L'inquiétant rapport de l'OMS qui explique pourquoi la consommation de viande rouge est probablement cancérogène pour l’homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Il faudrait consommer une seule fois par semaine de la viande rouge.
Il faudrait consommer une seule fois par semaine de la viande rouge.
©Reuters

Attention danger !

L'inquiétant rapport de l'OMS qui explique pourquoi la consommation de viande rouge est probablement cancérogène pour l’homme

Selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé, publié lundi 26 octobre, la consommation de jambon, de charcuterie et de saucisses serait cancérogène.

Arnaud Cocaul

Arnaud Cocaul

Arnaud Cocaul est médecin nutritionniste. Il est membre du Think Tank ObésitéSIl a dernièrement écrit Le S.A.V. des régimes aux éditions Marabout.

Voir la bio »

Atlantico : Suite au rapport de l'OMS qui tend à prouver qu'il y aurait un lien entre cancer et consommation de viande rouge, pouvez-vous nous expliquer pourquoi sa consommation est classée comme "probablement cancérogène pour l’homme" et celle de produits carnés transformés (charcuterie, jambon, saucisses, viande en conserve...) a été classée comme "cancérogène" pour l’homme" ?

Arnaud Cocaul : Plusieurs études ont montré une corrélation (qui n'est pas une preuve stricte) entre la consommation de produits carnés et dérivés et le risque de cancer colo-rectal qui est l'un des cancers les plus fréquents en Occident. Notre mode alimentaire impute les statistiques négatifs, je veux dire que la société moderne par son mode de productivité effrénée augmente la probabilité de développer des cancers. Le World Cancer Research Fund estime que 30% des cancers sont imputables à l'alimentation. Je pense que l'on doit se pencher sur la manière dont on produit de la viande en ayant l'obligation d'être plus vertueux (traçabilité, conditions d'élevage etc.), on doit réfléchir à la manière plus correcte d'abattre les bêtes car les conditions actuelles d'abattage provoquent un stress qui peut altérer la viande en créant un stress oxydatif ce qui peut avoir des conséquences néfastes chez le mangeur avec augmentation des maladies cardio-vasculaires et cancéreuses.

Les produits transformés par la cuisson augmentent les risques cancérologiques, je pense à la cuisson trop grillée, au barbecue l'été, et à toute la charcuterie à cause de l'adjonction d'additifs qui peuvent être des conservateurs comme les nitrates et dont la transformation en nitrites est fortement suspecte de risque accru de cancers en particulier digestifs. Je répète que c'est l'excès et la répétition qui crée le danger, la règle d'or est la diversification alimentaire ce qui diminue les risques. Une astuce utile consiste à systématiquement consommer des légumes avec de la viande pour améliorer le pH acide/base ce qui est utile en prévention du cancer du colon par l'apport de fibres contenus dans les légumes.

Limiter sa consommation suffit-il ? Faut-il s'inquiéter des conséquences de la consommation passée ?

Une consommation raisonnable serait de limiter la viande rouge à une fois par semaine selon les cardiologues américains. Je n'oblige personne à devenir végétalien mais il est vrai que nous mangeons trop de viande dans notre pays. Il faut s'inquiéter des conséquences de la consommation car on mange trop carné, trop gras (graisses saturées), on mange trop salé (charcuterie), on mange trop calorique et trop en portions (morceaux de viande trop important) on mange trop pré maché (hamburgers des fast food).

Selon les estimations les plus récentes du projet "Fardeau mondial de la maladie" (Global Burden of Disease Project) 34.000 décès par cancer par an environ dans le monde sont imputables à une alimentation riche en charcuteries, contre un million de décès par cancer imputables au tabac et 600.000 à la consommation d'alcool. Pourquoi n'en parle-t-on pas plus ?

Il y a des lobbies dans tous les domaines, on l'a vu récemment avec les éleveurs de porcs, on n'agite pas trop les chiffres qui fâchent et on fait de la politique à court terme sans s'interesser aux générations suivantes. Je rappelle quand même que le tueur numéro 1 médicalement parlant s'appelle le tabac puis l'alcool.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !