Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©Mauro Pimentel / AFP

Première Ligne

Les Covid longs du personnel soignant, le deuxième effet Kiss (pas) cool de la pandémie ?

Au contact des patients, la santé du personnel soignant est à regarder de près.

Collectif Du Côté de la Science

Collectif Du Côté de la Science

Le collectif Du Côté de la Science, groupe indépendant de scientifiques, alerte et conseille sur la lutte contre le COVID-19, et appelle à ce qu’elle soit fondée sur les données de la science et débattue avec des citoyens informés.

Voir la bio »

Au Royaume-Uni, la NHS alerte sur les Covid longs parmi les personnels de santé, des groupes Facebook de soignants atteints se forment. Atlantico : Observe-t-on le même phénomène en France ? La « première ligne » a-t-elle été beaucoup touchée ? 

Collectif du côté de la Science : À notre connaissance, il n'y a pas d'enquête française sur les “covid longs”. 

D’après les données  de santé Publique france (https://www.santepubliquefrance.fr le recensement national des cas de Covid 19 chez les professionnels en établissements de santé décompte  52 636  cas de soignants  en établissement de santé (PES) infectés pour la période du 1er mars 2020 au 08 mars 2021, soit 7,6 % des PES des établissements participant à l’enquête; ce nombre peut être sous estimé car il s’agit de cas auto déclarés  par les soignants positifs.

Les professionnels de santé libéraux n’exerçant pas en établissement public ou privé ne sont pas non plus recensés.

À Lire Aussi

Soignants qui refusent de se faire vacciner : liberté individuelle ou faute morale ?

Pour les symptômes persistants, si on s'appuie sur les chiffres de l’office britannique  of National Statistics (ONS)  et ceux de l’étude en Suède, on pourrait évaluer à au moins 10 000 le nombre de professionnels présentant au moins un symptôme à plus de 2 mois (cf ci après)

Avec des personnels de santé atteints de Covid longs, parfois incapacitants, le Covid a-t-il préparé le terreau d’une crise durable dans les établissements de soin ?

L’étude de cohorte réalisée sur des personnels soignants hospitaliers en Suède (réf: Haverall et al. Symptoms and functional impairment assessed 8 months after mild COVID-19 among health care workers. JAMA April 2021) a montré que 26% de ceux qui avaient eu un COVID-19 léger (non hospitalisé) ont signalé au moins un symptôme modéré à sévère qui a duré plus de deux mois, contre  9% des participants sans COVID-19. Les symptômes sont variables mais les plus fréquents sont perte de goût et de l’odorat, fatigue et  gêne respiratoire. Il n’est pas établi de fréquence d’arrêt de travail ou d’absentéisme. 

Cependant on peut penser que les professionnels de santé sont plus enclins à changer de poste au travail, voire à quitter leurs fonctions de soins, s’ils sont sujets à des symptômes invalidants et/ou récurrents, ce qui rendra plus cruel le manque de personnel.

 

Les Covid donnant lieux à des symptômes respiratoires ont été reconnus maladie professionnelle, faudrait-il que le Covid long le soit également ? 

Contrairement à ce qu’Olivier Véran avait annoncé en avril 2020, la reconnaissance en maldie professionnelle n’a pas été automatique, et dans tous les cas ( "S'agissant des soignants, quels qu'ils soient, quel que soit leur lieu d'exercice, leur mode d'exercice, quelle que soit la discipline concernée, nous avons décidé une reconnaissance automatique comme maladie professionnelle.")

La reconnaissance en maladie professionnelle ne peut s’appliquer qu’en cas de contamination au Covid-19 dans le cadre du travail (il existe une présomption de contamination professionnelle) et si la contamination a entraîné une affection respiratoire grave avec recours à l’oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance respiratoire. Dans ce cas, la reconnaissance est automatique (décret du 14 septembre 2020, insertion de deux nouveaux tableaux de maladie professionnelle). Mais cette situation est loin d’être la forme la plus fréquente d’infection par le coronavirus, ce qui pose actuellement le problème de la sous évaluation et d’une sous reconnaissance. En effet, pour les affections non désignées dans les tableaux de maladies professionnelles n°60 et n°100 et non contractées dans les conditions de ces tableaux, l'instruction des demandes de reconnaissance est confiée à un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP).

A ce jour, la reconnaissance nosologique professionnelle d’un “Covid Long” ou d’un “syndrome post covid” n’est pas effective. Il serait sans doute pertinent de l’envisager, notamment si l’infection au Sars-Cov-2, a pu être contractée lors de la première vague, dans des conditions de protection insuffisante. Cette reconnaissance devrait intégrer tous les soignants, quel que soit leur statut, salarié ou libéral, et ouvrir droit à la prise en charge complète des consultations, investigations et éventuels traitements, ainsi qu’à leur rémunération en cas d’arrêt de travail. Ce d’autant qu’on ne connaît actuellement pas les séquelles à long terme, ni la durée d’évolution.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !