Les accidents nucléaires engendreraient plus de garçons | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les accidents nucléaires
engendreraient plus de garçons
©

Layette atomique

Les accidents nucléaires engendreraient plus de garçons

Les accidents et essais nucléaires auraient une incidence sur le sexe des enfants à naître.

A l'heure où les conséquences de l'accident de Fukushima restent imprévisibles, une étude montrerait que les accidents et essais nucléaires des dernières décennies ont eu un impact sur le sexe des bébés. Des millions de garçons supplémentaires seraient nés, au détriment des filles.

L'étude a passé au crible les naissances aux Etats-Unis et dans 39 pays européens de 1975 à 2007. Ils les ont comparées avec des données collectées de 1964 à 1975 dans les mêmes régions. Ils ont observé un très net pic de naissances masculines à partir de 1986, date de l'accident de Tchernobyl. Une tendance similaire à celle du début des années 1960, époque à laquelle les tests nucléaires se pratiquaient à l'air libre.

Une autre constatation semble faire le lien avec la centrale ukrainienne : plus un pays est éloigné de Tchernobyl, et moins le ratio filles-garçons a été perturbé. La France, même si elle est touchée par le phénomène, a ainsi été davantage épargnée que la Biélorussie. 

Les naissances masculines sont restées supérieures à la normale plusieurs années après Tchernobyl, ce qui s'expliquerait par le fait que les particules radioactives nocives restent actives pendant longtemps.

Comment expliquer cette proéminence des naissances mâles ? National Geographic évoque une altération du chromosome X dans la semence masculine.

Lu sur National Geographic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !