Les précautions à prendre en cas de crise bancaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La zone euro connaît de nouvelles turbulences.
La zone euro connaît de nouvelles turbulences.
©Reuters

Decod'Eco

Les précautions à prendre en cas de crise bancaire

La zone euro connaît de nouvelles turbulences et une fois encore, les banques sont en première ligne. Comment protéger votre épargne en cas de vraie crise systémique ?

Simone Wapler

Simone Wapler

Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).

Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en mars 2013.

Voir la bio »

La crise de l'euro refait surface. Le "tout ce qu'il faut" de Mario Draghi ne suffit pas. Il faut plus.

Ceci est très important car le lien entre banques et États n'est pas rompu. Les États sont toujours surendettés et les banques toujours trop grosses pour faire faillite. La différence par rapport à 2008, c'est que maintenant tout le monde sait que les États sont surendettés et donc incapables de sauver les banques.

Les banques ne sont pas sûres actuellement. Elles sont très vulnérables à la fuite des dépôts, à la remontée des taux des obligations souveraines, à des pertes sur les marchés puisqu'elles se livrent à des opérations spéculatives pour compte propre. En effet, elles ne prêtent plus mais il faut bien qu'elles gagnent de l'argent. Elles jouent donc l'argent créé à partir de rien par les banques centrales sur les marchés. Mais si les mises sont mauvaises, les banques se retrouvent dans de sales draps.

Tout l'enjeu des nouvelles réglementations consiste à mettre en place des mécanismes pour que les nouveaux sauvetages soient financés par... vous.

Un nouveau terme pour votre vocabulaire... et une différence cruciale pour votre argent

Bail out = pertes couvertes par l'Internationale des contribuables et donc dilution des pertes.

Bail in = pertes couvertes par vous en tant que déposant + par vous en tant que contribuable s'il reste encore des pertes à couvrir.

Nous ne sommes plus dans le cas du Crédit Lyonnais (casse absorbée par l'ensemble des contribuables français) ou même de Dexia (casse absorbée par l'Internationale des contribuables via la Banque centrale européenne et les contribuables belges et français via des émissions de dettes de ces pays).

Les risques sont à présent les suivants :

- Un prélèvement de 8% (et plus si besoin) sur vos dépôts au-delà de 100 000 euros

- un gel momentané de tous vos dépôts, le temps que le bail in se mette en place.

Ce que cela signifie pour vos investissements

Il est temps de songer à "débancariser" votre épargne, c'est-à-dire à la placer en dehors des banques et aussi des assureurs car banques et assureurs sont très liés. Les assureurs possèdent beaucoup d'obligations bancaires.

Il est également nécessaire d'envisager des précautions si vous êtes en attente d'une grosse somme, à la suite par exemple de la vente d'un bien immobilier ou d'un bien professionnel.

Pour votre vie de tous les jours, il est utile de vous préparer à un blocage éventuel du système financier, avec des espèces en petites coupures et des cartes de paiement hors système bancaire.

Enfin, en cas de bail in, vous devez savoir que les banques seront fermées durant un certain temps pour éviter la fuite des dépôts.

[Pour plus de conseils et de stratégies de protection de votre épargne au quotidien, continuez votre lecture...]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !