Zones de non-droit : la carte des régions du monde où Etat et gouvernement ont totalement disparu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Cette organisation veut instaurer un Etat islamique dirigé par la charia dans les territoires du nord.
Cette organisation veut instaurer un Etat islamique dirigé par la charia dans les territoires du nord.
©Reuters

Chaos

Zones de non-droit : la carte des régions du monde où Etat et gouvernement ont totalement disparu

Dans le nord du Nigéria, le groupe de combattants islamistes Boko Haram s'attaque régulièrement à des écoles, des églises, et des bâtiments gouvernementaux depuis son implantation locale en 2009.

Frédéric Encel

Frédéric Encel

Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales géopolitiques de Trouville-sur-Mer dont la 5è édition se tiendra  les 26-27 septembre 2020 sur le thème "Mémoire et géopolitique". Il vient de publier Les 100 Mots de la  guerre, coll. Que Sais-Je? (PUF).  

Voir la bio »

Depuis que les combattants de l'Etat islamique et plusieurs groupes de rebelles armés contrôlent une vaste partie du territoire syrien, la violence et le chaos constituent le quotidien de millions de personnes dans la région. Alors que les habitants sont toujours plus nombreux à essayer de fuir leur pays, les Nations Unies ont renoncé à compter précisément le nombre de morts dans la région.

Si la situation syrienne est particulièrement préoccupante en raison des divers enjeux qu'elle représente, beaucoup d'autres populations à travers le monde souffrent des seigneurs de guerre, des séparatistes, des cartels de la drogue, ou de groupes terroristes qui ont conquis des territoires au cœur d'Etats souverains, laissant les gouvernements souvent impuissants. Le site internet de Bloomberg publie des cartes précises sur l'état des lieux actuel. 

1 - Depuis le printemps arabe de 2011 et l'exécution du colonel Mouammar Kadhafi, les combats se poursuivent entre différents groupes pour obtenir le contrôle de la Libye. En conséquence des frappes aériennes de l'Otan visant à soutenir les rebelles libyens, des milices concurrentes s'affrontent quotidiennement, et des groupes d'extrémistes armés commettent régulièrement des attentats dans la capitale ainsi que dans d'autres zones urbaines. Les islamistes ont mis en place un gouvernement parallèle à Tripoli et dans l'ouest du pays, alors que le gouvernement officiel reconnu par la communauté internationale s'est déplacé vers l'est.  Outre ces affrontements, le pays se trouve plongé dans le chaos à cause d'un taux de criminalité très élevé. "Le pouvoir central n'existe plus, le pays étant littéralement atomisé en une multitude de pouvoirs locaux de type tribal, clanique et/ou mercantiliste, et plus marginalement idéologique" analyse Frédéric Encel, professeur de relations internationales à la Paris School of Business, maître de conférences à Sciences-Po Paris et auteur de "Petites leçons de diplomatie" (Autrement, 2015). "L'Etat est donc effondré, ou failli, selon le concept géopolitique en vogue. Certes, le droit international reconnaît encore officiellement une Libye - avec du reste un gouvernement provisoire situé à l'est, en Cyrénaïque - mais sur le terrain le non-droit prédomine. Ou, plus précisément, l'absence d'un droit central et unanimement reconnu. Pour l'heure, aucun des deux principaux groupes rivaux (nommons-les pour simplifier le nationaliste et le théocratique) ne parvient à s'imposer, sachant que le trublion barbare de Daesh menace par ailleurs de s'étendre à leur détriment..."

2 - Selon l'ancien Premier ministre Manmohan Singh, l'insurrection maoïste en Inde constitue le plus grand défi auquel le pays est confronté en termes de sécurité intérieure. Depuis 2004, année lors de laquelle deux groupes rebelles se sont réunis pour créer le Parti Communiste indien, la violence a littéralement éclaté dans certaines régions. Cette organisation a pour but de renverser le gouvernement et de libérer de "l'oppression sociale" les tribus qui peuplent la ceinture forestière du centre du pays. Dans l'état de Chhattisgarh, les Maoïstes ont mené à plusieurs reprises des embuscades contre les forces de sécurité de l'Etat, qui cherchent à chasser les rebelles de la région.

3 - Les mouvements de protestation initiés en 2011 lors du printemps arabe se sont transformés en une véritable guerre civile en Syrie, à mesure que les rebelles se sont armés contre Bashar al-Assad. Le régime assure toujours le contrôle de la ville de Damas, ainsi que d'autres régions dans l'ouest du pays, alors que les rebelles et les combattants de l'Etat islamique contrôlent leurs propres territoires à l'est. Cette situation a plongé le pays dans une violence d'une intensité extrême et quotidienne.

4 - Le plus long conflit survenu sur le continent américain a malheureusement survécu à son 50ème anniversaire. Les racines de ce conflit qui engendre une violence rurale perpétuelle entre partisans du parti libéral et du parti conservateur remontent même encore plus loin en Colombie. Le gouvernement, la guérilla marxiste des FARC, et les groupes paramilitaires de droite s'affrontent depuis de nombreuses années. Dans les différentes zones qui échappent au contrôle de l'Etat, des dizaines de milliers de civils ont perdu la vie après avoir été enlevés, après avoir marché sur des mines, ou à cause des attaques menées par différents groupes. Le 23 septembre 2015, le gouvernement et les FARC ont cependant annoncé qu'un accord de paix sera signé dans les six prochains mois.

5 - Dans le nord du Nigéria, le groupe de combattants islamistes Boko Haram s'attaque régulièrement à des écoles, des églises, et des bâtiments gouvernementaux depuis son implantation locale en 2009. Cette organisation veut instaurer un Etat islamique dirigé par la charia dans les territoires du nord, et se revendique elle-même comme un partenaire actif de l'Etat islamique. Si Boko Haram a renoncé à conquérir certaines zones, ses combattants ont aussi obtenu le contrôle de plusieurs régions au nord du Nigeria, malgré les affrontements qui l'ont opposé aux forces gouvernementales depuis déjà 5 ans. 

6 - Menée par les talibans, l'insurrection en Afghanistan s'est propagée sur de vastes portions du territoire, depuis l'intervention dirigée par les Etats-Unis en octobre 2001. Le pays est sujet à des conflits majeurs depuis les années 1980, après l'invasion du territoire par l'Union soviétique. Au Pakistan, de larges zones semi-autonomes du territoire connues sous le nom de "régions tribales fédéralement administrées" abritent un conflit violent entre différents groupes de combattants. Certains de ces groupes ont perpétré des attentats contre des structures gouvernementales et des représentants de l'Etat. Et s'il est bien un groupe particulièrement puissant, ce sont les Pachtounes. "Ce clan sunnite ultra conservateur a toujours vécu à cheval sur la ligne britannique Durand ayant artificiellement séparé Afghanistan et Pakistan en 1893" explique Frédéric Encel. "Pour l'essentiel, les fameux Talibans en sont issus. Dans les montagnes difficiles d'accès qui, au sud et à l'est de cette ligne devenue frontalière, distinguent ces deux Etats, seuls les chef de tribus pachtounes imposent leur loi, et certainement pas les gouvernements pakistanais ni (surtout) afghans !  Là encore, on peut bien évoquer du non-droit, mais sur place il est bien un droit qui s'applique et s'impose, même s'il ne s'agit pas du droit officiel des Etats officiellement prépondérants sur ces zones..."

7 - Depuis la chute du président Hosni Mubarak en 2011, la violence  a connu une véritable escalade dans la péninsule du Sinaï, en Egypte, où près d'une dizaine de groupes armés sévissent régulièrement, menant des attaques contre l'armée. Des hommes en armes contrôlent les routes et établissent des chekpoints. Les habitants de la région comme les réfugiés se plaignent de l'indifférence totale des autorités face à la situation.  "Je qualifierais plutôt le Sinaï de zone grise" explique Frédéric Encel. "En géopolitique, une zone grise, c'est un espace terrestre (ou maritime) appartenant en principe à un Etat constitué et reconnu, mais dans lequel des groupes armés contestent fortement son autorité. Ainsi dans la Péninsule sinaïtique, plusieurs territoires - dont celui septentrional proche de la bande de Gaza - échappent en partie au contrôle civil et militaire du pouvoir central égyptien, son armée faisant face à une rébellion islamiste de type guérilla. En général, dans les zones grises, "la géographie sert d'abord à faire la guerre", comme le dirait mon maître Yves Lacoste ! C'est à dire qu'il s'agit ici d'un aride désert montagneux, ailleurs de hauts massifs percés de grottes, ailleurs encore de jungles épaisses ou même de bâtis urbains très denses (certains faubourgs de Damas à l'heure actuelle...). Depuis plusieurs années, le Sinaï est la cible de groupes à la fois crapuleux et islamistes, lesquels trafiquent des armes, du tabac, de la drogue et même des êtres humains, tentant en outre de frapper les ressources locales (pétrole, gazoducs, tourisme) et les bases de la police et de l'armée. Donc oui, on risque de pouvoir bientôt appeler cela "zone de non-droit", dans la mesure où le droit égyptien ne s'y applique plus que partiellement et imparfaitement." 

8 - La République de Centrafrique est plongée dans le chaos des combats et de l'instabilité politique depuis des décennies. Début 2013, les rebelles musulmans de la Selaka ont pris le pouvoir, mais ont été forcés de se retrancher dans les zones de campagne dix mois plus tard par les milices chrétiennes anti-Balaka. Malgré de récentes tentatives de mise en place d'un processus de paix, les affrontements entre groupes de rebelles chrétiens et musulmans se poursuivent, et un sentiment d'anarchie prévaut à travers le pays.

9 - En 2006, le gouvernement du Mexique a mené une offensive militaire majeure contre les cartels de la drogue qui n'ont cessé d'accroître leur pouvoir au fil des décennies. La violence est devenue chaque année un peu plus extrême, avant d'atteindre son niveau le plus haut en 2011. Les fusillades entre la police et les gangs sont devenues quotidiennes dans de nombreuses villes et agglomérations, tout comme les enlèvements. Dans certaines régions du pays, le forces gouvernementales n'exercent qu'un contrôle très restreint, voir inexistant. De 2007 à 2011, le taux d'homicides commis dans le pays a triplé, et le nombre de meurtres place le Mexique en 20ème position de ce triste classement. 

10 - Depuis le début des années 1990, le conflit ethnique entre les groupes rebelles Hutu et Tutsi terrorise la population civile de la République Démocratique du Congo et empêche le pouvoir de maintenir l'ordre, malgré plusieurs tentatives. Les pays frontaliers sont intervenus à la fin des années 1990 et au début des années 2000, dans des guerres interposées sur le sol congolais, menant à une escalade de la violence. Aujourd'hui encore, les affrontements font souffrir les populations dans le nord et l'est du pays.

11 - Les Philippines ont  tenté d'engager un dialogue d'accalmie avec les insurgés islamiques, au terme de plusieurs décennies d'une longue bataille dans la jungle du sud des Philippines. Les efforts entrepris pour parvenir à un cessez-le-feu permanent ont été fragilisés par une violence constante et de nombreux désaccords sur les réformes gouvernementales dans la région. Selon le gouvernement américain, Abu Sayyaf est "le plus violent des groupes islamistes séparatistes" dans le pays. Ce dernier est connu pour perpétrer régulièrement des enlèvements, des explosions, et des assassinats. 

12 - Alors que le régime militaire de la Birmanie se déverrouille lentement, la frontière montagneuse avec la Thaïlande et le Laos reste une région dangereuse. Le Triangle d'or reste la place forte de l'opium et les affrontements y sont réguliers avec les narcotrafiquants. De plus, de nombreux groupes armés sévissent en Birmanie. Le Nord-est reste interdit aux touristes.

13 - S'il est un exemple d'Etat faible dans le monde, c'est bien la Somalie, pays traversé par la guerre  depuis des dizaines d'années. Les islamistes somaliens shebab y sont encore très présents et luttent avec les autorités pour le contrôle du pays. Aujourd'hui, il s'agit d'un des endroits les plus dangereux au monde.

14 - Devenu indépendant en 2011, le Soudan du sud reste ravagé par la guerre civile qui s'y déroule. L'opposition entre le président Salva Kiir et son vice-président Riek Machar a dégénéré en conflit armé, dans lequel des "rebelles" se sont immiscés. Un accord de paix a bien été signé le 26 août dernier entre les deux ennemis, le dialogue reste fragile et les armes ne sont jamais loin.

15 - On connaissait la corne de l'Afrique, voici désormais le sud-est asiatique, devenu le nouveau terrain de chasse des pirates en tout genre. En fait,  les pirates somaliens ont poussé leur champ d'action jusqu'au large de Singapour, un des principaux hubs maritimes du monde.

16 - Pays immensément touristique, la Thaïlande est pourtant secoué depuis plus de 10 ans par une rébellion islamiste. L'extrême sud abrite, en effet, une forte minorité malaise. Plusieurs groupes terroristes sont actifs dans ces régions pour faire fuir les militaires et les bouddhistes. Rien que pour l'année 2010, on a compté 332 actes terroristes. Il est fortement déconseillé de s'y rendre.

17 - Si le sud est en pleine guerre civile, le Soudan du nord n'en finit pas non plus de s'enliser dans un conflit interne. L'inamovible président Omar el-Béchir tient toujours son pays d'une main de fer et lutte contre de nombreux groupes rebelles dans les régions désertiques. Si de timides signes de paix ont émergé ces derniers jours,  tout cela reste précaire. Depuis 2003, 300 000 personnes sont mortes au Soudan.

18 - Bien plus proche de nous, l'Ukraine continue d'être divisée en deux. Si la trêve du 1er septembre est toujours en vigueur, elle n'empêche pas les incidents entre les soldats ukrainiens et les pro-russes. Depuis le mois d'avril 2014, le conflit a fait 8000 morts et en fait une des régions du monde totalement infréquentables. 

19 - Coincé au bout de la péninsule arabique, le Yémen lutte toujours pour retrouver sa stabilité. Nouveau fief d'Al-Qaïda, il est aussi visé par l'Etat islamique tandis que la rivalité entre chiites et sunnites a entrainé une guerre larvée entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Aujourd'hui, le pays est divisé en deux.   

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !