une offensive

Des communications interceptées obtenues par les États-Unis ont révélé que certains responsables russes craignaient qu'une invasion à grande échelle de l'Ukraine ne soit plus coûteuse et plus difficile que ne le pensent le président russe Vladimir Poutine et d'autres dirigeants du Kremlin explique CNN.

Les responsables russes ont également déploré que leurs plans aient été découverts et exposés publiquement par les nations occidentales, ont déclaré deux de ces sources, citant des communications interceptées.

Des responsables ont déclaré samedi à CNN que Poutine avait désormais rassemblé 70% du personnel militaire et des armes aux frontières de l'Ukraine dont il aurait besoin pour une invasion à grande échelle du pays. Certaines évaluations indiquent qu'il envisage peut-être d'essayer de prendre la capitale ukrainienne, Kiev, ont-ils déclaré, et la ville pourrait tomber dans les 48 heures suivant une invasion terrestre et aérienne à grande échelle.

Une autre possibilité, ont déclaré les responsables, est que Poutine décide d'une opération sur plusieurs fronts, en envoyant des forces de plusieurs directions à travers l'Ukraine pour briser rapidement la capacité de l'armée ukrainienne à se battre en tant que force cohérente.

Les analystes militaires se demandent si la poursuite de l'hiver doux pourrait affecter les plans d'une offensive.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !