Vers une nouvelle révolution culturelle en Chine ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Chine, la population aspire à un rythme de vie moins axé sur le travail.
En Chine, la population aspire à un rythme de vie moins axé sur le travail.
©STR / AFP

Temps de travail

Vers une nouvelle révolution culturelle en Chine ?

En Chine, le rythme de travail dit "996" (travailler de 9 h à 21 h, 6 jours par semaine) est de plus en plus remis en cause par les employés. Les nouvelles générations refusent en effet de se sacrifier sur l'autel du travail comme l'avaient fait leurs aînés.

Emmanuel Lincot

Emmanuel Lincot

Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur-associé à l’Iris, Emmanuel Lincot est sinologue. Son dernier ouvrage, écrit avec Emmanuel Veron est La Chine face au monde : une résistible ascension (éditions Capis Muscat). Il est également l'auteur de Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Sharp Power et Soft Power aux éditions MkF et de Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dhabi au Japon aux éditions MkF.

Voir la bio »

Atlantico : En Chine, le rythme de travail dit "996" (travailler de 9 h à 21 h, 6 jours par semaine) est de plus en plus remis en cause par les employés. Comment l'expliquer ?

Emmanuel Lincot : La Chine de ces quarante dernières années était régie par la trilogie « travail, famille, patrie ». Les nouvelles générations aspirent à d’autres choses. C’est plutôt « plaisir, individualisme, écologie » qui devient la tendance avec des refus nets de se sacrifier comme l’avaient fait les générations précédentes. Une partie de la jeunesse chinoiseaspire à « rester allongée », une nouvelle philosophie de vie et de travail baptisée « tang ping », bien visible sur les réseaux sociaux, et qui fait de plus en plus d’adeptes. En contradiction directe avec la politique productiviste du président Xi Jinping, attaché à l’image construite d’une rude éthique du travail, ce phénomène constitue de facto une forme de résistance passive. J’y vois aussi une crise de confiance vis-à-vis du régime qui n’a pas su protéger la population contre un coût de la vie de plus en plus cher, des injustices sociales et des écarts de salaires tels qu’un très grand nombre de Chinois disent « à quoi bon ». Et puis, nombreux sont ceux à pointer la contradiction : on nous exhorte à travailler mais nous n’avons pas le temps d’en profiter. Sans compter que beaucoup n’ont que des moyens financiers très limités. On estime à 600 millions le nombre de Chinois qui ne perçoivent que l’équivalent de 130 euros par mois. Que cela signifie-t-il ? Que la société souhaite aussi un peu ralentir de rythme. Ce dernier a été frénétique en termes de développement, de recompositions de styles de vie. La Chine a été brutalisée et beaucoup de gens veulent entendre parler d’autres choses que de croissance. Ils veulent donner du sens à leur vie. Est-ce le fait du hasard si autant se convertissent à l’islam ou au christianisme ? Evidemment non. Il y a donc un décalage de plus en plus saisissant entre le discours du régime, ses objectifs stratosphériques de dépassement économique et les gens de modestes conditions voire la classe moyenne qui savent de toute façon que les trente glorieuses (1978-2008), c’est fini et que la rivalité avec les Etats-Unis, dont le modèle continue à séduire, n’augure rien de bon.

À Lire Aussi

La France qui ne naîtra pas de la crise, à l’instar du ralenti « Hidalguien »

La classe moyenne chinoise grandissante semble être en quête de loisirs et de temps libre. L'État chinois ira-t-il dans le sens des protestataires ? Pourrions-nous assister à une nouvelle révolution culturelle ?

 La Chine a moins besoin d’une nouvelle Révolution culturelle qu’un accord de type « Grenelle ». C’est-à-dire une véritable redistribution et des changements de structures : impôts sur les successions (inexistants à ce jour alors qu’ils ramèneraient la possibilité d’une véritable égalité devant la fortune), prélèvements des impôts sur le revenu à la source pour qu’un minimum garantie emploi soit assurée et que les retraites d’une population dramatiquement vieillissante soit assurée, possibilité pour les salariés de bénéficier davantage de temps libre prévu et garanti par la législation car le repos – et cela est démontré – permet par ailleurs une meilleure productivité…. Bref, il faudrait une révolution copernicienne sociale et courageuse et non des effets d’annonce idéologiques et démagogiques. Evidemment, Xi Jinping n’entreprendra rien de tout cela un an avant le XX° Congrès. Cela le rendrait, sur certains de ces sujets jugés trop sensibles, beaucoup trop impopulaire. Mais à force de procrastiner, la Chine accumule des retards graves et le conservatisme que Xi Jinping incarne pourrait se retourner contre lui. La situation économique, sociale et politique (avec une contestation de plus en plus grande des choix du Président au sein même du politburo) est très préoccupante.

Dans le même temps, l'Etat imposes ses vues ultra-conservatrices sur l'industrie du divertissement en interdisant par exemple les "hommes efféminés". Ces courants contraires peuvent-ils créer un conflit culturel ?

À Lire Aussi

Opération Fox Hunt et Opération Skynet : la campagne de harcèlement de ses dissidents par le régime chinois s’exporte à ciel ouvert en Europe et aux Etats-Unis

C’est révélateur d’une chose : le régime entame une fuite en avant et s’attaque à des problèmes marginaux. C’est un aveu de faiblesse. Les véritables défis qui mériteraient d’être relevés, c’est un relâchement du contrôle sur les hommes d’affaires les plus innovants et le fait de s’attaquer à la question des retraites, du système de santé, des impôts comme je l’ai dit plus haut… Nous n’en prenons pas le chemin et les déclarations bellicistes du régime montrent que celui-ci est sur la brèche et ne sait comment agir pour entreprendre les réformes qui s’imposent. Le paradoxe c’est que l’opinion était a priori apolitique depuis Tiananmen (1989). Elle est en train aujourd’hui de se politiser et pourrait en effet à terme prendre le chemin de la contestation pour se faire entendre d’un régime qui, dans les faits, est de plus en plus autiste.

À Lire Aussi

Australie : retour au réel

À Lire Aussi

Seule au monde ? La France face au vertige de son destin géopolitique

À Lire Aussi

L’Indo-Pacifique, entre mensonge et fantasme

À Lire Aussi

La faillite d'Evergrande pourrait fortement bousculer l'économie chinoise

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !