Rentrée politique : pour les Français, l’heure de passer à l’après Covid est loin d’être venue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le Covid-19 reste la priorité numéro 1 des Français. Ici, dans une rue de Bordeaux où le masque est obligatoire.
Le Covid-19 reste la priorité numéro 1 des Français. Ici, dans une rue de Bordeaux où le masque est obligatoire.
©Philippe LOPEZ / AFP

Priorités

Rentrée politique : pour les Français, l’heure de passer à l’après Covid est loin d’être venue

Reprise de l'épidémie, Afghanistan, primaire à droite : autant de sujets qui seront au cœur de cette rentrée politique.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections. Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques. Il est notamment l'auteur de Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? (éditions de La Documentation Française, 2014) et Histoire d’une révolution électorale (2015-2018) avec Anne Muxel (Classiques Garnier, 2019).

Voir la bio »

Sous quel signe se placera cette rentrée politique ? Alors que l'été s'achève sur l'actualité afghane, l'immigration sera-t-elle au centre des débats ?

Bruno Cautrès : Il ne fait pas de doute que les candidats à l’élection présidentielle vont se positionner sur cette question. Cela ne serait, en tout cas, pas une surprise : la question migratoire est une figure imposée de l’actualité politique française et de l’élection présidentielle. C’est d’autant plus à attendre que plusieurs des candidats « importants » de l’élection présidentielle se positionnement déjà sur cette question migratoire ou occupent, traditionnellement, sur cette question un espace politique : le RN et Marine Le Pen, la droite et ses différents candidats potentiels. Bien avant la chute du régime afghan, tant Valérie Pécresse que Xavier Bertrand, avaient posé des jalons sur la question de l’immigration afin de parler en direct aux électeurs de droite susceptibles de trancher la question du candidat à la présidentielle. Emmanuel Macron lui-même s’est positionné fortement sur la question d’éventuelles migrations provenant d’Afghanistan lors de son allocution du 16 août dernier. Les mots utilisés par le chef de l'État pour évoquer le sort des milliers d'Afghans qui tentent de fuir le pays ont beaucoup fait réagir (« flux migratoires irréguliers »). Tout ceci ne peut donc que conduire à une pré-campagne électorale de l’automne, marquée par la question migratoire. Il ne faut quand même pas oublier que la crise Covid va rester le principal sujet, notamment début septembre avec la rentrée des classes.

Quelle est la préoccupation majeure des français pour cette rentrée ?

C’est bien toujours cette crise sanitaire qui est au centre des préoccupations des Français. Le sentiment que l’on n’est pas au bout de la crise est très présent dans l’opinion, le « variant Delta » et les nouvelles contraintes qu’il fait peser en cette rentrée, les questions qui se posent sur les nouvelles populations contaminées (des jeunes, des enfants), tout ceci marque profondément le climat de l’opinion. Cela ne veut pas dire que les inquiétudes observées classiquement en France (notamment les questions climatiques avec un été marqué par les incendies ; les questions sociales avec les conséquences de la crise sanitaire ; les questions migratoires ; les questions de la sécurité) ont disparu du tableau. Ces questions vont faire l’objet de débats et de propositions au moment de la campagne présidentielle et nul doute qu’elles reviendront fortement à ce moment-là. On peut d’ailleurs imaginer que les questions sociales et économiques, mais aussi les questions de sécurité, vont être mises en relation avec la crise sanitaire lors de la campagne présidentielle : que retient-ont de cette crise vis-à-vis des risques en général, vis-à-vis de la protection sociale, du rôle de l’Etat ?

Côté candidatures pour 2022, la primaire de la droite est-elle la plus grande inconnue de cette rentrée politique ?

C’est en tout cas l’une des grandes inconnues de la rentrée. En réaffirmant hier qu’il ne candidaterait pas à la primaire « de la droite et du centre », Xavier Bertrand maintient sa pression et reste dans son couloir. Il fait le pari que même si la primaire avait lieu, le vainqueur ne pourrait résister à la pression d’une situation de double candidature à droite. Ce pari repose sur une double hypothèse : d’une part que les sondages continuent de le positionner en tête des candidats potentiels de la droite et d’autre part qu’il soit le seul donné vainqueur face à Emmanuel Macron. Si les sondages de la rentrée montrent à nouveau cette double tendance, comme ils l’indiquaient après les régionales, alors le pari de Xavier Bertrand serait gagné. Il faut ajouter le rôle très important que va avoir l’enquête d’opinion de grande taille (de l’ordre de 15.000 personnes interrogées) que les LR ont demandé à l’IFOP de réaliser dans quelques jours auprès des sympathisants de la droite et du centre-droit. Si l’ensemble de ces données montrent une tendance favorable à Xavier Bertrand, alors il sera moins probable que la primaire soit organisée. Si, au contraire, toutes ces données montrent que le match n’est pas gagné, alors la primaire sera organisée et il y aura deux candidats de la droite et du centre. Dans ce cas de figure, tout l’automne et le début de l’hiver seront rythmés par la question de l’éventuel désistement d’un des deux candidats en faveur de l’autre. A nouveau les sondages d’intentions de vote joueront un rôle capital. Lorsque tous les acteurs politiques de la droite s’accordent à dire qu’u bout du compte il n’y aura qu’un seul candidat, ils ne précisent pas le comment et le quand de cette candidature unique…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !