Pourquoi dormir la fenêtre ouverte pendant l’été n’est pas forcément une bonne idée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Pourquoi dormir la fenêtre ouverte pendant l’été n’est pas forcément une bonne idée
©Pixabay - skeeze

Coup de froid

Pourquoi dormir la fenêtre ouverte pendant l’été n’est pas forcément une bonne idée

Dormir la fenêtre ouverte est un bon moyen de réguler la pollution intérieure et la température d'une pièce. Cependant, de nombreuses nuisances peuvent s'ajouter et nuire à la bonne qualité du sommeil.

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien est neurobiologiste et directrice de recherche à l'INSERM et à la SFRMS (Société française de recherche et médecine du sommeil). Elle est aussi présidente de l'Institut National du Sommeil et de la vigilance, etauteur de Mieux dormir et vaincre l'insomnie, paru chez Larousse en juin 2014.

Voir la bio »

Atlantico : Quelles incidences le fait de dormir la fenêtre ouverte peut-il avoir sur la qualité de notre sommeil, sachant que les nuisances se multiplient ? Dormons-nous mieux ou moins bien ?

Joëlle Adrien : Cela dépend des nuisances. Dans les nuisances, on peut noter le bruit, la lumière, la température et le renouvellement de l'air. Au niveau de la température, le mieux est que la pièce soit aux alentours de 18C car au moment du sommeil, le corps se refroidit. Quand on se couche dans un lit frais, on crée ce que l'on appelle une niche thermique, c'est-à-dire que le corps va réchauffer le lit en perdant quelques dixièmes de degrés, ce qui va favoriser l'endormissement et le sommeil. Et s'il fait frais dehors, le fait de dormir la fenêtre ouverte permet d'obtenir cette température favorable au sommeil. Il est également très important de renouveler l'air en laissant la fenêtre ouverte avant de se coucher car l'air dans les habitations est souvent plus pollué que l'air extérieur. Le problème quand on laisse la fenêtre c'est que de nombreuses nuisances s'ajoutent, comme le bruit extérieur, la lumière (éclairage public ou lumière du petit matin). Pour maintenir l'obscurité, on peut avoir des rideaux ocultants ou des volets qui laissent passer l'air. Beaucoup de personnes pensent que l'on s'habitue au bruit de sorte qu'à partir d'un moment il ne gêne plus le sommeil. Mais il faut savoir qu'à un certain niveau sonore, tous les bruits vont perturber le sommeil. En effet, pendant le sommeil, le cerveau entend les sons, les détecte et analyse leur signification pour décider s'il faut vous réveiller ou non. Par exemple, si l'un des bruits correspond à un bruit habituel du voisinage, vous ne vous réveillerez pas. Par contre, si à même volume, c'est votre enfant qui appelle ou qui pleure, le cerveau va vous réveiller pour que vous vous occupiez de lui. Tout ce travail du cerveau va perturber le sommeil car il aura été interrompu le temps d'analyser l'information sonore. Pour se protéger du bruit intérieur ou extérieur, on peut s'endormir avec des boules quies ou installer du double vitrage.

Comment concilier fenêtre ouverte et changement de température ?

La nuit, la température est plus basse et donc il est possible que l'air extérieur soit beaucoup plus froid, surtout aux alentours de 5h du matin. Naturellement, on se couvre: selon la température dans la chambre, on va plus ou moins défaire sa couverture ou au contraire s'emmitoufler. Il n'y a aucun risque à dormir la fenêtre ouverte sauf s'il fait très froid et que l'on n'a pas de quoi se couvrir.

Concernant la pollution intérieure et extérieure, que conseilleriez-vous pour éviter d'en souffrir la nuit lorsque l'on dort la fenêtre ouverte ?

Ouvrir la fenêtre au moins 15 minutes avant d'aller se coucher permet d'aérer la pièce car l'air extérieur est souvent moins pollué que l'air intérieur. Il faut essayer de se rapprocher de l'environnement optimal pour le sommeil. Encore une fois, cet environnement c'est le silence, l'obscurité et une température ambiante de 18C. L'air pollué peut irriter les voies respiratoires et causer des réactions. Mais c'est plutôt à long terme que cela peut avoir des conséquences. Tout ce qui perturbe le fonctionnement du corps va perturber le sommeil: s'il y a inconfort, bruit, chaleur, lumière, etc..., le cerveau va travailler pour le détecter et l'analyser, ce qui perturbe nécessairement le sommeil, voire provoque des réveils nocturnes.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !