La Turquie : un pays unique pour des vacances entre culture et farniente | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Considérée aujourd’hui comme le Saint-Tropez turc, la cité balnéaire Bodrum est un énorme centre de yachting et fait partie des petits paradis pour les amoureux.
Considérée aujourd’hui comme le Saint-Tropez turc, la cité balnéaire Bodrum est un énorme centre de yachting et fait partie des petits paradis pour les amoureux.
©DR

Grand Large

La Turquie : un pays unique pour des vacances entre culture et farniente

Mais aussi cette semaine : les innombrables richesses méconnues de la Birmanie et la surprenante Corée du Sud.

Quentin Desurmont

Quentin Desurmont

Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens. Quentin contribue aussi à l’émergence du tourisme de luxe en Europe, il est membre de Traveller Made.

Voir la bio »

Culture et farniente pour une Turquie aux allures variées

La Turquie est un pays unique. De par sa situation géographique d’abord puisque la Turquie est le seul pays à cheval sur deux continents (Europe et Asie). De par sa richesse culturelle aussi, résultat de mélanges entre cultures et traditions oghouzes, anatoliennes, ottomanes et occidentales. Et enfin de par la variété de ses destinations. En somme, la Turquie est un pays à l’intérieur duquel l’ennui n’existe pas, pour des visiteurs tout du moins. Et c’est tant mieux.

 

Alors pour vivre une expérience hors du commun dans un pays hors du commun, direction Istanbul, la plus grande métropole du pays et l’une des plus importantes du monde. S’il ne s’agit pas de la capitale administrative de la Turquie, il s’agit en revanche incontestablement de la capitale culturelle du pays, et c’est bien cela qui nous importe. L'hôtel Four Seasons Bosphorus, situé au bord du Bosphore, satisfera les moindres désirs de ses hôtes durant leur séjour. Référence hôtelière à Istanbul, il propose tout le nécessaire à un voyage de luxe en Turquie.

Anciennement Byzance ou Constantinople, Istanbul est une véritable merveille à découvrir tant son héritage historique et culturel semble sans limite. Pour mieux appréhender la ville et se préparer en douceur à une découverte haute en émotions, embarquer pour une croisière de trois heures sur le Bosphore est idéal. Artère de circulation de la ville, le Bosphore et ses rives offrent un mélange du passé et du présent, de beauté naturelle et de splendeur grandiose. Des villages de pêcheurs aux palais de marbre, des habitations élégantes aux forteresses de pierre, tout s’accorde à la perfection pour le bonheur des yeux. Puis il sera temps de s’attaquer au plat de résistance : la visite d’Istanbul. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le plat est copieux. Au programme, nombre de sites d’exception : le palais de Dolmabahce, demeure des sultans à partir du XIXe siècle, la Basilique Sainte-Sophie, le quartier d’Eyup, l’un des rares lieux saints de l’Islam en dehors de la Mecque et Jérusalem. Puis il y aura Arnavutköy (le village des Albanais), Rumeli Hisari (le Château d'Europe), les ruines d’Anadolu Hisa<wri (le Château d'Asie)… Autant de visites plus exceptionnelles et privées les unes que les autres.

Et après la découverte culturelle d’Istanbul, direction le farniente de Bodrum. Considérée aujourd’hui comme le Saint-Tropez turc, la cité balnéaire est un énorme centre de yachting et fait partie des petits paradis pour les amoureux de croisières en Mers Méditerranée ou Egée. En plus de la vie balnéaire, Bodrum est également reconnue comme étant l’une des villes les plus agréables une fois la nuit tombée. A l’image de sa « jumelle française », Saint-Tropez, la cité turque allie à la perfection vie balnéaire et vie nocturne pour le bonheur des milliers de touristes qui y séjournent chaque été. Et pour les plus farouches opposants aux séjours bronzettes, les alentours de Bodrum combleront toutes les attentes. En compagnie d’un guide privé, les voyageurs auront en effet l’occasion de visiter Didyme et Millet, deux sites historiques majeurs, situés à seulement quelques heures de route de Bodrum. Didyme est l’un des plus grands temples du monde grec, jumeau de l'Artémision d'Ephèse, dédié à Apollon par Alexandre, en remerciement de l'oracle delphien qui avait prédit sa victoire sur les Perses. Aujourd’hui en ruines, le temple parvient à conserver, malgré son âge avancé, une partie de sa splendeur d’antan. Tout comme Millet, l’une des plus puissantes cités grecques de l’Antiquité. Ici, le bâtiment le mieux conservé est le théâtre, construit au IVe siècle avant J.-C. et qui pouvait accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs ! D’autres vestiges imposants tels que le port des Lions, le Delphinion ou les thermes de Faustine sont également à visiter. Et l’hôtel Casa Dell Arte, le meilleur de la ville, offre un calme olympien après des journées et soirées souvent bien agitées.

Entre farniente et cultures turques et grecques, difficile pour le plus exigeant des voyageurs de ne pas y trouver son compte.

A la découverte d’une nouvelle Birmanie

Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Jules César…Autant de grands noms qui ont marqué l’histoire du monde et sont connus de tous. S’ils semblent moins nombreux aujourd’hui, leurs contemporains existent pourtant bel et bien. Preuve en est le combat sans relâche qu’a mené l’opposante birmane Aung San Suu Kyi face à la junte au pouvoir dans son pays d’origine. Si cette situation n’a pas toujours été évidente, c’est bien ce combat qui permet désormais aux touristes du monde entier de découvrir beaucoup plus librement les innombrables richesses que renferme la Birmanie.

Renfermé sur lui-même au moins jusqu’au milieu des années 90, le régime birman s’est, petit à petit, ouvert au monde extérieur et notamment au tourisme. Et si une dictature de fer, moins présente désormais, a continué à régner pendant de longues années sur la Birmanie, le pays n’a rien perdu de son charme et la population de son hospitalité. Ancienne colonie britannique, la Birmanie est parvenue à conserver les vestiges de l’occupation des sujets de sa Majesté, ainsi que son identité culturelle, tout en se développant rapidement particulièrement du point de vue de l’urbanisme. Lorsque l’on voyage en Birmanie ce n’est pas pour un site en particulier mais pour découvrir le tableau dans son intégralité. Et ça vaut le coup d’œil…

Le site historique principal à visiter en Birmanie est évidemment Bagan. Ancienne capitale du royaume de Pagan, détruit par les Mongols en 1287, Bagan abrite des temples parmi les plus impressionnants du monde. Il s’agit en quelque sorte du Angkor birman, avant l’invasion des hordes de touristes. Sur 40 km² sont dispersés environ 4 000 temples édifiés entre les XIe et XIIIe siècles par les rois de Bagan. Devenu aujourd’hui l’un des sites archéologiques majeurs de la planète, Bagan est une visite magique, qui marquera même le plus exigeant des voyageurs. Pour s’y rendre ou la quitter, rien de mieux qu’une croisière sur les eaux du fleuve Irrawaddy, à bord de l’Amara, un bateau privatisé de 7 cabines sur lequel 12 membres d’équipage sont à la disposition des passagers. Une vraie expérience pour privilégiés conscients de vivre un moment d’exception.

Dans un autre style, Yangon, anciennement Rangoon, est une étape indispensable. Capitale économique du pays et ancienne capitale administrative (jusqu’en 2007), Yangon est la ville d’Asie du sud-est qui abrite le plus grand nombre d’édifices coloniaux. Cour Suprême, mairie, marché de Bogyoke … les Britanniques n’y sont pas allés de main morte. A tel point que les infrastructures de Yangon et Londres étaient comparables au début du XXe siècle.

Mais à Yangon, il y a aussi la Pagode Shwedagon. Point de passage obligatoire de tout touriste s’intéressant un minimum à la culture locale, cette structure architecturale bouddhiste appelée stûpa et haute de 98 mètres est située sur la colline de Singuttara. Il s’agit du premier centre religieux de Birmanie. D’après la légende, il contiendrait des reliques de quatre anciens Bouddhas, dont huit cheveux du Bouddha Gautama.

Et c’est loin d’être terminé. La Birmanie renferme mille et un autres trésors comme la ville de Mandalay, la dernière capitale birmane avant l’arrivée des Britanniques ou le lac Inle, situé à plus de 800 mètres au-dessus du niveau de la mer et essentiellement peuplé d’Inthas, «les fils du lac». Ceux-ci vivent sur les rivages ou dans des maisons sur pilotis et cultivent de nombreuses variétés de fleurs et de légumes sur des îles flottantes. Et pour finir un séjour magique de la meilleur des façons, direction la plage et les cocotiers de Ngapali. Hébergés dans une villa face à la plage, les voyageurs goûteront à l’hospitalité birmane les pieds dans l’eau. Et ça, ça n’a pas de prix.

 

Impressionnante Corée du Sud

Lorsque l’on projette un séjour en Asie, ce sont d’abord les pays tels que la Chine, le Japon ou le Vietnam qui viennent à l’esprit. Moins touristiques, le Laos, le Cambodge ou la Corée du Sud ne manquent pourtant pas d’endroits hauts en couleur à visiter. En Corée du Sud justement, il est à peine croyable d’observer, au fil des sites historiques, l’évolution du pays depuis la guerre qui a opposé les deux Corées (1950-1953). En un demi-siècle, le «pays du matin frais» est passé de pays du tiers-monde au rang de pays fortement industrialisé. Tant sur le plan économique que touristique, la Corée du Sud a su nouer des relations qui lui ont permis de vivre un vrai miracle de développement, tout en conservant une identité culturelle et historique forte.

Évidemment, tout n’est pas resté en état et l’industrialisation du pays a poussé à la modernisation. Séoul en est l’exemple parfait. Centre de la politique, de l’économie, de l’éducation et même de la culture coréenne, Séoul est une ville moderne où les gratte-ciels gigantesques ne manquent pas. Elle est devenue une vraie ville de classe mondiale avec ses quartiers de shopping, ses divertissements et sa population imposante puisqu’un quart des Coréens y vivent. Pour autant, il reste à Séoul des vestiges d’une époque qui pourrait presque être considérée comme révolue. En témoignent les palais de Gyeongbokgung, et Changdeokgung, deux palais inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco et faisant partie des cinq grands palais construits par les rois de la dynastie Joseon. Ils sont les preuves parfaites que la Coréen est encore proche de son passé, aussi lointain soit-il.

Mais la Corée ce n’est pas que des grandes mégalopoles. Loin de là. C’est aussi d’innombrables villages authentiques au sein desquels il fait bon flâner et profiter de la vie. A Hahoe, il est ainsi possible de visiter des maisons bâties il y a plus de 450 ans ! Et les habitants ont continué à vivre comme le faisaient, avant eux, leurs ancêtres. A travers eux, c’est le style de vie traditionnel de la dynastie Joseon qui a survécu et qui continue à prospérer.

Gyeongju, l’ancienne capitale de la dynastie Silla, est une véritable ville-musée. A l’intérieur du parc des Tumuli se dressent 23 tombeaux royaux de monarques de la dynastie Silla. Les Tumuli, sortes de monticules imposants aux formes douces, plongent les visiteurs dans un paysage aux limites du réel, propice à la rêverie et à l’introspection. Comme peut l’être la visite du temple de Golgulsa, non loin de Gyeongju. Au sein du monastère, les visiteurs auront l’occasion de s’initier à la méditation coréenne seon, le Sonmudo. Cette expérience est unique. L'entraînement du Sonmudo tourne autour des Chwaseon (méditation assise) d’exercices d'énergie interne (ki-gong) et d’une pratique plus externe tournée vers de la gymnastique plus dynamique.

Le reste du séjour peut être consacré à la visite de la ville portuaire de Busan, la plus importante de Corée du Sud. Le marché aux poissons, «Jagalchi», est parmi les plus célèbres du monde et sillonner ses allées est un véritable délice pour les yeux, le nez ainsi que la bouche ! L’activité y est débordante et le choix infini. La visite de la tour de Busan offre une vue panoramique sur toute la ville, la deuxième de Corée après Séoul, et ses alentours. Se promener dans le parc du Mont Yongdu, le plus grand parc de Busan, appelé ainsi en raison de sa forme faisant penser à un dragon émergeant du sol permet aussi de s’éloigner, pour un temps, de l’agitation de la ville.

Mais à l’image de ce séjour sur-mesure en Corée du Sud, c’est à d’innombrables découvertes et à de perpétuelles surprises que devront se préparer les voyageurs.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !