Poignardée pour avoir porté un t-shirt Charlie Hebdo. Drôle de punition pour un non crime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un fourgon de police à Hyde Park à Londres, le 28 mars 2020.
Un fourgon de police à Hyde Park à Londres, le 28 mars 2020.
©Tolga AKMEN / AFP

Hyde Park

Poignardée pour avoir porté un t-shirt Charlie Hebdo. Drôle de punition pour un non crime

Les événements sanglants à Hyde Park devraient horrifier tous ceux qui croient en la liberté et la raison.

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill est rédacteur en chef du magazine Spiked, et chroniqueur pour Big Issue et The Australian.

Voir la bio »

Quand allons-nous parler de Hatun Tash ? Il s'agit d'une ancienne musulmane devenue évangéliste chrétienne qui aurait été poignardée en plein jour à Speakers' Corner, à Hyde Park, dimanche. Et le silence qui a entouré cet incident est presque aussi choquant que l'incident lui-même - une horrible agression contre une femme qui ne faisait qu'exprimer ses convictions. La presse s'y est intéressée au compte-gouttes, mais il n'y a pas eu de grands éclats médiatiques, pas de hashtag de solidarité, pas de politiciens exprimant leurs inquiétudes sur le fait que la Grande-Bretagne semble être devenue un pays dans lequel vous critiquez l'Islam à vos risques et périls. Qu'est-ce qui se passe ici ?

Mme Tash est une ancienne musulmane devenue chrétienne et une éminente critique de l'islam. Son point de vue religieux est que les musulmans devraient être encouragés à se convertir à la foi chrétienne afin de se sauver. Il ne fait aucun doute que de nombreux musulmans trouvent cette idée choquante, ce qu'ils sont parfaitement libres de faire. Hatun Tash est une habituée du Speakers' Corner. Elle s'engage dans des débats animés avec des prédicateurs islamiques et autres. Hier, elle portait un t-shirt de Charlie Hebdo et faisait ses commentaires habituels sur l'islam, lorsqu'un homme portant une capuche noire s'est précipité vers elle avec une grande force, lui tailladant le visage et le bras. Son visage était couvert de sang. La vidéo, qui a été largement partagée en ligne, est difficile à regarder.

Comme l'a déclaré la police métropolitaine, nous ne connaissons pas encore le motif de l'agresseur. Mais on peut raisonnablement penser que Tash a été agressée pour ses convictions. En effet, ce n'est pas la première fois qu'elle est attaquée. L'année dernière, elle a reçu un coup de poing au visage après avoir exposé une caricature de Mahomet au Speakers' Corner. La police lui a conseillé de ne pas retourner au Speakers' Corner - traditionnellement le seul endroit au Royaume-Uni où l'on peut exprimer à peu près toutes les croyances que l'on souhaite - pour sa propre sécurité. Hatun Tash est la preuve vivante qu'être un ex-musulman peut être une entreprise risquée dans notre nation soi-disant laïque et libre.

Soyons réalistes quant à ce qui semble s'être passé hier à Hyde Park : une femme connue pour son attitude critique envers l'islam a été violemment agressée avec une arme. En Grande-Bretagne, au XXIème siècle. Où sont les cris de dénonciation, ou au moins d'inquiétude ? L'extrême gauche prétend être contre le fascisme, mais elle est étrangement silencieuse à propos d'une attaque apparemment extrémiste contre une femme pour des croyances particulières. Nos élites médiatiques secouent la tête à propos des abus en ligne, mais elles n'ont pas encore rassemblé l'énergie nécessaire pour parler de cet acte de violence physique brutale contre une femme - immigrée de surcroît - qui ne faisait que critiquer une religion mondiale.

Le silence qui règne jusqu'à présent sur cette attaque est un signe déprimant de notre époque. Notre société semble incapable de parler honnêtement et franchement de l'extrémisme islamique. Et cette attaque, à ce stade, semble être un tel acte. Considérez également l'incapacité de nombreux candidats à l'élection partielle de Batley et Spen à prendre la défense de l'enseignant de Batley Grammar, qui a été poussé à se cacher simplement pour avoir montré une image de Mahomet lors d'une discussion en classe sur le blasphème et l'offense. En fait, presque aucun politicien ou institution, y compris les syndicats d'enseignants, n'a voulu prendre la défense de l'enseignant. Chaque fois qu'il y a une flambée d'activité islamiste inquiétante, ceux qui forment l'opinion se contentent de fixer leurs pieds. Ils se contentent de dire : "Faites disparaître l'affaire".

On pourrait dire qu'il existe une relation symbiotique déprimante entre la lâcheté de l'establishment et l'arrogance de certains extrémistes islamiques. La première enhardit les seconds. À bien des égards, les classes politiques et médiatiques, en promouvant l'idée d'"islamophobie", ont contribué à ouvrir la voie à l'intolérance extrémiste actuelle à l'égard de toute critique de l'islam. En décrivant, et très souvent en diabolisant, les commentaires critiques sur l'Islam comme une forme de sectarisme, comme un accès inacceptable de "phobie", les tenants de la vertu soutiennent l'idée qu'il est toujours mauvais de remettre en question l'Islam et les croyances et pratiques de ses adeptes. Ils donnent le feu vert, sans doute involontairement, à l'attitude plus extrémiste qui dit essentiellement : "Oui, c'est une forme de haine de critiquer ma foi, et je punirai quiconque le fait". Il suffit de voir comment certains des manifestants fondamentalistes à l'extérieur de Batley Grammar ont utilisé les termes "offense" et "protection contre le mal" pour justifier leur persécution d'un enseignant qui, selon eux, avait insulté leur prophète.

L'obsession laïque de l'"islamophobie" se mêle à la haine extrémiste du "blasphème" pour créer un climat d'intolérance alarmant. En effet, Tash elle-même a souvent été qualifiée d'islamophobe, de bigote et de prédicatrice de la haine, y compris par des identitaires laïques qui en sont venus à considérer la critique de l'islam, et même l'apostasie contre l'islam, comme une sorte de racisme. Lorsque vous décrivez quelqu'un comme étant mauvais - ou, pour utiliser le langage woke, "phobique" - simplement parce qu'il rejette l'Islam et s'y oppose, pouvez-vous vraiment être surpris lorsque cette personne est attaquée pour avoir péché contre l'Islam ?

Nous devons prendre au sérieux la liberté d'expression. Un pays dans lequel un enseignant doit se cacher pour avoir affiché une image de Mahomet, où un ex-musulman peut être poignardé pour avoir été "offensant", et où toutes sortes de discours supposés sectaires peuvent être sanctionnés par la censure, n'est pas un pays libre. La liberté d'expression a des conséquences" : tel est le cri, à la limite de la menace, que pousse aujourd'hui la mouvance woke. C'est probablement ce que croyait aussi l'homme qui a attaqué Mme Tash. Peut-être voulait-il simplement lui faire subir les "conséquences" de ses commentaires blasphématoires. C'en est trop. Nous devons défendre pleinement et fermement la liberté d'expression, y compris pour les ex-musulmans, les chrétiens, les critiques de l'islam et littéralement tous les autres.

Cet article a été publié initialement sur le site de Spiked : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !