Voile et sorties scolaires : la France doit accorder aux musulmans ce qu'elle a accordé aux juifs, rien de moins et surtout rien de plus… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Voile et sorties scolaires : la France doit accorder aux musulmans ce qu'elle a accordé aux juifs.
Voile et sorties scolaires : la France doit accorder aux musulmans ce qu'elle a accordé aux juifs.
©Reuters

A l'attention de Najat Vallaud-Belkacem

Voile et sorties scolaires : la France doit accorder aux musulmans ce qu'elle a accordé aux juifs, rien de moins et surtout rien de plus…

Il y a cela plus de deux siècles - en novembre 1791 - le roi Louis XVI apposait sa signature sur le décret faisant des juifs des citoyens comme les autres. De ce passé, on peut tirer des enseignements pour le présent.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L'émancipation des juifs de France fut un moment important de notre Histoire. Et pas seulement pour les juifs car elle donna sa touche définitive à la Déclaration des Droits de l'Homme ("tous les hommes naissant égaux" etc...). La phrase du duc de Clermont-Tonnerre qui porta l'émancipation sur ses fonts baptismaux est restée célèbre : "il faut tout refuser aux juifs en tant que nation et tout leur accorder en tant qu'individus".

De nos jours cela peut, et devrait, être transposé à d'autres qui ne sont pas juifs. Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation Nationale, connaît certainement la déclaration des Droits de l'Homme. Mais sans doute n'a t-elle jamais entendu parler de la phrase du duc de Clermont-Tonnerre. Ou bien si elle la connaît elle n'en comprend pas, mais pas du tout, le sens. Elle vient en effet de faire une singulière déclaration à laquelle se sont refusés tous ses prédécesseurs de droite comme de gauche.

Mme Najat Vallaud-Belkacem a jugé bon d'annoncer que l'acceptation de mères voilées pour les sorties scolaires devait être "la règle". Ce qui suppose qu'il puisse y avoir des exceptions à cette règle. Et, courageusement, elle a laissé aux enseignants le soin de juger de ces exceptions et d’apprécier si il y a, ou non, risque de trouble à l'ordre public. Les syndicats d'enseignants protestent avec force. On les comprend.

On voit déjà les conséquences possibles et prévisibles. Des enseignants, saisis par des parents non musulmans, iraient dire à des mères que leur voile ou leur foulard est trop visible, trop ostentatoire, qu'il ressemble trop à une burqa ? Les malheureux ! Car les dames en question crieraient au racisme et ameuteraient les foules. Et à supposer que les enseignants aient réussi à écarter les mères voilées de la promenade, qui dit qu'ils ne seraient pas désignés à la vindicte musclée des jeunes de la cité voisine ?

La sortie de Mme Najat Vallaud-Belkacem est tout simplement stupide et monstrueusement hypocrite. Et cela n'a strictement rien à voir avec ses origines qui parallèlement ne doivent pas lui servir de bouclier. Quand on est bête on est bête, qu'on soit musulman, juif, catholique, Arabe ou Normand. La ministre de l’Éducation Nationale a manifestement tendu une oreille compréhensive aux propos d'une association de femmes voilées baptisée "Sorties scolaires avec nous".

Des propos assez proches d’une éructation. Dans un appel dit "du 18 juin", (pauvre de Gaulle !), l'association décrit la France qui les fait souffrir de la façon suivante. La patrie des droits humains est devenue la "patrie du rejet des étrangers "des autres", de toutes celles et de tous ceux qui ne correspondent pas à la norme dominante (blanc, homme, chrétien, riche). Les mots burlesque et grotesque prennent ici tout leur sens. Mais n’étant ni chrétien ni riche je me sens très soulagé de ne pas appartenir "à la norme dominante".

On n'entend pas assez les dames "Sorties scolaires avec nous". Ce serait une œuvre de salubrité publique que de leur donner la parole Ce qu'Atlantico (blanc, homme, chrétien, riche) n'a jamais fait jusqu'à maintenant. Une triste erreur et une non moins triste omission qu'on m'autorisera à réparer.

Une des mères voilées de ce collectif n'a pu ainsi retenir sa colère. "Et pourquoi à l'école on met un sapin de Noël ? Et pourquoi nos présidents vont tous voir le Pape ?" Effectivement il serait bon de supprimer le sapin de Noël et Noël tout court... En échange pour la fête de l'Aid on amènerait un mouton dans nos écoles... Et nos présidents à défaut de pouvoir aller a la Mecque (interdite aux infidèles) iraient faire des mamours au recteur de la mosquée Al Azhar ou au mufti de Jérusalem...

De quoi réjouir les amateurs du vrai et très grand comique. Mais plus sérieusement il faut revenir à la phrase du duc de Clermont-Tonnerre et la mettre au goût du jour : "tout refuser aux musulmans en tant que nation, tout accorder aux musulmans en tant qu'individus". A l'époque, quand ils furent émancipés, les juifs étaient 40 000 en France. En 2014 les musulmans sont à peu près 5 millions. C'est sans doute pour ça que les dames voilées crient aussi fort....

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !