Villepin est assez peu gaulliste mais quasi fédéraliste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Villepin est assez peu gaulliste
mais quasi fédéraliste
©

Présidentielles 2012

Villepin est assez peu gaulliste mais quasi fédéraliste

Dominique de Villepin a donc présenté ce jeudi le projet de République Solidaire, le parti politique qu'il a créé pour porter, peut-être, sa candidature à l'éléction présidentielle. Un projet qui n'est pas encore un programme, lu avec attention par la majorité... et par Marie-Anne Montchamp, ancienne porte-parole de République Solidaire.

Marie-Anne Montchamp

Marie-Anne Montchamp

Marie-Anne Montchamp est secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale Jusqu'au mois de novembre 2010, elle était porte-parole de République Solidaire, le mouvement de Dominique de Villepin.

Voir la bio »

Atlantico : Que vous inspire le programme présenté par Dominique de Villepin ?

Marie-Anne Montchamp : Dominique de Villepin, dans ce discours de politique générale fait un constat, un diagnostic intéressant de la société française et des questions que les Français peuvent se poser. Ce faisant, j’ai été étonné par un certain nombre d’éléments de son discours de politique générale. Ce qui m’a le plus étonné, c’est son côté assez peu gaulliste et une approche quasi fédéraliste dans la bouche d’un homme d’Etat, Dominique de Villepin, lui qui est tellement attaché à l’idée de Nation.

La Nation, je dois dire, je ne la vois pas dans son discours, et c’est un paradoxe alors même qu’en ce moment le président de la République montre, par son action à l’international, que la Nation est au centre.

 Son programme est au contraire fédéraliste, il met en avant une réforme des régions pour arriver à un nombre plus limité d’entre elles, et c’est un étonnement, car on n’y retrouve assez peu d’élan gaulliste, c’est ce qui m’a alerté au moment où l’on voit l’importance de la position de la France sur la scène internationale.

Autre élément qui m’a étonné, c’est le revenu citoyen à 850 euros, distribué largement. La notion des guichets sociaux me semble aujourd’hui datée. Nous revenons beaucoup en ce moment sur la question de la mise en mouvement de nos compatriotes qui sont loin de l’emploi notamment, et la question de leur participation est au cœur des dispositifs sociaux et de l’innovation sociale, sans parler du coût de ce projet qui est très lourd !


Le programme de Dominique de Villepin l’éloigne-t-il, le rapproche t-il, de la majorité ?

Tout reste ouvert : comme toujours l’analyse qui est faite par Dominique de Villepin est très importante et très intéressante car il scrute la société française. Mais sa voix pour faire ce constat ne peut être audible que de l’intérieur de la majorité et non d’un ailleurs. Parce que sinon on ne comprend pas la nature de cette contribution, qui est utile, dès lors qu’elle se situe dans la famille de la majorité présidentielle.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !