La Terre a vécu son jour le plus court jamais enregistré. Mais pourquoi ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le 29 juin a été la journée la plus courte jamais enregistrée pour la Terre.
Le 29 juin a été la journée la plus courte jamais enregistrée pour la Terre.
©Nasa / Afp

Rotation à vitesse record

La Terre a vécu son jour le plus court jamais enregistré. Mais pourquoi ?

La Terre a connu le jour le plus court jamais enregistré le 29 juin 2022. L’axe de rotation de la Terre serait l’une des explications.

Anna Alter

Anna Alter

Anna Alter est journaliste et écrivain. Docteur en astrophysique, elle a été journaliste à Science et Vie, à l'Evènement du jeudi, grand reporter à Marianne et rédactrice en chef adjointe de La Recherche. 

Voir la bio »

Atlantico : Le 29 juin a été la journée la plus courte jamais enregistrée. Quelles sont les hypothèses qui peuvent expliquer ce phénomène

Anna Alter : « Et pourtant elle tourne », avait dit le grand Galilée et aujourd’hui on vérifie à la microseconde près que la Terre accomplit en effet une rotation sur elle-même en 23 heures 56 minutes et des poussières. A sa naissance, il y a 4,6 milliards d’années, elle était beaucoup plus rapide et faisait un tour complet en 10 heures seulement. Mais la présence de la Lune l’a freiné et à peine formée elle a commencé à se calmer. Sa vie de couple avec l’astre de la nuit l’a stabilisée et ses journées se sont drôlement rallongées. Seulement  notre planète n’est ni complètement ronde ni tout à fait solide à l’intérieur et sa rotation est irrégulière. Faites l’expérience : un œuf dur tourne comme une toupie tandis que cru ou mollet il a tendance à vriller. De même, notre planète qui a une structure interne compliquée, avec ses enveloppes emboîtées solides comme des rocs au niveau de la croûte,  visqueuses dans le manteau ou carrément liquide autour du petit noyau au centre, donc  mi cuite, mi molle et légèrement aplatis aux pôles voit son mouvement se dérégler naturellement, sans compter que les marées et les vents lui jouent des tours en exerçant des pressions qui l’entravent ou la poussent en avant. Résultat, elle ne tourne pas comme une horloge atomique mais comme une vieille pendule qui retarde ou avance et les spécialistes remarquent que depuis quelque temps pour une raison encore inconnue elle a tendance à s’accélérer et à raccourcir du même coup nos journées. Pas de quoi s’affoler cependant, le 29 juin 2022 qui a été la journée la plus courte jamais enregistrée n’a compté que 1,59 milliseconde de moins que la moyenne mesurée depuis que les horloges atomiques existent. Un record historique très relatif donc, et un phénomène qui peut s’expliquer par un léger vrillement de son axe mais aussi des perturbations liées à la gravité de la Lune et aux marées… 

À Lire Aussi

Pourra-t-on produire de la viande dans l’espace pour coloniser Mars ?

Notre rapport au temps doit il être réévalué ? 

Une ou deux millisecondes ne vont pas changer dans l’immédiat la face du monde mais à la longue ça peut compter...Les scientifiques réfléchissent d’ailleurs dès à présent à réévaluer le temps et se demandent s’ils ne vont pas retirer une seconde en 2026 pour remettre nos pendules à l’heure. Le commun des mortels n’y verra que du feu, en revanche c’est important pour eux d’assurer un suivi précis dans la mesure du temps et de rester les maîtres des horloges. 

Dans le même temps, le soleil, est plus actif qu'anticipé par la NASA, et pourrait être dans son cycle le plus fort jamais enregistré. Qu'est ce qui peut expliquer ce phénomène ? Y a t il une possibilité que les deux événements soient liés ?

Le Soleil est bi polaire et passe par des phases calmes suivies de périodes de très grande agitation, son corps se couvre alors de tâches sombres et il est sujet à des éruptions qui peuvent avoir des répercussions sur terre et interrompre nos télécommunications… Il a entamé son cycle de 11 ans qui doit atteindre son maximum en 2025, mais d’ores et déjà son activité est plus intense que prévu et contrairement aux prédictions il va traverser des crises qui auront sans doute une influence sur notre planète… De là à l’accélérer il y a un pas et il est un peu tôt pour le franchir, d’autant qu’en général le Soleil a moins d’impact sur son mouvement que sa Lune... 

Quelles conséquences concrètes ces deux phénomènes peuvent-ils avoir ?

Si l’accélération de notre  planète se confirme ses effets se feront sentir à très long terme. En revanche notre étoile en nous crachant à la figure  des particules électriquement chargées qui interfèrent avec le champ magnétique terrestre peut occasionner de gros dégâts, altérer les communications et provoquer des surtensions…

Une tempête solaire en déclenchant un orage magnétique a déjà détruit en février dernier quarante satellites Starlink d’Elon Musk. 

À Lire Aussi

Mais d’où pouvait donc venir cette roquette qui s’est écrasée sur la Lune et que la NASA ne sait pas expliquer ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !