Non, les grands esprits ne se rencontrent pas... petit guide des manies improbables des artistes les plus célèbres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le philosophe allemand Sigmund Freud
Le philosophe allemand Sigmund Freud
©

Dans l'intimité des grands

Non, les grands esprits ne se rencontrent pas... petit guide des manies improbables des artistes les plus célèbres

Selon une charte américaine, Victor Hugo avait pour habitude de prendre des bains d'eau glacée tandis que Balzac ne pouvait écrire que vêtu d'une robe de moine et de babouches marocaines.

Pablo Picasso, Charles Dickens, Sigmund Freud… Autant de noms qui resteront à jamais gravés dans l'Histoire tant leur œuvre ont marqué le monde. Mais si on a tous entendu parler de leur travail, une question demeure toutefois : à quoi ces génies occupaient-ils leur temps libre ? Une charte révèle les hobbies, petits boulots et habitudes alimentaires de quelques-uns des plus grands inventeurs, philosophes, compositeurs, écrivains et artistes. En conclusion : les grands esprits ne se rencontrent pas toujours.

L'infographie, créée par la plateforme en ligne Podio, s'est basée sur des journaux, des lettres et des documents dévoilant de petits détails de la vie de ces hommes. On y apprend notamment qu'Honoré de Balzac, Charles Dickens, Kingsley Amis et Franz Kafka étaient très partisans de la sieste. Kafka, avait pour habitude de dormir de 15 à 17h et travaillait ensuite la nuit. La charte explique d'ailleurs que "se reposer permet à l'esprit de générer de nouvelles idées. Il est recommandé de passer au moins 12 heures sans travailler, et de mettre ce temps à profit pour dormir". Par ailleurs, "les siestes peuvent stimuler la capacité du cerveau à résoudre des problèmes de créativité". Mozart, Freud, Picasso et Gustave Flaubert, travaillaient tous tôt le matin. "Le cerveau fonctionne différemment selon l'heure qu'il est. Des études prouvent que les lève-tôt sont de bons organisateurs tandis que ceux qui préfèrent travailler tard le soir préfèrent se perdre dans leurs pensées".

Pour ce qui est de leurs habitudes sportives, les auteurs contemporains Haruki Murakami et Kurt Vonnegut aiment nager régulièrement. Bizarrement, Victor Hugo, lui, préférait prendre des bains glacés. Par ailleurs, des quatre compositeurs présents dans la charte, on remarque Wolfgang Amadeus Mozart est le seul qui n'avait pas pour habitude de marcher longtemps seul en quête d'inspiration. Peut-être parce qu'il passait quatre heures par jour à donner des cours de musique afin de gagner de l'argent... 

Mais il n'est pas le seul à avoir dû trouver un "petit boulot" pour subvenir à ses besoins. Le philosophe allemand Emmanuel Kant donnait des cours à l'université, Kurt Vonnegut enseignait à l'école et Sigmund Freud passait quatre heures par jours à soigner ses patients tandis que Franz Kafka travaillait à l'Institut d'assurance des accidents du travail.

Enfin, pour ce qui est des habitudes alimentaires de ces grands hommes, cette charte nous apprend que Charles Dickens aimait psser beaucoup de temps à table tandis que Kingsley Amis était un grand amateur de scotch et que William Styron buvait et fumait de 20 heures à minuit. Le compositeur Ludwig van Beethoven, quant à lui, était un grand amateur de café. Maniaque, il insistait pour que sa tasse comprenne très exactement 60 grains de café. Pyotr Ilyich Tchaikovsky, lui, préférait le thé. Le philosophe Emmanuel Kant déjeunait chaque jour au pub, consommant viande et vin à foison. En revanche, l'écrivain Luck Jim mangeait de façon plus équilibrée : à chaque petit déjeuner, il prenait des fruits et des céréales.

Enfin, la charte met en lumière les petites bizarreries propres à chacun de ses grands hommes. Quand il écrivait, Balzac portait une robe de moine et des pantoufles marocaines. La poétesse Maya Angelou, elle, ne pouvait travailler que dans une chambre d'hôtel réservée sous un nom anonyme.

Car, selon nombre de scientifiques, il y a définitivement un lien entre le génie créatif et la folie. On remarque en effet que la schizophrénie et les troubles bipolaires sont très fréquents chez les artistes et les gens brillants. Selon Kay Redfield Jamison, de l'école de médicine John Hopkins, atteint de troubles bipolaires, des tests d'intelligence effectués sur des Suédois de 16 ans ont révélé que les enfants les plus brillants avaient tendance à développer des troubles mentaux. Ce qui amène à la question : "Quel rôle  l'environnement joue-t-il dans la création de maladies mentales ? ".

D'ancienne recherches ont déjà fait état d'un "lien" créé par un gêne particulier, connu sous le nom de DARPP-32, qui relie le génie à la folie. Trois quart des gens héritent d'une version de ce gêne, qui renforce leur capacité à "améliorer" les informations qui passent par leur cortex préfrontal, la partie du cerveau qui orchestre pensées et actions. 



En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !