Assemblée nationale : le palmarès des bons et des mauvais élèves de l'hémicycle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le site Nosdéputés.fr a publié le classement des bons et mauvais élèves de l'Assemblée nationale
Le site Nosdéputés.fr  a publié le classement des bons et mauvais élèves de l'Assemblée nationale
©Reuters

Classement

Assemblée nationale : le palmarès des bons et des mauvais élèves de l'hémicycle

Le site Nosdeputes.fr vient de mettre à jour le bilan de l'activité parlementaire de l'année écoulée. Présence, interventions, rédaction d'amendements... voici le classement.

Qui sont les bons et les mauvais élèves de l'Assemblée ? Les plus présents ? Les grands absents ? Le plus travailleur ? Le plus bavard ? Autant de questions auxquelles répond le site internet Nosdeputes.fr. En effet, celui-ci répertorie l'activité parlementaire des 577 élus du Palais-Bourbon. À en croire les données du site, relayées par Le Parisien, les députés ne sont pas égaux dans l'hémicycle. 

Ainsi, comme l'indique le quotidien national, parmi Charles de Courson, député UDI de la Marne, François Brottes, député PS de l'Isère et Christophe Caresche, député PS de Paris, sont les parlementaires les plus assidus. Ceux-ci ne qui ne quittent jamais les bancs de l'Assemblée : 40 semaines de présence sur 40. A l'inverse  Franck Marlin, député d'Essonne, n'a presque jamais côtoyé les bancs de l'Assemblée. L'élu UMP n'a fait acte de présence qu'une seule semaine sur l'ensemble de l'année.

Dans les colonnes du Parisien, Charles de Courson explique : "La fonction de base d'un député, c'est voter la loi. Si vous voulez y contribuer, il faut être présent, en commission et en hémicycle". Et de poursuivre : "Pour être efficace, il faut être présent, certes, mais aussi compétent. Il y a une certaine technicité à acquérir". 

Le site Nosdéputés.fr  comptabilise aussi le nombre d'interventions des parlementaires. Un classement des élus des plus bavards aux plus discrets est donc établi. Le Parisien note que trente députés ne sont jamais intervenue dans l'hémicycle (c'est le cas notamment de Patrick Balkany) alors que le député UMP des Côtes-d'Armor, Marc Le Fur, totalise plus de 6 000 interventions. "Quand nous sommes dans l'opposition, l'expression est notre seule arme", assure-t-il au Parisien.

Si on l'a vu certains multiplient les prises de parole, d'autres préfèrent passer leur temps en réunion. C'est le cas du député PS, François Brottes, qui  a assisté à 200 réunions en un an.  A l'inverse, Christian Jacob, président du groupe UMP, et Eric Jalton, député PS en Guadeloupe, font figure de mauvais élèves : ils n'ont jamais assisté à une seule réunion. "Ça ne m'étonne pas trop, assure le député de l'Isère en apprenant le bilan de son année. Mais la commission (des Affaires économiques) que je dirige est celle qui traite du plus grand nombre de projets de lois". 

Par ailleurs, Patrick Hetzel, député UMP du Bas-Rhin) est l'amendeur en chef puisqu'il a signé 2 312 amendements en un an. Tout en bas du classement, on retrouve les Marseillais Sylvie Andrieu (NI) et Patrick Mennucci (PS), qui sont parmi les quatre parlementaires à n'en avoir signé aucun ces douze derniers mois. Selon Patrick Hetzel, l'amendement "est un outil fondamental dans le travail parlementaire (…)  il permet d'améliorer un texte ou d'infléchir une position".  Enfin, Thierry Lazaro, député UMP du Nord, se place comme le grand champion des questions d'actualité, n'hésitant pas à interroger les ministres sur des sujets variés. Sur les douze derniers mois, l'élu a soumis 1 213 questions écrites.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !