Le trafic d’araignées en ligne n’a jamais été aussi intense. Et louche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Un homme tient une araignée sur un marché d'animaux sauvages. Indonésie, 25 février 2022
Un homme tient une araignée sur un marché d'animaux sauvages. Indonésie, 25 février 2022
©CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP

Drôle de trafic

Le trafic d’araignées en ligne n’a jamais été aussi intense. Et louche

Une nouvelle étude montre l'ampleur considérable du commerce mondial d'araignées, ce qui pourrait mettre en péril les populations sauvages

Benjamin Marshall

Benjamin Marshall

Benjamin Marshall est doctorant au département des sciences biologiques et environnementales de l'université de Stirling

Voir la bio »

Atlantico : Dans un rapport publié dans Nature, vous analysez comment le commerce des espèces sauvages, en particulier le commerce illégal, est une cause de perte de biodiversité dans le monde entier. Dans quelle mesure les arachnides sont-ils concernés par ce phénomène ? Pourquoi ces espèces sont-elles braconnées puis passées en contrebande ?

Benjamin Marshall : Je ne caractériserais pas notre étude de la sorte. Nous n'avons pas étudié spécifiquement le commerce illégal ; nous avons montré l'ampleur du commerce des arachnides en général et le fait qu'il est insuffisamment surveillé au niveau international. 

Il est difficile de répondre à la question de savoir dans quelle mesure les arachnides sont touchées. En termes d'espèces, nous avons montré que 1264 espèces semblent être commercialisées. Ce nombre augmentera probablement au fur et à mesure que d'autres seront décrites. Nous avons également montré que 77% des individus proviennent de la nature. Cependant, le pourcentage d'individus provenant de la nature diffère selon les espèces, de sorte que certaines d'entre elles sont naturellement plus touchées que d'autres. Le problème est que les données d'importation auxquelles nous avons eu accès étaient centrées sur les États-Unis, nous ne connaissons donc pas l'ampleur des importations dans d'autres régions. Nous craignons que la situation ne soit pire, mais nous n'avons tout simplement pas les moyens de le savoir. En fin de compte, pour répondre de manière adéquate à votre question, je pense que nous avons besoin de bien meilleures données sur les populations sauvages et les chiffres des importations dans d'autres régions. Le manque de données est un sérieux motif d'inquiétude, car nous risquons de nuire aveuglément à de nombreuses espèces d'arachnides.

Je ne peux répondre à la question du pourquoi qu'à un niveau superficiel. La plupart des arachnides sont commercialisées comme animaux de compagnie. Qu'est-ce qui fait d'un arachnide un animal de compagnie attrayant ? Nous suggérons dans l'article que les mentions fréquentes de la couleur et de la localité font que les arachnides de morphes particuliers ou qui sont rares pourraient être plus désirables. Toutefois, les véritables raisons de la demande nécessitent une étude distincte.

Certaines espèces sont-elles passées du statut de préoccupation mineure à celui de menace à cause de ce commerce en ligne ?

Pas à ma connaissance. La question clé ici est le manque de données de base sur les populations d'arachnides. La plupart des arachnides n'ont pas d'évaluation sur la liste rouge de l'UICN (99,34% des espèces d'araignées, 100% des Uropygyi et 99,9% des scorpions n'ont pas d'évaluation dans l'UICN). Nous avons trouvé 12 espèces commercialisées qui étaient classées comme vulnérables ou pire. Sur les 52 111 espèces que nous avons recherchées, seules 400 environ étaient classées dans la liste rouge. Il est donc difficile de répondre aux questions sur l'état de conservation tant que le nombre d'espèces évaluées n'est pas beaucoup plus élevé.

La vente sur Internet a-t-elle facilité les ventes et augmenté le braconnage ?

Je ne peux que spéculer sur ce point. Internet a accéléré de nombreux marchés et ventes différents. Le nombre d'espèces d'arachnides en vente sur Internet et le nombre de sites Web laissent penser que le commerce en ligne se porte bien. Mais je n'ai aucune donnée sur le commerce des arachnides avant l'arrivée d'Internet, il est donc difficile d'évaluer son impact. Il est certain que la possibilité de poster des arachnides rendrait la vente en ligne plus viable par rapport aux autres groupes d'animaux de compagnie. 

Les arachnides sont-ils devenus plus populaires que les autres espèces sur les marchés d'animaux de compagnie en ligne ?

En termes de nombre d'espèces brutes, il semblerait qu'elles soient moins populaires que les reptiles (~3 900) et qu'elles soient aussi populaires que les amphibiens (~1200). Les arachnides (4 millions d'individus) sont beaucoup moins importés que les reptiles (25 millions) ou les amphibiens (69 millions). Au sein des arachnides, on observe des popularités très différentes, par exemple Pandinus (le genre comprenant les scorpions empereurs) a vu plus d'un million d'individus importés, ce qui représente près d'un quart de tous les arachnides importés. 

Y a-t-il eu un manque de réglementation du commerce des arachnides ?

Au niveau international, oui, très probablement. Il est difficile de parler de la diversité des réglementations dans le monde, mais un aspect est clair : le manque de données. Il sera extrêmement difficile de concevoir ou de mettre en œuvre une réglementation sans disposer de meilleures données sur les sources et les chaînes d'approvisionnement du commerce des arachnides. Mais cela signifie également que la réglementation actuelle est probablement inadéquate. Il est particulièrement difficile de déterminer dans quelle mesure sans les données sur les populations d'arachnides sauvages, car nous ne pouvons pas évaluer correctement les impacts du commerce. Il est à craindre que les niveaux élevés de capture d'arachnides sauvages et le manque de surveillance nuisent aux populations d'arachnides sans que nous le sachions. Nous pourrions donc être pris au dépourvu si la capture sauvage avait de graves conséquences négatives. 

Comment pouvons-nous résoudre le problème et mieux protéger les espèces ?

Les données. Je ne suis pas sûr que nous puissions juger ou gérer efficacement un commerce sans disposer de meilleures données sur les populations sauvages et le nombre d'arachnides prélevées. Une fois que nous aurons des données solides sur les populations et leurs réactions aux captures sauvages, nous pourrons probablement prendre des mesures pour déterminer quels taux de capture sauvage sont durables. D'ici là, nous risquons de faire des dégâts que nous ne pouvons pas mesurer. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !