Les exosquelettes : ce qui pourra vraiment se faire dans quelques années | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le dispositif est vendu pour les particuliers pour une utilisation à domicile, pour environ 50 000 euros.
Le dispositif est vendu pour les particuliers pour une utilisation à domicile, pour environ 50 000 euros.
©Reuters

Petit miracle

Les exosquelettes : ce qui pourra vraiment se faire dans quelques années

Une nouvelle technologie intrigante réalise un petit miracle : faire marcher à nouveau les personnes paraplégiques. Ce sont les exosquelettes. Tout juste validés par les autorités américaines, ils sont déjà testés par certains patients. Une forme inédite de rééducation.

Hubert Tournebise

Hubert Tournebise

Hubert Tournebise est chef du service de Médecine Physique et Réadaptation de l’hôpital Renée Sabran à Lyon. Il est spécialiste en Médecine Physique et Réadaptation, membre de l’ISCOS (International Spinal Cord Society). Il a réalisé toute sa carrière au sein des Hospices Civils de Lyon. 

Voir la bio »

Atlantico : Votre service est une référence en matière de rééducation des personnes handicapées. En juin dernier, vous avez présenté l'exosquelette ReWalk (ReMarche en français). Il s'agit d'un squelette externe, ou plutôt d'un dispositif mécatronique (mécanique/électronique/informatique) qui permet à des personnes paralysées des membres inférieurs de marcher à nouveau. Comment ce dispositif fonctionne-t-il et interagit-il avec le corps ? Depuis quand l'utilisez-vous et en connaissez-vous toutes les implications pour le corps ?

Docteur Hubert TournebiseNous sommes l'un des deux centres d’entraînement référents en France pour ce type d’exosquelette (http://rewalk.com/training-centers). Nous avons permis cette année à un patient paraplégique depuis 10 ans d’acquérir la capacité de se déplacer en intérieur et en extérieur avec un exosquelette Rewalk. Ce dispositif comprend des attelles motorisées sur les membres inférieurs, un communicateur (pour déclencher la mise debout puis la déambulation et la station assise), un capteur d’inclinaison et une batterie pour alimenter le système. Il s’adresse essentiellement à des personnes paraplégiques, c’est-à-dire ayant perdu la motricité (et la sensibilité) des membres inférieurs et conservant une force normale aux membres supérieurs, et dont le mode exclusif de déplacement est le fauteuil roulant. La personne commande l’exosquelette par le communicateur (selon les différents modes), c’est l’avancée de la jambe puis l’inclinaison du tronc par le patient lui-même qui va déclencher le cycle de marche. L’utilisateur a le contrôle sur la machine par le communicateur, mais aussi par ses propres mouvements qui vont permettre d’initier ou d'arrêter la marche. Les cannes sont indispensables au maintien de l’équilibre. La maîtrise de l’équilibre est l'un des paramètres essentiels pour une marche de bonne qualité. La paralysie est compensée par la motorisation, mais la perte de sensibilité et donc de la position du corps dans l’espace et par rapport au sol rend cette maîtrise difficile.

L’utilisation du rewalk a un effet immédiatement positif sur les capacités physiques et l’endurance des paraplégiques. Le bénéfice psychologique est indéniable avec une amélioration de l’estime de soi et le plaisir de retrouver peut-être pas la marche mais quelque chose qui s’en rapproche. Des études sont en cours pour déterminer les bénéfices physiques à plus long terme.

L'objectif du dispositif est-il de remplacer le fauteuil roulant en apportant davantage d'autonomie, c'est-à-dire de permettre de retrouver une position debout, de marcher artificiellement, et de renforcer des muscles qui n'étaient plus sollicités jusqu'ici, ou bien est-ce aussi à terme la possibilité pour les personnes paraplégiques de retrouver une partie de leur motricité naturelle ? 

Docteur Hubert Tournebise : Le rewalk ne permet pas de supprimer l’utilisation du fauteuil roulant, il  vient en complément en redonnant une déambulation perdue suite à la paraplégie. Ce dispositif n’a pas pour but d’améliorer ou de redonner une motricité perdue, il existe d’autres dispositifs à vocation de rééducation pour cela. Il s’agit de dispositifs d’assistance robotisée également, mais à vocation de rééducation sans possibilité d’autonomie (marche sur tapis roulant uniquement).

Combien ce dispositif coûte-t-il ? Combien de temps d'apprentissage les patients doivent-ils consacrer pour apprivoiser cette technologie et faire corps avec elle? Y a-t-il des risques ? Combien de personnes sont concernées par cette forme de rééducation?

Docteur Hubert Tournebise : Le dispositif est vendu pour les particuliers pour une utilisation à domicile, pour environ 50 000 euros. Il nécessite un passage en centre de rééducation sur un programme précis d’entraînement sur une quarantaine de séances, au terme desquels la personne acquiert différentes capacités de déplacement. Maîtrise de l’exosquelette, de l’équilibre, des virages, déplacement en extérieur, et pour les plus habiles, montée et descente d’escaliers. Le risque est la chute, risque accentué par l’ostéoporose importante chez ces patients. Elle s’adresse aux personnes paraplégiques dont le nombre estimé en France est de 50 000, le plus souvent des personnes accidentées de la route. Nous recevons de nombreuses demandes mais l’accès à cette technologie pose des problèmes de coût, mais aussi de temps d’apprentissage de la technique.

Est-ce que cette innovation technologique, agréée cet été par la FDA américaine (l'autorité administrative autorisant la commercialisation des médicaments aux Etats-Unis), était celle que vous attendiez ? Quels progrès espérez-vous pour l'avenir, grâce à cette technologie mais aussi grâce à d'autres innovations éventuellement en préparation ? Avez-vous un "cahier des charges" idéal pour satisfaire les besoins liés à la rééducation ?

Docteur Hubert Tournebise : L’arrivée d’exosquelettes disponibles pour une utilisation quotidienne est une avancée spectaculaire. Pour les exosquelettes, l’existence de capteurs externes permettrait à la machine d’apporter des corrections plus rapides sur l’équilibre. Cela s’adresse à une population en attente d’avancées dans le domaine de la réparation de la moelle épinière, beaucoup d’espoir repose sur les cellules souches mais la robotique est en passe de restaurer des fonctions perdues. Si celle de la marche est la plus visible, les paraplégiques souffrent d’autres graves dysfonctionnements en particulier génito-urinaires, et dans ce domaine les progrès nécessaires seront essentiels pour ces personnes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !