Ukraine : l’Europe sera-t-elle à la hauteur de son grand moment de vérité ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Guillaume Klossa est président du think tank européen EuropaNova, créé en 2003.
Guillaume Klossa est président du think tank européen EuropaNova, créé en 2003.
©JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Solutions diplomatiques

Ukraine : l’Europe sera-t-elle à la hauteur de son grand moment de vérité ?

Guillaume Klossa, fondateur d'EuropaNova, met en garde contre le triomphe de "l’esprit munichois" et appelle l’Union européenne à prendre ses responsabilités sous peine d’acter son déclin.

Guillaume Klossa

Guillaume Klossa

Penseur et acteur du projet européen, dirigeant et essayiste, Guillaume Klossa a fondé le think tank européen EuropaNova, le programme des « European Young Leaders » et dirigé l’Union européenne de Radiotélévision / eurovision. Proche du président Juncker, il a été conseiller spécial chargé de l’intelligence artificielle du vice-président Commission européenne Andrus Ansip après avoir été conseiller de Jean-Pierre Jouyet durant la dernière présidence française de l’Union européenne et sherpa du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe (Conseil européen) pendant la dernière grande crise économique et financière. Il est coprésident du mouvement civique transnational Civico Europa à l’origine de l’appel du 9 mai 2016 pour une Renaissance européenne et de la consultation WeEuropeans (38 millions de citoyens touchés dans 27 pays et en 25 langues). Il enseigne ou a enseigné à Sciences-Po Paris, au Collège d’Europe, à HEC et à l’ENA.

Voir la bio »

Atlantico : Dans quelle mesure la crise actuelle en Ukraine avec la Russie est aussi un moment décisif pour lUnion européenne ?

Guillaume Klossa : Ce qui est certain, cest que depuis 20 ans et laffaire de la Tchétchénie, Vladimir Poutine teste les réactions de la communauté internationale de manière continue et progressive. Il sest rendu compte à partir de 2008 et de laffaire syrienne – et le non-respect de lengagement dObama – que les Etats-Unis n’étaient plus prêts à intervenir dans la plupart des dossiers internationaux. Il en a pris acte pour pousser une stratégie de retour au territoire impérial russe, avec le grignotage progressif de divers territoires de lancienne URSS. Nous sommes au bout dun processus visant à restaurer le pouvoir russe alors que le pouvoir des Américains diminue. Puisque la protection européenne est confiée à l’OTAN, donc aux Etats-Unis, et quils ont signifié clairement quils ninterviendraient pas sur le territoire ukrainien, Vladimir Poutine a compris quil avait toute latitude pour annexer les deux "républiques populaires" de Donetsk et Lougansk et de remettre en question les accords de Minsk.

Le sujet de lUnion européenne aujourdhui, est qu’à partir du moment où le soutien américain nest plus aussi évident quil l’était, elle doit se poser la question de lorganisation de sa politique étrangère et sa sécurité. Le traité de Lisbonne lui permet de développer une vraie politique étrangère européenne mais pour cela, il est essentiel de passer à la majorité qualifiée sans quoi un seul Etat peut tout bloquer. Dans le nouvel équilibre mondial, des Etats comme la France, malgré sa place au Conseil de sécurité de lONU, ou lAllemagne, ne sont pas du tout écoutées par des puissances militaires comme la Russie. La force de nos pays est insuffisante, il donc faut créer une force critique en matière de politique étrangère et de sécurité qui puisse se faire respecter. Les Russes sont experts pour diviser les européens et jouer sur les différences même infinitésimales entre la France et lAllemagne.

À Lire Aussi

Guillaume Klossa : « Les sociétés européennes convergent beaucoup plus rapidement que leurs élites politiques »

Comment envisager cette force critique ? Est-elle-même envisageable ?

Bien sûr quelle est envisageable. Il y a 70 ans, personne nimaginait que les européens se constitueraient en puissance européenne et deviennent la première puissance commerciale, la première puissance industrielle en bien à forte densité technologique au monde, la première puissance normative également. Tout cela était inconcevable. Aujourdhui, nous devons retrouver un désir de linconcevable et une volonté de réinventer lavenir. Nous sommes minés par les débats publics nationaux qui sont concentrés sur la souveraineté et le repli national. Des débats qui vont dans le sens de ce que veulent la Russie et la Chine. Ces deux pays ont intérêts à ce que lUE se replie. Et nos politiques sont en train de jouer leur jeu. Nous sommes face à nos responsabilités politiques et nos responsabilités dans lhistoire. Voulons-nous à nouveau sortir de lhistoire où prendre la place qui est celle de la civilisation européenne dans la dynamique mondiale ?

Faut-il prendre le risque daller au bras de fer avec la Russie ?

Le bras de fer avec Vladimir Poutine, nous y sommes déjà. Nous sommes dans une situation qui ressemble beaucoup à Munich en 1938. Les européens se comportent un peu comme Chamberlain à l’égard dHitler. On croit gagner du temps et on précipite en fait une guerre beaucoup plus ample. Aujourdhui, cest lesprit munichois qui triomphe. Il faut rompre cet esprit munichois. Cette rupture ne peut se faire que si les Européens se mettent à penser de manière collective et prospective. Si on ne fait pas ce quil faut faire on engage la crédibilité de loccident dans sa globalité, pas seulement la crédibilité de lEurope. Lalternative est de faire ce quil faut ou dacter son déclin. Pour linstant, nous sommes plutôt en train dacter notre déclin mais ce nest pas irréversible. Il nous faut surseoir à nos reflexes premiers et prendre la mesure de la situation. Le risque est celui dune neutralisation de lEurope et la création dun nouvel axe fort Russie-Chine. Cest lobjectif de la Russie. Elle veut retrouver sa place centrale dans la globalisation, son territoire impérial et neutraliser et diviser les européens. LEurope continue doffrir un modèle alternatif, un rival systémique au modèle russe.

À Lire Aussi

Face au défi ukrainien, l’Europe, puissance zombie ?

Emmanuel Macron a déclaré vouloir des sanctions, lAllemagne a annoncé suspendre Nord Stream. A lheure actuelle, les réponses ne peuvent-elles être que nationales ?

Les réponses à l’échelle de la France ou de lAllemagne ne sont pas suffisantes. Il faut un plan systémique et un front complètement commun. Les Russes sont experts pour profiter des divisions donc à partir du moment où il ny a pas de position commune défendue par un mandat européen, le rapport de force est faible et au désavantage des européens. Cest dailleurs ce qu’à très bien compris Valérie Pécresse ce mardi sur France inter quand elle a dit quil fallait une réponse essentiellement européenne avec une coordination totale pour ne pas donner le sentiment aux Russes que les gouvernements ne faisaient pas front commun. Emmanuel Macron a tout intérêt à cela. Il ne doit pas y avoir l’épaisseur dun papier à cigarette entre les positions françaises, italiennes, polonaises, etc. Ce nest possible que si on a une politique étrangère commune à la majorité qualifiée. La vraie question qui se pose aux européens est : veut-on exister comme puissance dans le monde et pas seulement comme agglomérat de puissances nationales. Même si elles ont chacune une partition à jouer, elles ont besoin dun chef dorchestre pour veiller à sa cohérence. Et cela ne peut être que lUnion européenne.

Lorsque lon voit Josep Borrell, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères évoquer sur France info, « des sanctions personnelles, qui vont toucher les responsables des décisions prises, les parlementaires russes" et "les responsables du secteur militaire" et "des institutions financières bancaires russes". Est-ce dans ce sens quil faut aller ? Est-ce insuffisant ?

À Lire Aussi

Ukraine : jusqu’où accepter les provocations russes ?

On est obligé daller dans ce sens mais je pense quil faut provoquer un électrochoc. Il faudrait donner un mandat à Josep Borrel pour lui donner toute latitude pour négocier avec les Russes. Il faut donner des signaux beaucoup plus forts. Ces sanctions économiques sont nécessaires mais ce ne sont pas elles qui vont changer la donne car la Russie sest habituée aux sanctions économiques et est en train de se réorienter vers lAsie et la Chine afin de réduire limpact de ces sanctions. Elles sont donc nécessaires mais pas suffisantes. Il faut passer à une autre échelle de puissance. Cela demande un débat politique pour savoir comment faire. Le traité de Lisbonne le permet donc nous avons les instruments, il ny a pas besoin de réformer les traités. Aucun politique français n’évoque ces solutions, mais elles sont débattues en Allemagne. Lors de laudition dEmmanuel Macron au parlement européen. Le président du PPE a mis en évidence les contradictions des européens qui sils veulent plus de puissance doivent se poser la question de la majorité qualifiée.

Si on ne le fait pas maintenant, sera-t-il trop tard ?

Comme disait Machiavel, si on veut orienter les évènements, il faut prendre les devants. Les Russes et les Chinois ont aujourdhui une analyse très fine de Machiavel que nous avons perdu. Ils sont dans des stratégies danticipation de mouvements de rééquilibrages globaux. LUE sest construite comme puissance économique et commerciale pendant 70 ans. Elle doit désormais la compléter avec une politique étrangère, de sécurité et de défense commune. Il faut se poser la question de comment larticuler avec lOTAN et de mettre en place un processus de transition qui pourrait mettre 20 ou 30 ans. Aujourdhui, les Européens nont pas la capacité de prendre en main leur défense.

À Lire Aussi

Ukraine : in fine, qui de la Russie ou l’Occident perdra vraisemblablement le plus ?

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kouleba a indiqué avoir « appelé lUnion européenne à mettre de côté toute hésitation, toute réticence et tout le scepticisme existant dans des capitales européennes et à donner à lUkraine la promesse de sa future adhésion ». Est-ce envisageable ? Cela pourrait-il faire partie de la stratégie européenne ?

Ce qui est certain, cest que si les Russes annexent des territoires ukrainiens importants, la perspective de l'adhésion ou en tout cas d'une association forte de l'Ukraine à l'UE se pose de manière véritable. Le risque est que si on laisse faire, la prochaine étape soit lannexion totale de lUkraine. A partir du moment où il y a une annexion de fait dune partie de lUkraine, le Donbass et la Crimée, le reste du territoire ukrainien na-t-il pas vocation à créer une nouvelle république qui sinstalle dans la dynamique européenne soit comme état associé, soit comme état membre.

Propos recueillis par Guilhem Dedoyard

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !