Mais la Palme du film bien-pensant revient à « Rodéo » ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'équipe du film "Rodéo" au Festival de Cannes le 20 mai 2022 dont Yanis Lafki, Cody Schroeder, Junior Correia, Chris Makodi, Ahmed Hamdi, Julie Ledru et la réalisatrice Lola Quivoron.
L'équipe du film "Rodéo" au Festival de Cannes le 20 mai 2022 dont Yanis Lafki, Cody Schroeder, Junior Correia, Chris Makodi, Ahmed Hamdi, Julie Ledru et la réalisatrice Lola Quivoron.
©LOIC VENANCE / AFP

Il n’a pas été primé à Cannes

Mais la Palme du film bien-pensant revient à « Rodéo » !

Comme son nom l’indique, ce film se penche sur une des activités favorites de la banlieue.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La réalisatrice, Lola Quivoron, a voulu réhabiliter une pratique si fâcheusement décriée par les riverains et la fachosphère. C’est avec tendresse qu’elle s’est intéressée aux « jeunes » qui affectionnent les grosses cylindrées. Sans surprise, elle passe sous silence la provenance de l’argent qui a permis de s’acheter ces puissantes et coûteuses motos. 

Ces engins font un bruit infernal. Aux yeux de Lola Quivoron, c’est sans aucune importance : « C’est, dit-elle, une façon pour eux de se rendre visibles aux yeux de tous ». Très audibles en tout cas ! Je suis sur une moto donc je suis : telle serait donc la nouvelle devise des « jeunes »… 

Dans les rodéos il y a des morts. « C’est la faute de la police qui fait la chasse aux jeunes et les criminalisent » qui, d’après la réalisatrice de « Rodéo », cherchent seulement à se rendre visibles. 

Lola Quivoron n’est ni arabe, ni noire. Elle ne vit pas non plus dans les quartiers où se pratiquent ces rodéos sauvages. Elle souffre d’un complexe bien connu : elle a honte de ne pas faire partie de cette population souffrante, méritante et tellement vivante. 

Lola Quivoron est une bourge. Elle déteste l’être. Le temps d’un film, elle a été heureuse de s’encanailler. Revoyez « Casque d’or ». Les bourgeoises de l’époque se rendaient dans les bals fréquentés par les Apaches et les surineurs. Frissons garantis. Aujourd’hui, elles vont en banlieue pour rencontrer amoureusement les voyous… 

Ps : A Boissy-Saint-Léger dans le Val-de-Marne, un petit garçon de sept ans vient d’être percuté par une moto lors d’un rodéo sauvage. Les flics n’ont pas bougé : « si on les prend en chasse et s’il y a un accident,ça nous retombera dessus », a dit l’un deux. Finalement, deux suspects ont été interpellés grâce aux caméras de vidéosurveillance. Mais les parents du petit garçon ont choisi de ne pas porter plainte. On les comprend : ils habitent la même cité que les « jeunes ».

À Lire Aussi

Pap Ndiaye, l’homme qui nie l’existence de l’islamogauchisme !

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

« Je suis Français de souche » On parle beaucoup des féminicides mais pourquoi ce silence sur les infanticides ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !