Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

L'hôpital public français serait en manque de moyen. Pour le sauver, un seul moyen, répété en boucle par des praticiens hospitaliers grands défenseurs de la sécurité sociale et de toutes les vertus humanistes: augmenter les budgets. Le problème est que, quand on gratte, la réalité est un peu différente...

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Les hôpitaux publics manquent de moyens. On en pleurerait dans les chaumières. Chacun y va de son petit chiffre pour prouver qu’il faut absolument dépenser plus pour nos hôpitaux, victimes, paraît-il, du néo-libéralisme qui voudrait nous faire ressembler aux États-Unis, où la santé est la plus chère du monde, c’est bien connu. Le problème est évidemment que toutes ces affirmations occultent sciemment le problème de fond du système hospitalier français: sa sur-administration par des bureaucrates qui en épuisent les ressources et les moyens. 

Les hôpitaux publics manquent de moyens ? Les chiffres disent le contraire

Comme toujours, rien ne vaut une bonne comparaison de l’OCDE pour remettre l’église au milieu du village. Et, en matière de comparaison, l’OCDE donne tous les outils nécessaires, avec son Panorama annuel de la Santé, qui documente parfaitement les sujets. 

On en retirera deux tableaux particulièrement éloquents qui détruisent le mythe d’un hôpital public français qui serait sous-doter par rapport à ses voisins industrialisés. 

Ce premier tableau est bien connu. Il rappelle que la part des dépenses de santé dans le PIB en France est supérieure de 2 à 3 points à la moyenne de l’OCDE. Depuis 2003, elle suit d’ailleurs assez fidèlement l’ensemble de l’évolution internationale et conserve globalement son écart à la moyenne de façon constante. Il est intéressant de comparer son évolution à celle des Pays-Bas : ces derniers sont dans la « roue » de la France mais conservent assez rigoureusement leurs distances avec elle. 

Ces chiffres ne disent pas que la France a un bon niveau de dépenses pas plus qu’ils ne valident ou condamnent ses choix sanitaires. En revanche, ils démentent la théorie selon laquelle la santé en France manquerait de moyens, ou selon laquelle les budgets santé en France se dégraderaient. La France consacre plus de moyens que ses voisins industrialisés à la santé, et ces moyens progressent au même rythme que l’ensemble industrialisé.

Les hôpitaux français sont bien dotés

Bien entendu, les statistiques globales sur la dépense de santé rapportée au PIB ne disent rien sur les moyens des hôpitaux. Pour comparer ceux-ci, il faut plutôt regarder attentivement cet autre graphique produit par l’OCDE, qui est particulièrement parlant :

Ce graphique récapitule la ventilation des dépenses de santé selon les grands postes : hôpital, médecine de ville, etc. En France, l’hôpital représente 32% des dépenses, pour 28% dans le reste des pays industrialisés. La France « sur-performe » donc de 15% ses petits camarades. Et, en l’espèce, ce n’est pas forcément bon signe. Rappelons que les recordmen mondiaux de la dépense hospitalière avec 42% des dépenses de santé sont les Grecs, directement suivis par la Russie avec 36%…

On remarquera aussi que les soins ambulatoires en France ne représentent que 27% des dépenses, contre 32% dans l’OCDE. On retrouve ici la préférence française (en l’espèce celle des médecins français) pour l’hospitalisation, et son aversion pour les soins de ville. 

Là encore, chacun lira ces statistiques à sa manière. Mais l’évidence commune s’impose : non, les hôpitaux publics français ne souffrent pas d’un manque criant de moyens, quoi qu’en disent les médecins démissionnaires des hôpitaux publics, dont les salaires sont par ailleurs souvent complétés par des cadeaux généreux des laboratoires pharmaceutiques ou de différentes industries.

En revanche, on doit s’interroger sur l’utilisation qui est faite des moyens alloués par le contribuable et l’assuré social aux hôpitaux, car c’est ici que le bât blesse. Nous poursuivons ici une réflexion parallèle à celle que nous avions eue sur l’éducation

Deux fois plus d’administratifs dans les hôpitaux publics que dans les cliniques privées 

Les chiffres les plus officiels, pour peu qu’on les lise, illustrent parfaitement le problème dont souffre l’hôpital public, qui n’est pas un problème de moyens, mais d’allocation de moyens. Et ce problème porte un nom bien connu de nos lecteurs : la suradministration et la bureaucratisation des hôpitaux, phénomène également connu dans le service public de l’éducation.

Pour illustrer l’ampleur de ce cancer qui ronge les hôpitaux publics, nous reproduisons ici un tableau de la DARES, service du ministère de la Santé, paru en juin 2019:

Comme on le voit, l’addition de tous les emplois dans les établissements de santé en France, qu’il s’agisse d’hôpitaux publics, de cliniques privées ou d’hôpitaux privés sans but lucratif, représente 1,3 millions de salariés. Dans cet ensemble, 67% des médecins sont employés dans les hôpitaux publics (soit 130.000 personnes) et 21% d’entre eux sont employés dans des cliniques privées (40.500) sur un total de 192.000 médecins environ. 

Il est intéressant de rapporter cette ventilation à celle des personnels non-médicaux. Ceux-ci représentent 73% des emplois dans l’hôpital public, et 13,5% dans les cliniques privées lucratives. On mesure déjà ici la différence de taux d’encadrement selon les structures. 

Surtout, la proportion de personnels administratifs selon les structures est édifiante. Les hôpitaux publics emploient plus de 260.000 non-soignants, présentés par la DARES comme des « personnels administratifs, éducatifs et sociaux, médico-techniques et techniques ». Autrement dit, les hôpitaux publics comptent deux fois plus d’administratifs et autres non-soignants que de médecins.  

Dans les cliniques privées, la proportion est deux fois moindre : on compte moins d’administratif que de médecins : 35.742 non-soignants, très exactement, pour plus de 40.000 médecins comme on l’a vu. 

Comment trouver 5 milliards € tout de suite dans les hôpitaux

Si les hôpitaux publics se contentaient d’une règle simple (donnant plus de souplesse que dans les cliniques privées) en partant du principe qu’il faut un administratif pour un médecin, 130.000 emplois administratifs (aujourd’hui consacrés à une gestion obsolète digne de l’Union Soviétique à ses grandes heures) seraient immédiatement supprimés. Ce choix managérial permettrait de dégager environ 5 milliards € de financement (un emploi public moyen coûtant environ 40.000€ chargés par an).

On voit bien, une nouvelle fois, que la solution aux problèmes des hôpitaux publics ne passe pas par une augmentation des moyens : chaque poste de médecin créé débouche sur la création de deux postes administratifs. La solution passe par une guerre éclair contre la suradministration et par l’éradication de la bureaucratie. 

Mais pour y arriver, il faut effectivement taper dans le dur du « système de santé français », c’est-à-dire son fantasme jacobin d’un dispositif unique géré depuis Paris et ses succursales de région appelées les ARS.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !