Rosetta : en hibernation depuis 2011 à 800 millions de km de la Terre, la sonde européenne s'est réveillée pour étudier les secrets d'une comète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La sonde Rosetta s'est réveillée ce lundi
La sonde Rosetta s'est réveillée ce lundi
©REUTERS/ESA/NASA/Handout

Enfin !

Rosetta : en hibernation depuis 2011 à 800 millions de km de la Terre, la sonde européenne s'est réveillée pour étudier les secrets d'une comète

La sonde spatiale doit maintenant se préparer à son rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko, dont elle va tenter de percer les secrets.

En matière d'exploration, la patience est de rigueur. Les scientifiques de l'Agence spatiale européenne (ESA) l'ont bien compris. Ils ont approuvé il y a plus de 20 ans un programme sans précédent : le projet de sonde Rosetta. Mais il a fallu attendre 10 ans pour que cette grosse "boîte" de 12 m3 et de trois tonnes soit officiellement lancée par la fusée Ariane 5.

Cette mission "d'archéologie spatiale" - qui doit son nom à la pierre de Rosette qui avait permis à Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens au début du XIXe siècle - avait pour objectif initial d'étudier la comète 46P/Wirtanen en 2011. En raison de problèmes rencontrés par les premières fusées Ariane 5, décision avait été prise de repousser le tir en mars 2004.

Ce lundi, après 30 mois "d'hibernation", la sonde est sortie de son "sommeil" à 11h (heure de Paris) pour amorcer ses premières manœuvres en vue de sa rencontre avec la comète Churyumov-Gerasimenko (67P/T-G) en juillet - une boule de glace de 4 km de diamètre dont elle va tenter de percer les secrets. Le signal émis par Rosetta, qui se trouve à 800 millions de km de la Terre, n'a été reçu qu'à 19h18.

En tout, la sonde a effectué un périple de 7 milliards de km. "On a dû faire cinq fois le tour du Soleil sur différentes orbites pour gagner de la vitesse" en profitant de la gravité de la Terre ou de Mars, a expliqué le chef de la mission, Paolo Ferri. "La dernière orbite autour du Soleil a duré plusieurs années, mais tellement loin de lui que même nos grands panneaux solaires et notre technologie ne suffisaient pas à garder l'engin actif. Nous avons dû éteindre la plupart de ses systèmes en juin 2011 et le laisser dormir."

Entre temps, pour rentabiliser le programme scientifique, d'un coût d'environ un milliard d'euros, Rosetta a étudié brièvement deux astéroïdes qui croisaient sa route, Steins et Lutetia. Des observations qui ont permis de tester une partie des instruments embarqués à bord et de récolter des données précieuses pour les astronomes.

Vous pouvez regarder le réveil de Rosetta en cliquant ici.

Mais pourquoi Churyumov-Gerasimenko et pas une autre comète ? Parce qu'elle a vécu des milliards d'années dans l'espace profond, jusqu'à ce qu'un passage près de Jupiter modifie radicalement son orbite en 1959. Autrement dit, la comète n'a presque pas été dégradée par les rayons du Soleil et son témoignage sur l'univers promet d'être particulièrement lisible.

"La capsule témoin est restée verrouillée pendant 4,6 milliards d'années, il est temps d'ouvrir le coffre au trésor !", s'est réjoui Mark McCaughrean, un des responsables de l'exploration spatiale à l'ESA.

La Dernière Heure a récapitulé les dates clés de la mission Rosetta

- Novembre 1993 : feu vert de l'ESA à la mission Rosetta
- 2 mars 2004 : lancement par une Ariane 5 depuis Kourou (Guyane française)
- 5 septembre 2008 : rendez-vous avec l'astéroïde Steins
- 10 juillet 2010 : rendez-vous avec l'astéroïde Lutetia
- 8 juin 2011 : entrée en hibernation
- 20 janvier 2014 : réveil automatique de la sonde
- Mai 2014 : manœuvres d'approche de la comète 67P/T-G
- Août 2014 : Arrivée aux abords de la comète
- Novembre 2014 : atterrissage de Philae, petit laboratoire robotisé, sur la comète
- Décembre 2014 : phase de suivi et d'analyse intensive de 67 P/T-G
- Décembre 2015 : fin de la mission

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !