Michel Barnier veut être plus à droite que Valérie Pécresse qui est déjà très, très à droite… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le candidat à la primaire de la droite, Michel Barnier.
Le candidat à la primaire de la droite, Michel Barnier.
©Pascal GUYOT / AFP

On aura tout vu ! 

Michel Barnier veut être plus à droite que Valérie Pécresse qui est déjà très, très à droite…

On nous l’a changé. En bien ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

À l’heure qu’il est, le droit européen prime sur les droit nationaux. Ainsi le veulent les traités signés par tous et contraignants. Et qui incarne le mieux le droit européen sinon Michel Barnier ? 

À la commission de Bruxelles il a bataillé sans relâche pour empêcher le Brexit voulu par Boris Johnson. Quand on disait « Europe » on pensait Barnier. Et quand on disait « Barnier » on pensait Europe.

Tout ça c’est terminé maintenant. L’ancien commissaire européen a rejoint le camp des pires eurosceptiques hongrois, polonais et slovaques. Sa conversion a été résumée en un tweet : « il faut retrouver notre souveraineté pour ne plus dépendre des arrêts de la Cour de justice européenne et de la Commission européenne des droits de l’homme ». Bigre ! 

Face à l’émoi suscité par cette déclaration Barnier a supprimé son tweet pour « éviter les polémiques inutiles ». Il l’a remplacé par un autre qui ne contredit en rien le précédent. « Le bouclier constitutionnel que je propose », a déclaré notre nouveau souverainiste, « ne concerne que l’immigration ». 

Et pour que la mesure soit pleine, il a annoncé qu’il voulait organiser un référendum sur cette brûlante question. Plus démagogique que ça… Mais la mue Barnier obéit surtout a un choix stratégique. 

Il a fait ces déclarations en s’adressant aux Républicains qui sont de plus en plus à droite. Barnier a besoin de leurs suffrages pour être désigné candidat. Il est certain que Valérie Pécresse n’en restera pas là et ne se laissera pas dépasser : elle mettra le Frexit à son programme.

À Lire Aussi

Vers un nouveau confinement malgré la vaccination ? Ce risque que nous fait courir le trop grand optimisme du gouvernement sur l’impact des vaccins

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !