Les bébés, ces petits manipulateurs : voilà la vraie raison pour laquelle ils sourient à leurs parents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les bébés, ces petits manipulateurs : voilà la vraie raison pour laquelle ils sourient à leurs parents
©Reuters

Machiavéliques

Les bébés, ces petits manipulateurs : voilà la vraie raison pour laquelle ils sourient à leurs parents

Les scientifiques américains de l'université de San Diego (Etats-Unis) ont voulu démontrer que le sourire des bébés est avant tout un acte social et relationnel destiné à faire sourire la mère en retour.

Qui n'a pas craqué devant le rire d'un bébé ? Mais sourire n'est pas forcément lié à un comportement émotionnel chez les tout-petits. C'est avant tout un acte social et relationnel destiné à faire sourire la mère en retour, d'après les conclusions d'une étude menée en Californie. Mais, alors les bébés, considérés comme innocents par la plupart des adultes, seraient-ils manipulateurs ?

Les scientifiques américains de l'université de San Diego (Etats-Unis) ont voulu démontrer que lorsque les bébés sourient, ils souhaitent que la personne leur sourit en retour. Pour ce faire, puisque les chercheurs ne peuvent évidemment pas tester de jeunes enfants, ils ont développé un robot capable de se comporter comme un bébé. Ils ont étudié ses réactions et interactions face aux étudiants qui, eux, jouaient le rôle des mères. Leurs conclusions, publiées dans la revue PLOS One du 23 septembre indiquent que le robot a réussi à faire sourire un maximum d'étudiants en souriant peu.

Voici une vidéo où l'on peut voir ce "robot-bébé" :

Plus qu'une simple étude sur le comportement des bébés, ces recherches font autant appel à la psychologie du développement, à des programmes en robotique et à l'informatique. Ainsi, cette étude innovante a utilisé le robot comme outil au service de la recherche scientifique. Des équipes s'en servent déjà pour mieux appréhender la communication non verbale chez les enfants et les adultes, dans des cas d'autisme en particulier. Et les conclusions sont prises au sérieux dans le domaine médical.

"Si vous avez déjà cherché à interagir avec des bébés, vous vous doutez bien qu'ils le font pour quelque chose. Ils ne sourient pas juste au hasard", précise Javier Movellan, coauteur de cette étude. "Mais le prouver s'avère difficile". C'est pour cela que les chercheurs californiens se sont tournés vers la théorie du contrôle optimal. Ce principe, fréquemment utilisé dans le domaine de la robotique, consiste à concevoir et programmer des robots afin qu'ils effectuent des comportements spécifiques suivant des objectifs précis. Mais dans le cadre de cette étude, l'équipe a eu au recours à la méthode en inversant le processus.  

Les scientifiques ont utilisé les données d'une précédente étude basée sur l'observation de visage à visage de treize duos de mères avec leurs nourrissons de moins de 4 mois. Une première équipe a été chargée d’observer ces mères accompagnées de leur progéniture. Ils ont rempli un tableau composé de quatre colonnes. La première correspond au nombre de fois où l’enfant sourit simplement, la deuxième au nombre de fois où la mère sourit, la troisième au moment où les deux sourient en même temps et enfin, lorsqu’aucun des deux ne sourit. Les chercheurs partent du principe que les deux individus s’influencent l’un l’autre. Ils ont même ont été surpris par les résultats obtenus puisque 11 des 13 bébés indiquaient clairement des signes de sourire intentionnel. Machiavéliques ces petits...

"Notre étude est unique, car les approches précédemment menées pour étudier les interactions entre nourrisson et parents décrivaient principalement des schémas", conclut Daniel Messinger, coauteur de cette étude et chercheur en Floride (États-Unis). Les scientifiques admettent pourtant ne pas savoir ce que la mère ou l'enfant cherche à obtenir au travers de cet échange. Mais, le petit enfant ne sait pas parler, pour lui il s'agit peut-être d'un moyen de communication tout comme lorsqu'il pleure pour qu'on le change ou qu'on le nourrisse. Des questions restent donc encore en suspens quant au comportement des bébés.

"Le sourire a longtemps été considéré comme l'expression d'une émotion supposément intégrée" explique Susan Jones, professeur de psychologie de l'université d'Indiana. Mais les recherches des vingt dernières années ont révélé que ce n'était pas si simple. Le sourire se développe en général entre six et huit semaines, alors que le bébé passe son temps à regarder des visages et que son champ de vision s'élargit pour englober le visage entier, plus seulement les yeux. On ne sait pas s'ils signifient quoi que ce soit pour le nourrisson, s'il ressent une quelconque émotion.

Pour Daniel Messinger, professeur de psychologie à l'université de Miami, ces premiers sourires enseignent au bébé les associations positives rattachées aux sourires que les adultes ressentent déjà. Apprendre à sourire-et apprendre ce qu'un sourire veut dire-est un processus, un peu comme apprendre à marcher. "Pour moi, le sourire est un signal social", argumente Messinger. "Je pense vraiment que les bébés apprennent ce qu'est la joie en la partageant avec quelqu'un d'autre."

Alors que le rire des bébés est relativement peu étudié au sein de la recherche, une équipe britannique dirigée par Caspar Addyman, docteur en psychologie du développement, en a fait le sujet central de ses recherches. Selon lui, étudier ces choses qui font rire les bébés et les tout-petits peut nous en apprendre beaucoup sur leur développement cognitif et social.

Michel Dib, neurologue, a expliqué le fonctionnement de ces recherches pour Atlantico : "Globalement, nous utilisons des méthodes non-invasives comme l’imagerie IRM et les travaux neuro-psychologiques. Dans ce dernier cas, nous étudions les différentes émotions liées au stimulus sensoriel ou moteur qui peuvent actionner des zones chez les enfants. Ces tests servent à définir les zones d’activation et les circuits de transmission qu’elles induisent. A titre d’exemple, une émotion comme le rire ou les pleurs induisent une activation dans le centre, et on voit où cette activation se propage et dans quels circuits. S’il y a une différence avec l’adulte, on comprendra mieux le fonctionnement de l’enfant. Son cerveau va ensuite se différencier, se développer pour devenir un cerveau d’adulte."

Réaction émotionnelle ou acte social, au final, peu importe la raison puisque rire est bon pour la santé. 

Voici une vidéo de compilation de rires de bébés :

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !