Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une médecin reçoit une dose du vaccin Johnson & Johnson contre la Covid-19 en Afrique du Sud en février 2021.
Une médecin reçoit une dose du vaccin Johnson & Johnson contre la Covid-19 en Afrique du Sud en février 2021.
©Phill Magakoe / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

Le monde post-covid sera réservé aux non-covidiens

Ceux qui ont observé la crise, ont aussi observé que certains ont mieux que d’autres, géré la crise, sans détruire leur économie et représentent dès lors, une terre d’opportunité d’autant plus rassurante pour y prendre des risques. L’Afrique et l’Asie, pour des raisons différentes seront les grandes gagnantes de ce palmarès en cours de rédaction.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio »

Une leçon qui ne vient à l’esprit que des pigeons voyageurs de l’économie, ceux pour qui prendre l’avion est plus naturel que de monter dans un métro, ceux pour qui le monde est vaste et empli de perspectives, pour qui entreprendre n’est pas une question de pré-carré et de couleur économique, mais d’opportunités et d’excitation créatrice. Ceux qui ont observé la crise, ont aussi observé que certains ont mieux que d’autres, géré la crise, sans détruire leur économie et représentent dès lors, une terre d’opportunité d’autant plus rassurante pour y prendre des risques. L’Afrique et l’Asie, pour des raisons différentes seront les grandes gagnantes de ce palmarès en cours de rédaction.

Pour moi, qui ait passé plus de 6 semaines en Afrique en 3 mois, pour mes projets entrepreneuriaux, et donc doté de multiples motifs impérieux, au premier rang desquels, celui de ne pas succomber à la folie Européenne qui préfère son sort politique à notre vie économique, et notre vie tout court, j’ai fini par réaliser que plus que jamais l’Afrique allait devenir un continent clé.

6 semaines sans voir ou porter un masque (ou si peu), aller au restaurant, sortir, faire ses achats, rencontrer ses interlocuteurs en personne, bref, vivre une vie telle que nous aurions dû la préserver, m’ont rappelé une évidence: En matière économique, l’entreprise installée est averse au risque ou aime le mitiger, ainsi, investir dans un pays résilient à la maladie, parce qu’il lutte chaque jour et chaque année contre des périls bien plus graves et surtout permanents (fièvre jaune encore, Ébola de temps à autre et surtout Palu, avec 400 000 morts par an), devient une évidence encore plus forte encore. Miser sur un continent qui résiste à la maladie et à la fermeture au moindre risque, est clairement une motivation forte pour les investisseurs et acteurs industriels. La Chine l’a compris depuis longtemps, alors que nous passons une large partie de notre temps à l’oublier (la France est passée de la 1ère à la 7ème place en Afrique de l’Ouest en 15 ans).

Le Nigeria, l’Éthiopie, le Kenya, le Sénégal, et bien entendu la Côte d’Ivoire, sont des terres fertiles pour l’avenir, et même si y faire des affaires n’est pas si simple et réclame du temps et de la souplesse, l’avenir est bien là. La Côte d’Ivoire passera de 23M à 50M d’habitants en 2050. Ce qui représente un potentiel de croissance naturel qui ferait rêver tous les natalistes Européens et Chinois. On n’a rien trouvé de mieux que la démographie pour doper la croissance. Sans rien faire, ou presque, Danone pourrait doubler son chiffre en 30 ans dans ce seul pays ! La population est jeune et résistante au Covid, puisqu’on déplore moins de 200 morts ici. Cela fait rêver. Ici, les Africains vous disent que le Covid est une maladie « de blanc ». Ces 10 dernières années environ 4.5M d’Africains sont morts du Palu sans que personne ne pense à les confiner pour les protéger des moustiques.

À Lire Aussi

L’égo de notre président plus important que nos vies. Entrepreneurs, citoyens, réveillez vous

De son côté l’Asie a montré son « excellence opérationnelle ». Un terme très technique pour désigner un réalisme et une puissance qui nous échappe en Europe désormais. Bien entendu, si vous classez l’Inde en Asie, vous pourriez me regarder de travers et me répéter les chiffres débités à la hâte par les chaînes d’infos continue, dont le métier est de broyer l’intelligence en poudre, et d’imposer le prêt à consommer sans profondeur et vous effraient ainsi depuis 13 mois, en utilisant la peur que recèle les chiffres non expliqués, pour vous inciter à vous terrer à la maison sur la base en vous fabriquant une représentation faussée du monde. L’Inde a près de 200 000 morts. Le double de notre chiffre pour une population 20 fois supérieure ! Ce qui signifie qu’en proportion, en France, nous aurions 10 230 morts. Donc la dévastation évoquée par les médias est bien loin de refléter la réalité. Mais laissons l’Inde à part un instant. L’Asie a eu une politique simple. Un « lock-down » très strict, sans « pitié » afin d’éliminer la propagation du virus. Mais UNIQUEMENT dans la (les) région touchée. Idem à Singapour. Pendant ce temps, une discipline forte et collective, des règles de suivi, de contrôle des voyages, le port du masque dès le départ (tout le monde n’a pas la « chance » d’avoir un Professeur Salomon !), ont permis à Taiwan, à la Corée, au Vietnam, au Japon, de ne pas confiner, ou très peu, et de préserver leur économie, sans déplorer de morts ou presque. Les 2 stratégies ont fonctionné et leur économie et à nouveau vibrante et en croissance. Cela fait rêver !

Pour les investisseurs, à nouveau, la réalité l’emporte, ainsi dans la distribution des médailles d’or qui conditionneront leurs investissements, l’Asie et l’Afrique vont tous rafler. Les USA resteront les USA bien entendu. Mais là où l’Asie promet une stabilité fiscale, il y a fort à parier que la volonté du Président Biden de faire exploser le taux de tous les impôts, n’ait quelques conséquences à moyen terme sur sa puissance et la localisation de ses entreprises, dont certaines relocalisent déjà leurs centres de décision. Où notamment? Au Royaume Uni !! Qui pourrait être, hors de l’Europe, le grand gagnant de ce grand soir fiscal Américain (augmentation de l’IS, de l’impôt sur la plus-value de cession, du taux marginal d’IR). Loin de la bérézina annoncée à la sortie de l’Europe, ce continent en déclin.

La prochaine fois, avant de préférer la dette à la vie, nous ferions bien de réfléchir, comme l’a fait l’Asie, à l’avenir et sa valeur. La prochaine fois, avant de préférer le taux d’occupation de certains hôpitaux à la vie de 68 millions de Français, nous devrions relire l’histoire de l’avenir Africain. A méditer !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !