"Travailler" ses abdos grâce à un tube d’autobronzant : comment ça marche et ce que ça révèle du rapport des hommes à leur corps | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
"Travailler" ses abdos grâce à un tube d’autobronzant : comment ça marche et ce que ça révèle du rapport des hommes à leur corps
©

Sex on the beach

"Travailler" ses abdos grâce à un tube d’autobronzant : comment ça marche et ce que ça révèle du rapport des hommes à leur corps

Pour se promener sur la plage sans complexe, des hommes utilisent une technique qui leur permet d'éviter les passages à la salle de sport. Le produit magique ? Un tube d'autobronzant.

Jean-François Amadieu

Jean-François Amadieu

Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH le livre noir, (éditions du Seuil, janvier 2013) et Odile Jacob, La société du paraitre -les beaux, le jeunes et les autres (septembre 2016, Odile Jacob).

Voir la bio »

Comme les femmes qui utilisent l'autobronzant pour donner l'illusion de jambes plus longues et plus minces, un quart des hommes brise le tabou et avouent utiliser ce produit à des fins esthétiques. Leur objectif ? Paraître plus musclés. St-Moriz, une marque d'autobronzant l'a bien compris et a lancé un gant de bronzage leur permettant de se dessiner un abdomen digne des plus grands sportifs. Un pari risqué qui a payé. Les clients semblent déjà conquis, les ventes de la marque ont grimpé en flèche. Celle-ci veut développer son offre pour le public masculin qui est un marché à conquérir. Public qui souhaite profiter des innovations dans le domaine esthétique.  

Selon le guide fourni avec le gant, quelques étapes suffisent à créer une illusion d'abdos. Les voici :
  • D'abord la clavicule : utilisez le majeur pour appliquer une petite portion de produit sur le dessus de la clavicule et étalez-la en glissant le doigt sous l'os. Utilisez la brosse pour éclaircir la partie située sur l'os.
  • Puis, le ventre : respirez pour trouver vos muscles et utilisez la teinte foncée pour dessiner une ligne verticale au milieu du ventre ainsi qu'une ligne sous chaque pectoral. Dessinez ensuite des lignes horizontales sous chaque abdominal. Toujours avec la couleur sombre, dessinez une ligne sur le dessus de chaque os iliaque et appliquez le produit vers le haut et l'extérieur afin d'éviter les démarcations.
  • Ensuite, la poitrine: utilisez la teinte foncé pour tracer une ligne au centre de la poitrine osseuse et pour en disposer en traçant un arc sous chaque pectoral.
Vous pouvez terminer l'application en utilisant une poudre bronzante pour atteindre un résultat optimal.

Atlantico: Plutôt que de travailler ses abdominaux, certains ont trouvé une technique demandant moins d'efforts et permettant d'atteindre le même résultat : se les dessiner à l'aide d'autobronzant. Existe-t-il des pratiques similaires ? Qu'est ce que révèle cette stratégie de faux-semblants quant à notre rapport au corps et plus largement au "paraître" ? 

Jean-François Amadieu : Concernant le bronzage lui-même, ses bienfaits ne sont pas nouveaux. Que ce soit dans les entreprises ou chez les hommes politiques, un teint halé est bénéfique. La personne paraît en meilleure santé et plus dynamique que les personnes au teint plus clair. C'est la motivation principale des hommes politiques qui ont recours aux produits bronzants. Ce que révèle cette stratégie de faux semblants, c'est d'abord une pression de la société. Celle-ci nous pousse à nous rapprocher de critères et de codes qui définissent l'apparence que l'on doit avoir pour séduire que ce soit dans le milieu matrimonial ou professionnel. Certains vont tenter de travailler leur image en utilisant par exemple des logiciels de retouche photos, d'autres vont se concentrer sur leur apparence physique, c'est le cas des personnes qui utilisent l'autobronzant. La plupart des gens n'utilisent pas ces produits pour se sentir mieux mais pour répondre à ce standard qu'impose la société. Si quelqu'un n'essaie pas de ressembler à ces critères de beauté, cela peut le lui être reproché. On peut lui dire qu'il "ne fait pas d'efforts".

Peut-on considérer que se dessiner des abdos à l'autobronzant relève de la même logique que d’avoir recours à une opération de chirurgie esthétique ? En quoi est-ce différent ?   

Ces deux méthodes répondent toutes les deux à cette pression mais elles ne sont pas comparables. L'autobronzant est un cosmétique, l'autre est une intervention chirurgicale.

Cette quête du corps parfait pousse-t-elle aujourd'hui les gens au ridicule ? Jusqu'où les hommes et les femmes sont-ils prêts à aller pour atteindre leur objectif ?

On observe des dérapages. Les modifications du corps sont de plus en plus importantes comme les tatouages, les écarteurs, la chirurgie esthétique, les implants… Ce sont des interventions non réversibles qui peuvent même entraîner des stigmatisations voire des discriminations. Les personnes qui ont recours à ces interventions recherchent le corps parfait, celui qui répond au plus grands nombres de critères imposés par la société. Cela peut avoir un effet stigmatisant. Par exemple, il y a quelques années les femmes ont eu recours à la chirurgie esthétique à outrance jusqu'à avoir le même visage. A vouloir se rapprocher d'un idéal, on peut se tromper et dans des cas cela laisse des traces, certes vite effacées si la personne a eu recours à des cosmétiques mais ce n'est pas le cas si elle a subi des interventions chirurgicales.

Les femmes et les hommes sont-ils concernés de la même manière par la quête du "beau" ?

Oui, de plus en plus. Il est vrai qu'il existe des différences, elles persistent mais ont tout de même tendance à diminuer. Les femmes occupent beaucoup plus d'emplois où la beauté est un critère : postes d'accueil ou vente par exemple. Dans ces milieux féminisés la beauté est un critère de sélection. Quant aux hommes, ils continuent à bénéficier de salaires et de carrière plus importants ce qui fait que le capital beauté revêt une moins grande importance. Même chose pour le vieillissement, c'est un problème plus important pour les femmes que pour les hommes, le fait qu'un homme prenne du poids avec l'âge ou l'apparition de ses rides a moins d'importance dans sa vie sociale que chez les femmes. C'est plus simple pour un homme d'être obèse ou senior que pour une femme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !