Voilà ce que l’étude de la polarisation politique grandissante de la société américaine peut nous apprendre sur notre propre avenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le logo de la chaîne CNN.
Le logo de la chaîne CNN.
©ELIJAH NOUVELAGE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Alerte fractures

Voilà ce que l’étude de la polarisation politique grandissante de la société américaine peut nous apprendre sur notre propre avenir

La polarisation politique peut avoir des effets significatifs sur le comportement économique et l'efficacité politique. Alors que la société américaine semble de plus en plus divisée, quelles sont les leçons de la polarisation politique pour l'avenir de la France ?

Levi Boxell

Levi Boxell

Levi Boxell est doctorant en économie à l'Université de Stanford et chercheur diplômé de la National Science Foundation. Ses recherches portent sur les médias, la polarisation et les conflits. Ses autres travaux peuvent être trouvés sur sa page Web personnelle

Voir la bio »

Atlantico : Puisque la polarisation augmente depuis les années 1980 de façon presque uniforme pour chaque groupe d'âge, qu'est-ce que cela nous apprend sur le rôle des médias et des nouveaux médias dans cette polarisation ?

Levi Boxell : Le fait que la polarisation augmente depuis les années 1980 suggère que les développements récents, tels qu'Internet ou les réseaux sociaux, ne sont probablement pas les principaux moteurs de la polarisation - du moins, ils ne sont pas les principaux moteurs de la polarisation que nous avons observés dans le passé. À l'avenir, les médias sociaux pourraient avoir des effets importants sur la polarisation, mais ils ne peuvent tout simplement pas expliquer les tendances que nous avons observées avant leur création.

En revanche, les médias de diffusion, comme la télévision par câble, correspondent beaucoup mieux à cette réalité. CNN, la première chaîne d'information par câble diffusée 24 heures sur 24, a été lancée en 1980, et Fox News a suivi dans les années 1990. La Fairness Doctrine de la FCC, qui exigeait un traitement équilibré des points de vue opposés, a également été abolie à la fin des années 1980. Les États-Unis ont également une proportion plus élevée de foyers équipés de la télévision par câble et des dépenses plus faibles pour la radiodiffusion publique que plusieurs autres pays européens. Enfin, des recherches antérieures ont également suggéré des rôles importants pour la télévision par câble aux États-Unis.

Vous avez étudié les tendances de la polarisation dans 12 pays de l'OCDE. Quelles sont vos principales observations ? Avons-nous une explication pour comprendre l'évolution rapide aux Etats-Unis ? Y a-t-il quelque chose de spécifique au cas français ?

Je pense que les deux éléments clés à retenir sont : (1) c'est aux États-Unis que la polarisation augmente le plus rapidement, et (2) de nombreux pays affichent des tendances stagnantes, voire déclinantes, en matière de polarisation. Ces faits suggèrent que, quel que soit le moteur de la polarisation aux États-Unis, il s'agit probablement d'une cause plus spécifique aux États-Unis plutôt que d'un changement plus universel, comme l'Internet, la télévision par câble, la mondialisation ou l'inégalité.

La France a également connu une polarisation croissante au cours des 50 dernières années, mais le rythme de l'augmentation aux États-Unis est deux fois plus important. Néanmoins, nos données suggèrent une augmentation importante de la polarisation affective en France. Bien qu'elles ne soient pas aussi faibles qu'aux États-Unis, les dépenses par habitant consacrées aux médias audiovisuels publics en France sont également inférieures à celles de pays comme la Norvège et l'Allemagne, qui ont connu une baisse importante de la polarisation. La France a également connu une forte croissance de certaines catégories de la population (issues de l'immigration), ce qui, selon nos données, est corrélé à une augmentation de la polarisation affective.

À l'aide de vos trois facteurs, de vos données et de vos recherches, quel pourrait être, selon vous, le plus important facteur de polarisation aux États-Unis ?

Trois facteurs nous sont apparus comme les plus plausibles. Premièrement, comme je l'ai déjà dit, si la technologie des médias est à blâmer, alors la télévision par câble bénéficie d'un plus grand soutien que beaucoup d'autres technologies.

Les deux autres facteurs sont la part de la population issue de l'immigration (ou fractionnement ethnique) et la polarisation des élites (ou polarisation des partis politiques/des politiciens, plutôt que polarisation des électeurs). Aux États-Unis, les questions raciales et la politique ont presque toujours été liées - et souvent, ce sont les élites qui prennent des décisions stratégiques en matière de politique raciale, susceptibles de diviser davantage les Américains entre partis ou autres groupes - qu'il s'agisse de la guerre civile, de la reconstruction ou de l'ère des droits civiques.

Plus récemment, on peut voir le lien entre polarisation et les quiestions raciales dans les suites du meurtre de George Floyd. Alors que la polarisation affective a en fait diminué pendant le début de la pandémie de Covid-19 aux États-Unis, elle a ensuite augmenté après le meurtre de George Floyd. Le soutien aux manifestations de George Floyd était également fortement divisé selon les lignes partisanes aux États-Unis.

Qu'entendez-vous exactement par polarisation affective ?

En général, la polarisation fait référence aux divisions entre les partis et les électeurs. La polarisation affective est un type particulier de polarisation qui se concentre sur les sentiments, la confiance ou l'amitié envers l'autre côté du spectre politique. Elle est souvent mesurée, du moins aux États-Unis, à l'aide de ce que l'on appelle un "thermomètre des sentiments". Il demande aux personnes interrogées dans quelle mesure elles éprouvent des sentiments favorables ou chaleureux à l'égard d'un parti politique donné sur une échelle de 0 à 100. La polarisation affective est alors la différence entre les sentiments moyens envers votre propre parti moins les sentiments moyens envers le parti adverse.

Vous dites que "souvent, ce sont les élites qui prennent des décisions stratégiques en matière de politique raciale qui peuvent diviser encore plus les Américains entre partisans ou autres groupes".  Dans quelle mesure les trois facteurs que vous avez mis en évidence sont-ils liés ?  S'agit-il d'un cercle vicieux ? 

Bien que nos données ne permettent pas de se prononcer directement sur cette question, il est probable que ces problèmes soient liés. Aujourd'hui, les membres de l'élite politique se rendent sur les réseaux d'information câblés pour faire valoir leurs points de vue et attaquer leurs adversaires. Les récentes discussions sur la théorie critique des questions raciales, le mouvement Black lives matter et le meurtre de George Floyd aux États-Unis soulignent la façon dont les élites politiques, la télévision par câble et les questions raciales peuvent travailler ensemble.

En cette fin d'année 2021, Atlantico republie certains articles importants qui l'ont ponctuée 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !