Sur le front des idées : la liste des ouvrages à lire ou à relire pour trouver les réponses aux grandes questions de cette fin 2012 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Découvrez la liste des livres à (re)lire pour comprendre les évolutions idéologiques de notre société.
Découvrez la liste des livres à (re)lire pour comprendre les évolutions idéologiques de notre société.
©Reuters

Cher petit papa Noël...

Sur le front des idées : la liste des ouvrages à lire ou à relire pour trouver les réponses aux grandes questions de cette fin 2012

Tous les livres, récents ou classiques, à ajouter à votre bibliothèque pour éclairer les évolutions idéologiques de notre société.

Jean-Jacques Netter

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio »

Régulièrement, Jean Jacques Netter (auteur sur Atlantico de la revue d'analyses financières) publie les notes de son cahier concernant les ruptures économiques, les frictions géopolitiques et les évolutions idéologiques de notre société. Cela permet, essentiellement à partir de livres qui ne s’inscrivent pas dans le court terme, de regarder la réalité telle qu’elle est aujourd’hui ou de faire apparaître de nouveaux angles d’évolution. Dernier épisode de la série sur les évolutions idéologiques.

Retrouvez également les épisodes précédents : "Economie : la liste des ouvrages à lire ou à relire pour trouver les réponses aux grandes questions de cette fin 2012" et "Géopolitique : la liste des ouvrages à lire ou à relire pour trouver les réponses aux grandes questions de cette fin 2012"

Démocratie : Francis Fukuyama, vingt ans après la parution de « La fin de l’histoire » qui affirmait que la démocratie libérale s’imposerait partout comme le régime le plus conforme à la nature de l’homme, est devenu plus circonspect. Estimant avec inquiétude le déclin des classes moyennes aux Etats-Unis et dans le monde, il pense que cette tendance socio-économique menace la pérennité de la démocratie…

Démocratie : « Democrisis » est le titre du dernier livre de David Roche, Président de Independant Strategy. La démocratie a créé la crise de la dette. Est-ce qu’elle y survivra ? Il n’en est pas tout à fait sûr.  

Elite : Nicolas Baverez, dans son dernier livre « Réveillez vous », explique qu’une des dimensions du problème français tient à ce que la classe politique se confond avec la fonction publique. Dans aucune démocratie n’existe un tel biais de représentation. Le résultat est pour lui une radicale et dangereuse incommunicabilité qui produit une incapacité collective à trouver des solutions à la crise.

Etat : deux auteurs américains, Yaron Brook et Don Watkins dans « Free market revolution : how Ayn Rand’ideas can end big government » viennent d’utiliser les concepts de l’icône des libéraux américains pour analyser les problèmes des Etats-Unis aujourd’hui.

Extrême-droite : le philosophe Bernard Stiegler fait partie de ceux qui ont bien diagnostiqué la crise du désir que traverse le capitalisme ou les enjeux de la révolution numérique. Dans son livre « Pharmacologie du Front National suivi du vocabulaire d’Ars Industrialis », il explique que cela fait trente ans que les intellectuels invitent à « résister » au capitalisme, ce qui a eu selon lui des effets désastreux. Si de nombreux électeurs sont attirés par les extrêmes, c’est qu’on ne leur propose aucune alternative…

Français : Alfred Sauvy dans « Le coq, l’autruche et le bouc » décrivait en 1979 que le Français était une étrange chimère : il marie le coq glorieux à l’autruche apeurée. Le premier imagine que tout lui est dû, la seconde fuit la réalité dans le sable de ses illusions. Ce « coqtruche » serait selon lui une espèce non viable s’il n’entretenait un troupeau de boucs émissaires qu’il charge de tous ses pêchés et qui l’exonère de toute responsabilité…

Histoire : depuis la dernière rentrée scolaire, l’histoire et la géographie ne sont plus des disciplines obligatoires en terminale scientifique. Laurent Wetzel, professeur et inspecteur d’académie en retraite, vient de publier «  Ils ont tué l’histoire-géo », un essai virulent sur le sujet.  Vient d’être publié Jean Didier Vincent et Pierre Marie Lledo ont publié « Le cerveau sur mesure ».  A Lausanne, des chercheurs se sont donnés dix ans pour recréer le cerveau par informatique grâce à des ordinateurs surpuissants…

Individuo-globalisme : l’alliance de l’individualisme et du globalisme serait la nouvelle religion mondiale selon Raphaël Liogier, directeur de l’Observatoire du religieux à Aix en Provence. Avant lui, Anthony Giddens avait pensé l’individu et le monde dans la modernité dans un livre non traduit en français « Modernity and self identity »

Intégration : dans ce domaine, on est passé du contournement au renoncement explique Malika Sorel dans son livre « Immigration- Intégration : le langage de la vérité ». L’auteur qui est membre du Haut Conseil à l’intégration depuis trois ans décrit une société française malade de ses non-dits et de ses peurs, proche de la désintégration sociale.

Intellectuels de gauche : Sandra Laugier, philosophe, est l’auteur de « Pourquoi désobéir en démocratie ». Elle déplore qu’à gauche l’idée qu’il fallait faire avec le capitalisme l’a emporté. Au lieu de contester le pouvoir, beaucoup d’intellectuels se sont retrouvés en accord avec lui…

Les héritiers rebelles de Marx et Keynes : pour Liêm Hoang-Ngoc dans « Les théories économiques. Petit manuel hétérodoxe », ils se regroupent autour de deux grandes tendances. D’un côté les partisans de la théorie de la régulation  avec son analyse critique du capitalisme monopoliste d’état et du capitalisme financier. De l’autre, les défenseurs des théories postkeynésiennes qui estiment que la répartition des revenus inhérents au capitalisme financier est devenue autodestructrice…

Libertariens : le très grand succès d’Ayn Rand, « La grève », n’avait curieusement jamais été traduit en allemand. C’est maintenant chose faite et le livre a connu un honnête succès. Le livre publié en 1957 défendait l’idée que la liberté était beaucoup plus efficace que le collectivisme pour faire avancer le niveau de vie des populations…

Optimisme stratégique : c’est la recommandation de Jean Claude Guillebaud pour lutter contre le pessimisme ambiant dans son dernier livre, « Un autre monde est possible ». Il ne croit ni en la crise, concept qui suppose un retour à la normale et évoque un état passager ; ni en la fin annoncée de la démocratie. Partout se vérifie ce divorce entre la politique officielle, les partis politiques, les syndicats, les institutions qui forment l’architecture du vieux monde et la société civile qui invente, qui projette, qui fuse…

Socialisme : Philippe Nemo, dans « La France aveuglée par le socialisme », développe ses idées selon lesquelles « le socialisme est une idéologie non seulement fausse, mais de caractère utopique et parareligieux ». Elle imprègne toute nos institutions dit il,  particulièrement dans « l’oligarchie des fonctionnaires qui gouverne, réglemente, légifère » la France à son seul profit.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !