Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Crucial

Pourquoi l'investissement dans les infrastructures est un enjeu majeur de la campagne présidentielle pour l'attractivité de la France

Depuis une dizaine d’années, les indicateurs de la compétitivité française se dégradent. Devant cette préoccupante situation, miser sur l’investissement dans nos infrastructures est un choix majeur... qui nécessite un vrai courage politique.

Bruno Cavagné

Bruno Cavagné

Bruno Cavagné est entrepreneur et Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics.

Voir la bio »

Infrastructures : la France perd une place chaque année dans les classements internationaux

Depuis une dizaine d’années, les indicateurs de la compétitivité française se dégradent ! Pour preuve, la France est en train de gâcher un de ses principaux atouts dans la compétition mondiale : la qualité de ses infrastructures. Nos routes sont passées de la 1ère à la 7ème place dans les classements internationaux. Cette même tendance se retrouve aussi dans nos infrastructures ferroviaires où nous sommes passés de la 2ème à la 6ème place. Et que penser de nos ports (de la 10ème  à 26ème), de nos aéroports (de la 5ème à 15ème) ou de notre qualité de fourniture d’électricité (de la 4ème à la 14ème) ? Le déclassement de notre territoire est en marche et la France perd une place chaque année dans les classements internationaux : nos réseaux, nos canalisations, nos routes, nos voies ferrées, nos ouvrages d’art vieillissent à grande vitesse. Ils sont souvent au bord de la rupture parce qu’ils sont mal entretenus, avec des conséquences en termes de sécurité - et, in fine, en termes d’attractivité économique par rapport aux autres pays.  Il est temps de stopper cette dégringolade ! 
 
Une baisse préoccupante de l’investissement public 
 
Or, à ce jour, les pouvoirs publics n’ont pas pris conscience de la gravité de la situation. Au contraire, la France fait le choix de réduire encore son effort d’investissement public sur la période récente, avec une baisse dépassant les 4% pour la seule année 2016. Contrairement à d’autres, La France n’a pas choisi de faire de la modernisation et de la qualité de ses réseaux d’infrastructures une priorité stratégique en préservant le niveau de son investissement public. Elle n’a pas non plus pris les dispositions nécessaires pour que le relais soit assuré par des investissements privés. 
 
Entretenir nos réseaux : une dépense productive !
 
Cette politique a pour effet d’accélérer le déclassement de la qualité de nos infrastructures. Dans le cadre de la campagne présidentielle, certains candidats s’engagent à une réduction des dépenses publiques, avec des économies pouvant aller, selon les programmes, jusqu’à 120 milliards d’euros. Si la réduction du poids de la sphère publique est une nécessité, la réduction des dépenses publiques doit être conduite avec discernement, car  toutes les dépenses ne se valent pas. Une baisse des dépenses de fonctionnement ou des dépenses de transfert  n’a pas la même incidence économique qu’une baisse de l’investissement public. Car l’investissement public est une dépense productive de richesses et crée de la valeur. 
 
Miser sur l’investissement : un courage politique nécessaire
 
Aujourd’hui, la situation devient préoccupante et les besoins d’investissement en infrastructure sont immenses au regard de la transition écologique et de la cohésion sociale et territoriale de notre pays. Miser sur l’investissement dans nos infrastructures est un choix majeur et nécessite un vrai courage politique. La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) va soumettre à l’attention des candidats à l’élection présidentielle une Charte d’engagements. Il s’agit de définir une ambition en termes d’investissement en infrastructures, de créer une véritable gouvernance, d’établir un pacte de confiance avec les collectivités locales, d’élargir les possibilités de financement à l’usager et d’accélérer les procédures de réalisation des projets. Ce sont des services aussi fondamentaux que quotidiens, comme la mobilité, l’eau, l’énergie ou le numérique qui sont en jeu, et donc la compétitivité de la France toute entière. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !