Trop de Zemmour tue le Zemmour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Zemmour est confronté à une baisse dans les sondages face à Marine Le Pen.
Eric Zemmour est confronté à une baisse dans les sondages face à Marine Le Pen.
©BERTRAND GUAY / PISCINE / AFP

Trois petits tours et puis…

Trop de Zemmour tue le Zemmour

Suite (et fin ?) de partie.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
Il était partout. Et il n'y en avait que pour lui. Radios et télévisions se le disputaient car il faisait de l'audience. Et l'audimat, c'est très bon pour la pub. D'une librairie à l'autre, on s'arrachait son livre. 
Il progressait dans les sondages et on le voyait affronter Macron au deuxième tour de la présidentielle. Mais Marine Le Pen restait stoïque, laissant à ses lieutenants le soin de le flinguer. 
Vous connaissez la fable sur la grenouille et le boeuf ? Vous devinerez sans mal qui est la grenouille et qui est le boeuf ! Puis on s'est lassé d'attendre qu'il se déclare candidat. "Je le serai sans doute, certainement, mais pas tout de suite...". C'était d'un monotone. L'amant putatif était devant la maison de la belle convoitée mais, victime d'une panne, il ne montait pas. 
A ce désamour, sont venus s'ajouter des outrances qui en ont dégouté plus d'un. Ses pétainitudes, sa mise en cause de l'innocence de Dreyfus, sa prestation scandaleuse devant le Bataclan, sa charge contre les prénoms Mohammed, Idriss et Yacine. 
Nombreux étaient ceux qui l'attendaient pour qu'il vienne éteindre le feu qui brûle en France. Au lieu de quoi, avec son tisonnier, il a attisé les flammes. Il murmurait à l'oreille des Français ce que les Français voulaient entendre. Ensuite, il s'est mis à crier, à crier de plus en plus fort et il est devenu inaudible. 
La sanction était logique et inévitable. Zemmour a chuté dans les enquêtes d'opinion. Un institut de sondage a même parlé "d'effondrement". Le financier Charles Gave lui a retiré son soutien. Et Robert Ménard, son ami pourtant, s'est détourné de lui. Autre défection : celle de Philippe de Villiers. Le vicomte a peur "pour la réputation du Puy du Fou". 
Ainsi Marine Le Pen a repris des couleurs et est repassée en tête des rivaux d'Emmanuel Macron. Zemmour a été le pire des ennemis de lui-même. Il n'aurait donc servi à rien ? Pas sûr. Il a obligé les Républicains à regarder en face l'immigration et la délinquance. Pour ça - et rien que pour ça - qu'il en soit remercié. 

À Lire Aussi

Zemmour se fait désirer, mais est-il vraiment désiré et désirable ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !