Selfies : quelques grammes de finesse artistique se cachent-ils dans un monde de vanité ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Selfies : quelques grammes de finesse artistique se cachent-ils dans un monde de vanité ?
©

Art narcissique

Selfies : quelques grammes de finesse artistique se cachent-ils dans un monde de vanité ?

La semaine du 21 octobre, la Moving Image Contemporary Art Fair de Londres consacrait une exposition présentant des vidéos et des photographies dites "selfie" (ou autoportraits). Le selfie, généralement perçu comme une dérive narcissique de notre monde ultra connecté, nourrit désormais des prétentions artistiques.

Alexandre Ménard

Alexandre Ménard

Alexandre Ménard est un websurfer accompli, constamment à la recherche de l’info décalée et souvent inutile. Il écrit sur Zapside, un site d'actualité insolite et décalé.

Voir la bio »

Atlantico : La semaine du 21 octobre, le Moving Image Contemporary Art Fair de Londres consacrait une exposition présentant des vidéos et des photographies du "selfie". Le selfie est-il en train de devenir un art ?

Alexandre Ménard : Le selfie en est déjà un de par son essence même, car le phénomène selfie s'inscrit directement dans le style de l'autoportrait qui a connu ses heures de gloire et ses grands artistes peintres (Dürer, Van Dyck, Rembrandt…). Finalement c’est la même chose : l’artiste et le modèle ne sont qu’une seule et même personne. La différence aujourd’hui est que ce genre est plus facile d’accès car il suffit d’appuyer sur le déclencheur, et que la liberté de forme est plus grande : séries de photos sous Instagram, petits films Vine… C’est la créativité qui prime.

Faut-il voir dans le phénomène selfie une certaine expression de soi ?

Totalement. Le selfie trouve son origine notamment sur les profils de réseaux sociaux. Il s’agit donc de se mettre en scène et de se donner à voir aux autres sous un angle spécifique. Ici déjà il y a une forme d’expression de soi car on se montre tel que l’on est ou que l’on aimerait être.  Mais les selfies sélectionnés pour l’exposition vont plus loin car ils cherchent à faire passer un message ou une émotion au public, à partager un instant précis. C’est une photo qui a vocation à donner et à apporter quelque chose au spectateur.

Le fait de mettre les selfies au cœur de l’art comporte-t-il une part d'autodérision ? Plus globalement, pourquoi mettre les selfies au cœur de l'art ?

Toutes les formes d’art ont un côté ridicule ou inintéressant suivant les perceptions. Le selfie n’est ridicule que sous certaines formes ultra utilisées comme la photo « duck face » que l’on trouve sans difficulté sur les réseaux sociaux. Globalement, lorsque "l’auto-photo" est utilisée à des fins uniquement narcissiques elle est rapidement tournée en dérision ou passe inaperçue. Ce qui donne la dimension artistique à une photo de selfie, c’est la mise en scène proposée, le thème choisi mais surtout la perception du public, qui reste le seul juge. A chacun de se faire une idée sur la question, mais il me semble réducteur de tout mettre d’office dans le même sac.

Comment le selfie est-il devenu un phénomène mondial ?

Les réseaux sociaux, les smartphones, les plateformes dédiées… Les possibilités de partage sont innombrables. De plus, l’art selfie est simple d’accès et ne nécessite que de la créativité, de l’imagination ou même de la chance, certaines photos n’étant qu’une question de timing. Il n'est pas besoin de savoir peindre, dessiner ni besoin d’y passer des heures ou d’être accompagné : il suffit d’avoir son smartphone sur soi, et c’est parti !

Voir l'exposition en cliquant ici


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !